Monnaie numérique (4) : A l’international?

Je suis de près l’instauration progressive de la monnaie numérique chinoise. Par ailleurs, ma curiosité est aiguisée par la très grande discrétion des autorités du pays autour de ce projet Le site Tiger Trend parle même de secret. En Chine, le silence et le non-dit ont de grandes significations, certainement, de grands projets sont à l’œuvre.
Quoi de neuf selon le bureau de recherche Tiger ?

Première sortie de Chine

Il rapporte que la nouvelle zone de Xiongan au sud de Pékin se prépare à encourager le commerce électronique transfrontalier tout en explorant la possibilité d’utiliser cette monnaie. Est-ce une première série de tests pour « tâter » le terrain?

Les grands de l’Internet sont mis à contribution

Ali Baba et Tencent ont déjà travaillé sur cette monnaie unique avec la banque centrale, tout comme Bilibili, Meituan ou Didi. Toutes ces sociétés sont restées assez discrètes sur cette coopération.

Un potentiel indéniable


Les investisseurs particuliers sont très attentifs aux sociétés qui pourraient faire partie du mouvement. HyUnion Holding 海联金汇, entreprise dans la Fintech et l’intelligence artificielle, a dû démentir sa participation au projet.
Si 82,39% des adultes pratiquent le paiement sur Internet, seulement 4% utilisent la Fintech pour dans la gestion des biens. Le potentiel est indéniable. Quand on demande si l’argent détenu sur ces portefeuilles numériques, le gouvernement ne répond pas.

Contrôle

La Banque centrale ne veut pas lâcher le domaine de la Fintech et laisser la gestion à des sociétés privées. Même si on prétend que les flux sont anonymes, il est très simple pour la Banque centrale d’avoir toutes les informations sur les émetteurs et les bénéficiaires d’un transfert d’argent. 
Pour l’économiste en chef de la Banque singapourienne DBS, Neilin Zhou, la banque centrale pourra lutter efficacement contre une crise de la dette. Par exemple, afin de stopper l’aggravation de ces constructions de ces villes fantômes 鬼城, le Ministères des Finances pourra très facilement interrompre les transferts d’argent des investisseurs.

L’application pour la monnaie numérique :

Internationalisation du yuan

Est-ce que cette monnaie a pour but de défier les Etats-Unis ? A l’origine, elle était destinée principalement au marché local, mais la tournure des relations sino-américaines ces dernières années à inciter les autorités à avoir une vision plus globale et internationale. La monnaie numérique pourrait aider l’internationalisation du yuan, qui est de plus en plus demandée dans les sphères financières. On est passé de la position résumée par le stratège de la Standard Chartered Bank ainsi : « L’internationalisation du renminbi, à l’origine, c’est un « good have »; maintenant, ça devient doucement un « must have »人民币国际化,原来是一个good to have 的东西,现在可能慢慢的变成一个must have. »

A suivre donc…

Source :
中国数字货币大动作频频,但距离挑战美元霸权还是一个遥远的梦

Pour en savoir un peu plus sur le sujet, d’autres articles ici :

La monnaie numérique chinoise

La monnaie numérique en Chine (2)

La monnaie numérique (3) et la dynastie Ming

6 septembre 2020

La monnaie numérique (3) et la dynastie Ming

Une lectrice chinoise m’a indiqué le parallèle effectué par Wen Zhao entre la monnaie numérique chinoise et l’émission de billets de banques sous la dynastie Ming. Le chroniqueur taïwanais considère cette innovation semblable à l’impression de papier monnaie avec toutes ses conséquences. Revenons sur ces billets des Ming.

Zhu Yuanzhang combattit la dynastie mongole des Yuans et fonda la dynastie des Ming en 1368. Hong Wu- son nom d’empereur – tenta de créer une société autosuffisante.

 empereur chinois mins hongwu Zhu yuanzhang

Crise des métaux

Très vite, bronze, or et argent qui servaient pour les échanges commençaient à manquer. L’empire chinois avait déjà eu recours à l’émission de billet sous les dynasties précédentes. Afin d’assurer les échanges commerciaux, le gouvernement en 1375 a décidé de créer une monnaie papier, baptisé Da Ming Baochao (大明宝钞). La population avait l’obligation de changer le métal en leur possession pour avoir des billets.

Sale temps pour les arrangements entre amis


L’empereur issu d’une famille de paysans pauvres nourrissait une haine pour les fonctionnaires corrompus. Le procédé visait, entre autres, cette caste et l’assèchement de leurs ressources. Bien entendu, avec cet épisode, on pense aux tonnes de billets rouges qui s’empilent dans les recoins des maisons de fonctionnaires à notre époque. L’ouverture économique de la Chine a généré une corruption colossale qui touche de nombreux échelons de la société jusqu’aux plus hauts sommets. La presse chinoise, même sélective, a largement couvert ces affaires. L’instauration de la monnaie numérique vise aussi l’argent dit sale.

corruption chine billets de banque

L’inflation n’est pas loin


Très vite, une inflation galopante a suivi et en 1400, deux ans après la disparition de Hong Wu, les billets de banques ne valaient plus que 3% de leur valeur. Un immense marché noir avait pris place où s’échangeait les anciennes pièces de métal des dynasties précédentes.

Quelles sont les motivations?

La venue de cette monnaie numérique pose beaucoup de questions. Quel est le véritable objectif ? Comme souvent, selon l’endroit où on se positionne sur l’échiquier politique, idéologique ou en fonction de ses intérêts, la réponse varie. Je lis toutes sortes d’hypothèse. Contrôle de la société et des capitaux, protection, modernisations, assainissement, temps difficiles. Et pourquoi ce ne serait pas un cocktail de toutes ces motivations ?

Autres article sur la monnaie numérique ici.

Sources, vidéo de Wen Zhao :

28 août 2020

La monnaie numérique en Chine (2)

J’avais présenté les grands traits de la monnaie numérique -数字货币 – chinoise ici, en fonction des données disponibles. La presse chinoise a récemment divulgué quelques informations.

Pas de planning?


Le 14 août, le gouvernement annonçait l’extension des zones de tests à 28 provinces et villes gérées directement par le gouvernement. La zone Pékin-Tianjin-Hebei (京津冀), les deltas des Perles et du Yangzi et le centre -ouest sont concernées. On se pose des questions sur ces évolutions. Les journaux chinois font écho de rumeurs qui circulent : les ventes d’appartement à Shenzhen ne pourront s’effectuer qu’avec cette monnaie et elle ne pourra servir à acheter de l’or ou des devises étrangères. Rien n’a été démenti officiellement. Un dirigeant de la Banque centrale a seulement déclaré qu’il n’y avait pas de planning défini pour ce sujet. Difficile à croire !
Depuis fin avril, dans la nouvelle zone économique de Xiongan au sud de Pékin, de nombreuses enseignes, Starbucks, Mc Donald’s, JD.com et Subway utilisent déjà la monnaie de demain. Didi Chuxing, L’Uber chinois a déjà effectué des tests avec son demi-milliard de clients.

数字货币 monnaie digitale numérique chinoise

Les gagnants?

Ant Financial et Tencent seraient associés à certains projets dans le domaine. On scrute également les sociétés présentes dans les services financiers qui pourraient bénéficier de cette innovation, notamment : Westone Information Industry 卫士通, Client Service International Inc 科蓝软件,Shenzhen Forms Syntron 四方精创,Koal Software Co 格尔软件, HyUnion Holding 海联金汇 et Hengbao Co Ltd 恒宝股份.

L’adoption probable de la monnaie numérique est liée à de nombreuses perspectives. La Chine cherche depuis longtemps des voies pour sortir de la dictature du dieu dollar. C’est une piste. La monnaie numérique s’inscrit bien entendu dans la numérisation de la société stimulée par les deux groupes leaders Alibaba et Tencent et couvée des yeux par le pouvoir central. L’argent sale aura plus de difficulté à s’évaporer. Elle permettra un meilleur contrôle des capitaux. En revanche, Big Brother en saura plus sur chacun.  C’est net, un monde, un modèle différent s’impose. Les Chinois dans l’ensemble l’acceptent…tant que la croissance est là et partagée -en partie !

Articles sur la finance ici

Sources :

深度解读央行数字货币在28省市深化试点背后的逻辑

27 août 2020

La monnaie numérique chinoise

La Chine planche depuis cinq ans sur l’utilisation d’une monnaie numérique. Afin de ne pas être sous le joug du système dollar, elle a encouragé l’emploi de sa monnaie dans les transactions internationales dès 2010. Depuis 2018, elle a lancé des contrats à terme en yuan sur le pétrole. Les autorités chinoises viennent d’élargir l’accès aux actifs chinois pour stimuler l’utilisation de sa monnaie. Mais, ça ne suffit pas, le pays qui pourrait devenir la première puissance numérique (voir l’article de Jean-Dominique Seval) planche depuis 2014 sur l’utilisation d’une monnaie numérique 数字货币-DCEP pour Digital Currency Electronice Payment. Alors que plusieurs villes, telles Suzhou ou Shenzhen, ont commencé à tester son utilisation, les médias ces dernières semaines redoublent d’articles et d’émissions sur le sujet pour vanter ses bienfaits. Faisons le point en rappelant les raisons, la différence avec les applications utilisées en Chine et les objections.

中国数字货币 dcep

Les raisons

La première raison officielle affichée est la lutte contre les délits financiers, le blanchiment d’argent et la corruption. En effet, en suivant les transactions, la Banque centrale pourrait plus facilement localiser les infractions. Par ailleurs, cela éviterait les montagnes de liquide amassées chez des fonctionnaires aux grandes poches ouvertes, comme l’a montré la dernière campagne anti-corruption. 
Cette monnaie permettrait d’atténuer la fuite des capitaux. La Chine a renforcé ces dernières années son contrôle d’exportation de devises pour les particuliers et les entreprises mais les parades pour contourner les règlements sont encore légion.
Elle permettrait de contrer les crypto-monnaies, que ne peut contrôler la Chine et qui permettent une plus grande liberté des capitaux.
Plusieurs dirigeants des autorités bancaires n’ont pas caché le désir de s’affranchir des systèmes de paiements internationaux où trône le roi dollar, SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, et CHIPS (Clearing House Interbank Payments System). La guerre commerciale américaine a incité dès l’an dernier les autorités chinoises à accélérer le projet et les médias officiels proclament que cette monnaie présente une alternative au système de règlement en dollar tout en permettant d’atténuer l’impact des sanctions ou exclusions éventuelles d’un pays ou d’entreprises.

Identique à la monnaie locale

La banque centrale a précisé que la monnaie numérique a les mêmes caractéristiques que la monnaie locale. Le paiement ne pourra être refusé par un commerçant. Sa valeur est égale au yuan. Aujourd’hui, en Chine, on peut se passer d’espèces et de cartes de crédit pour l’immense majorité des dépenses en utilisant les moyens de paiement de We Chat 微信 ou Alipay 支付宝. On peut même avoir l’impression d’être un attardé quand on sort une pièce ou un billet de sa poche ! Mais, quelles sont les différences avec les moyens de paiement en vogue?

Les différence avec Alipay et We Chat

Pour ces deux applications, les comptes doivent être reliés à des comptes bancaires existants alors que pour le DCEP, l’utilisateur n’a pas besoin de compte en banque. La Banque centrale délègue la gestion a des établissements de paiement et bancaires mais l’ouverture de compte ne sera pas obligatoire, il suffira de déposer de l’argent sur un compte spécial. Nuance ? Elle est fine !
Près de 200 millions de Chinois n’ont pas de compte bancaire. Un avantage pour cette nouvelle monnaie.
Un commerçant n’est pas obligé d’accepté ces applications, à l’inverse pour la monnaie.
Pour utiliser Alipay et We Chat, une connexion est indispensable alors que pour la monnaie numérique, il suffira seulement de l’application de la Banque centrale et d’un téléphone, qu’on mettra en face de l’autre téléphone pour effectuer la transaction.
L’arrivée du DCEP annonce-t-elle la mort de ces applications phares ? Peut-on se contenter du discours officiel qui voit deux moyens complémentaires ? 

Les différences avec les cryptomonnaies

Cette monnaie présente plus de sécurité qu’une cryptomonnaie, comme le Bitcoin, car elle est garantie par la Banque centrale, la stabilité serait donc assurée.
Le gouvernement chinois rappelle qu’elle est légale, à la différence du Bitcoin…

Les objections

Bien entendu, les détracteurs de ce projet rétorquent que c’est un moyen pour contrôler, surveiller davantage la population et faire marcher la planche à billet à moindre coût.

Le souhait de sortir du système dollar est probablement la motivation première de la mise en place de cette monnaie numérique. Son utilisation étendue donnerait une meilleure indépendance et contribuerait à mieux gérer les sorties de capitaux. La route est encore longue. Ce projet sera-t-il couronné de réussite ? Les Etats-Unis nourrissent également un projet de dollar numérique. Les deux puissances vont-elles encore s’affronter sur ce front ?

Sources :
Article : 第三方支付:数字货币推动下的支付体系重构
Nouvelle chaîne en chinois sur Youtube consacrée au sujet

Articles sur l’économie et la finance en Chine ici et ici.

9 juin 2020