La Dame des Shang

Avec le roi, les princes ou les fils, les officiers, féal ou page vus ces derniers jours, la dame est présente dans les écritures Shang. 

帚 balai Han ou ?

Une première graphie la représentait ainsi :. Depuis les Han, on a coutume de penser qu’elle représente une main tenant un balai . Les femmes auraient été responsables de la propreté d’un palais. Cette thèse n’est pas unanimement partagée. Nous avions déjà évoqué les arguments de Shun-chiu Yau. Le professeur s’étonne que le censé balai est toujours présenté vers le haut sur les premières graphies. Il pense que la graphie devait représenter « une sorte de flabellum, l’attribut décoratif d’une reine ou d’une favorite royale ». L’écriture est à l’origine du caractère 帚 zhǒu, balai.

女 la femme arrive

Un autre type de graphie, formées à partir de la première, désignent la dame avec la clé de la femme à gauche ou à droite :

 

Le caractère moderne est 婦/妇帚 fù, voir l’article La femme et le balai pour plus de détails.

Rôle important


Ces dames avaient des statuts élevés. Dans les interventions militaires, elles « présentent le tribut de leur maison territoriale d’origine en assurant personnellement la livraison ; elles jouent un rôle en matière d’agriculture, parfois même elles remplacent le roi dans des cérémonies rituelles*. » Elles avaient un rôle politique important. Dame pouvait désigner la reine.

A la tête des soldats

Regardons une partie de la pièce Heji 7283 :

乙酉卜爭貞乎帚好 先共人于龐 yǐ yǒu bozhēngzhēn hū fù hǎo xiān gòng rén yú páng
Divination du jour yi you. Mandat du devin Zheng : est-ce qu’il faut ordonner à Dame Hao de recruter des soldats à Pang ?

爭 nom du devin  voir ici

乎 ordonner.  le vent  qui souffle sur une branche d’où le premier sens de sifflements provoqués par un vent fort.

婦好 Dame Hao ( épouse du XXIIe roi Shang, Wu Ding)
  Prendre la tête des troupes.  . Un pied           et un homme , d’où le premier sens progresser à pied.

共 rassembler des soldats, voir ici

于  à dans

páng nom de lieu

Le fac similé à gauche, la reproduction des graphies et les caractères modernes correspondants à droite :

*Les bronzes chinois, Michel Deydier, Office du livre, 1980.

Articles connexes :

La femme et le balai?

Du devin Bin 賓 au millet

17 septembre 2021

Le roi 王, le prince 子 et l’officier 臣

Nous avions vu que 子, avec ses multiples graphies, pouvait désigner les princes, d’où le sens de fils également. 子 renvoie aussi à des membres très hauts placé dans la société Shang, comme le prince Zhang 長子 mentionné sur la pièce Heji 27 641.

Après le prince : 臣

L’officier au service du roi se trouve au rang inférieur. La graphie   le désigne. Elle est composée d’un œil tourné verticalement. C’est la  position de l’œil quand une personne baisse la tête et est courbée pour montrer son respect. Les représentations sont diverses : , et .

臣 est le caractère moderne correspondant. Il existe plusieurs rangs d’officier. Michel Deydier* appelle un féal un  多臣 et un page 小臣. Le premier est le plus proche du prince. 

On reconnaît 多臣 sur la pièce 620 ci-dessous :

A l’époque classique



A l’époque classique,臣 chén est le pronom personnel je. Il est employé quand on s’adresse à des aînés ou à des personnes de la même génération. Il est également utilisé quand on parle au prince ou au roi : 请事之, veuillez me permettre d’être à son service, plus littéralement : je () demande la permission (请) d’être à son service.

Aujourd’hui

De nos jours, il est n’est pas très fréquent, on le trouve surtout dans des binômes, tel 功臣 gōng chén homme de mérite.

*Les bronzes chinois, Michel Deydier, Office du livre, 1980.

Articles connexes :

Des cheveux longs et du personnage important , 長子

Prince et Je

14 septembre 2021

Deux pas et 步

Aujourd’hui, je m’arrête sur un caractère bien connu dans la langue moderne 步 bù qui signifie marcher, pas, étape. L’étudiant apprend vite  le binôme 散步 se promener. La graphie est présente au début de l’époque Shang.

Deux pieds

Elle est composée de deux pieds , ce qui lui donne son premier sens marcher. 

+ marche

D’ autres types de graphies ont sur le côté 彳 la clé de la marche , d’autre l’ensemble  行 . Une autre variante est plus complexe :.

Certaines écritures des bronze Shang sont de vrais pictogrammes :.

Déplacement

Dans les écritures ossécailles, le sens s’étend beaucoup plus loin. 
Par exemple, dans la pièce Heji 180,  Zhu Qixiang explique que 步 signifie faire une inspection. Dans d’autres contextes, elle prendra le sens de faire un déplacement, une sortie en chariot. 

Dans le texte

Le texte 癸酉卜 殼貞 今日王步 peut se comprendre ainsi: « Divination du jour gui you. Devin Zhen : aujourd’hui le roi fait une inspection ». Zhu, après l’analyse d’autres pièces avec une structure similaire, pense qu’il faut comprendre différemment. En fait le devin demande si le roi rencontrera des désastres, les autres pièces contiennent à la fin   亡災, littéralement ne pas avoir de désastre. La traduction serait donc : … le roi, lors de son inspection, rencontrera-t-il des désastres ?

Le roi avec deux horizontaux


Dans l’article précédent,nous avions vu l’évolution du caractère 王 durant les cinq périodes de l’écriture Shang connue. Cette pièce appartient à la première période et nous pouvons voir que le roi n’a point ses trois traits horizontaux. Il en affiche deux seulement : .

La pièce Heji 180

Le fac-similé de la pièce se trouve à gauche. J’ai mis dans un rectangle violet la partie traitée aujourd’hui. Le texte se lit de haut en bas et de gauche à droite. Comme ce n’est pas très clair, j’ai inséré à droite la reproduction des graphies.

Articles connexes :

Pour les autres graphies, voir les anciens articles.
Pour les nouveaux lecteurs, toutes les publications sur les écritures Shang se trouvent dans la catégorie consacrée au sujet, cliquez ici.

13 septembre 2021

Désastre et chance

Revenons sur la pièce Heji 36496, de la Ve  et dernière période des écritures Shang, où nous avions trouvé la graphie de 王 avec les trois traits.

Divination du jour 癸

癸已卜 黃貞  王旬亡禍  王來正人方
guǐ yǐ bohuángzhēn wáng xún wáng huò wáng lái zhèngrén fāng
La divination est effectuée un jour 癸. Les phrases divinatoires sur les dix jours 旬 à venir commencent toujours par  癸.

La Ve période

Cette pièce comporte certains traits distinctifs de la Ve période Shang.
Les questions sur la prochaine décade 旬 voient souvent l’apparition du caractère 王. Il est absent dans les quatre premières périodes pour les divinations sur une décade.
La graphie de 禍 malheur avait cette structure , différente des écritures des autres périodes, comme on peut le voir sur l’illustration ci-dessous. Les chiffres en couleur indiquent les numéros des périodes. Elle est assez éloignée du caractère moderne 禍.

 

Les avis sur l’origine de cette graphie de la cinquième période sont partagés. La partie droite doit être le chien, mais certains pensent que le rat peut se trouver ici également. Le sujet mérite donc d’être creusé dans la semaine.

Nous avions vu les graphies d’un autre caractère signifiant désastre 災/ 灾 zāi , voir ici. Les écritures désignant le désastre sont nombreuses à l’époque Shang.

Vocabulaire nouveau

Nous avons déjà expliqué la structure de la plupart des caractères de cette extrait.  Regardons ceux que nous n’avons pas encore rencontrés.
黃 est le nom d’un devin important.
旬 : décade, des jours 甲  à 癸  . Une des graphies pour nuage 云 à l’origine. Le soleil est arrivé sous les Printemps et Automne : .
旬亡禍 ( Es-t-ce qu’il y aura un désastre?) est une expression fréquente à l’époque.

Traduction

癸已卜 黃貞  王旬亡禍  王來正人方
Divination du Jour Gui Ji, devin Huang. Est-ce que la décade sera bonne pour le roi ( Est-ce que le roi rencontrera des désastres/ aura de la chance…) ? Le roi attaque les Renfang. 
王旬亡禍  cette partie est traduite de nombreuses façons dans les ouvrages des spécialistes chinois.
La dernière proposition (Le roi attaque les Renfang 王來正人方) indique que le roi est déjà en campagne.Sans 來 la phrase 王正人方 dirait que le roi est encore dans la capitale, alors que 王其正人方 évoque le futur car 其 sous les Shang peut marquer le futur. Voir l’ouvrage de 朱歧祥 ,甲骨文讀本,里人書局, 臺北 2010 , p. 130.

La pièce

En face de la reproduction de la pièce, se trouvent les caractères modernes correspondants. Elle se lit de haut en bas et gauche à droite.

J’en profite pour mentionner le livre de Christian Deydier, court, instructif, qui abonde de références :


Articles connexes :

Eau, feu et arme, quel point commun?

Pour les nouveaux lecteurs, toutes les publications sur les écritures Shang se trouvent dans la catégorie consacrée au sujet, cliquez ici.

12 septembre 2021

La grande histoire

Quand on commence à apprendre les caractères chinois, on peut avoir l’impression qu’un caractère chinois est composé clairement de tel ou tel composant et que le fait est établi. C’est normal, au début, on ne va pas s’encombrer de toute une série d’arguments étymologiques, peut-on penser. Je ne sais pas si c’est la meilleure solution, mais j’aurais préféré débuter mon apprentissage du chinois avec plus d’ouverture et de bases sur l’origine des caractères, plutôt que d’apprendre des histoires péremptoires, parfois tronquées, qui ne racontent qu’une seule partie de la grande histoire.

Tortue et sauterelle en automne

Prenons l’exemple de 秋 automne que j’ai déjà visité ici.  Il est composé aujourd’hui de la céréale 禾 et du feu 火. En explorant l’évolution de la langue, on s’aperçoit qu’une grande partie des explications proviennent de la période Han, notamment du premier dictionnaire chinois, le Shuowenjiezi 說文解字 de Xu Shen 許慎 (IIe siècle Ap. J.-C.). Cet auteur commente ainsi la graphie : « Maturité des céréales : l’automne. » Ces Han ne connaissaient pas les écritures ossécailles Shang qui dormaient dans les sous-sols de l’ancienne capitale, Yin 殷. Un millénaire, plus ou moins, les séparait de cette période Shang. Certaines graphies ont connu de grandes transformations au point de ne plus avoir d’air de famille avec celles des Han. Pour revenir à l’automne : sous les Shang, l’écriture parfois contenait uniquement une sauterelle, ou bien une sauterelle avec le feu, ou encore une tortue :

.

Retour vers le roi et ses traits

Aujourd’hui, je reviens sur  王 wáng le roi, déjà abordé ici.  J’avais dans un premier temps appris que ce caractère contient trois traits horizontaux reliés entre eux par un trait vertical médian ; les trois traits représentent le Ciel, la Terre et l’Homme ; celui qui les réunit et les fait communiquer, c’est le roi. Plus tard, dès les premiers pas de recherches en époque Shang, je compris que le cours avait de plus de complexité. Les premières graphies ossécailles avaient plusieurs représentations. Il est aussi important de se rappeler que les écritures ossécailles Shang qui nous sont parvenues ont été inscrites sur une période s’étendant sur plus de 250 ans entre le XIV et le XIe siècle avant notre ère. Bien entendu, elles ont évolué elles aussi.

En deux-trois siècles, il se passe des choses

Les paléographes divisent cette époque entre cinq périodes. La première s’étend sur une centaine d’années (dates estimées – 1381 à 1283) avec quatre rois.  Elle affiche deux types de graphies : l’un qui peut rappeler un tertre ou une hache et un autre un homme grand debout sur terre (le trait inférieur):  . La période suivante, qui s’étend sur quarante ans, voit arriver le troisième trait supérieur :  .

 Dans la plupart des graphies de la dernière période, la cinquième (1209-1112 environ), les écritures avec trois traits horizontaux prédominent, une stabilité relative se détache pour se rapprocher du caractère moderne.

Les Zhou suivent

Avec la dynastie suivante des Zhou, qui, dans les premiers temps, aura des écritures ossécailles, les graphies restent dans la ligne des dernières Shang :


.

Dans le texte

Afin de mettre en pratique, j’ai cherché une inscription de cette cinquième période avec le roi 王. Mon choix s’est arrêté sur la pièce 36496.  Effectivement, comme on peut le voir sur le fac-similé, le roi a bien les trois traits horizontaux :

Je reviendrai sur cette pièce Heji, qui a des points intéressants à regarder.

Articles connexes :

Divination et roi en pays Shang

Automne, tortue et tribut

11 septembre 2021

De la fin à l’hiver et couper


冬 a mis un millénaire et même plus pour acquérir le sens d’hiver. Comment a commencé son histoire? Qu’a-t-elle généré?

冬 fin, extrémité, et enfin : hiver

 冬 dōng, à l’époque Shang, n’avait pas la signification actuelle d’hiver. A l’époque, on considérait qu’il existait deux saisons, le printemps et l’automne. A l’époque, le climat était plus chaud. Les premières graphies représentaient deux fruits au bout d’une branche d’un arbre, d’où le premier sens de fin, extrémité : . La signification d’hiver, par extension ( l’hiver est à la fin de l’année), est arrivée après plusieurs siècles durant la période des Printemps et Automne. La graphie avait également le sens de glace. Les deux extrémités rondes rappellent des morceaux de glace. De nos jours, 冬 n’a conservé que le sens d’hiver.

終 fin, finalement, mort.

est également le caractère d’origine de 終 zhōng fin, finalement, mort. L’écriture 終 a trouvé sa forme moderne seulement à partir des Royaumes Combattants : .

絕 couper

Certains chercheurs rapprochent les premières graphies de celles de 絕 jué couper, rompre, notamment l’une ou on peut distinguer une partie de 冬 avec deux autres ronds dessous :. Les traits horizontaux au nombre de trois, parfois deux, désignent des couteaux. D’autres écritures affichent le couteau sur la droite et le fil de soie et ses cocons sur la gauche : .

Articles connexes :

8 septembre 2021

Est-ce que la récolte sera bonne ?

Une partie de la pièce Heji 5 contient des graphies que nous avons déjà disséquées. Je passe donc à la révision.


王大令眾人曰 協田 其受年
Le roi donne un ordre important à la population  :  travailler dans les champs. Est-ce que la récolte sera bonne ?

大 ici a un rôle d’adverbe.
田 : le contexte nous permet de comprendre que 田 signifie champs et non chasse, son autre sens. En effet, 協 veut dire labourer ensemble.
其受年 : 其 a un rôle de futur, 受 signifie recevoir et 年 récolte.

Pièce Heji 5, graphie et caractères correspondants :

Pour le sens des autres graphies voir les liens :

令 :De l’ordre à la bouche, puis au destin

 協 : Des trois charrues à la coopération

其 :Du panier au conditionnel avec un petit trait

田  : Chasse et divination

7 septembre 2021

De l’ordre à la bouche, puis au destin

Des ordres sont donnés sur les écritures Shang. Quelle graphie est employée ?

令 et l’ordre

signifie ordonner, commander et sera la base du caractère moderne 令. La graphie représente une bouche qui donne un ordre à une personne à genoux . 令 est très proche de  今 jīn (ce, maintenant, actuel) que nous avons exploré la semaine dernière.

命 ordre et destin

est également l’écriture d’origine de 命. Le caractère a vu le jour au milieu de la période Zhou sur des inscriptions de bronze. Afin d’éviter la confusion avec 令, la bouche sera ajoutée tout en renforçant le sens : .

命 mìng signifie également ordre et commandement . Il a la connotation de l’ordre venu du ciel, en d’autres termes le mandat du ciel, 天命. Cette notion, élaborée par les Zhou, a servi à légitimer leur pouvoir après la victoire contre les Shang.  L’extension de sens est allée vers destin et sort.

 


Articles connexes :

6 septembre 2021

Avoir et assistance sous les Shang

Avec la visite de quelques graphies Shang, je clos aujourd’hui le chapitre de la pièce Heji 6409.

Avoir

Dans l’article précédent, nous avons vu que certaines anciennes graphies de 之  avaient cette forme :. Quelques fois sous les Shang,  elle correspondait à 之. En revanche avec le style petite sigillaire sous les Han, elle était la forme officielle de 之. Dans les inscription divinatoires, elle a plusieurs sens, notamment avoir, posséder ( équivalent au moderne 有) ; rituel d’offrande; aussi encore.

Protection, assistance

La graphie suivante   a le sens de protection, assistance. Elle est l’équivalent du caractère moderne 佑 yòu. Sur d’autres inscriptions, l’écriture pourra correspondre à 右 ou 有 ou bien 又 .

合文 

Les derniers caractères sont 三月, troisième mois. Ils sont en apparence assemblées et forment un 合文 ( écriture liée), voir plus de détails ici sur cette caractéristique.

Traduction

devin divination chinoise

Ces dernières semaines, nous avons vu toutes les graphies de la pièce Heji 6409. La pièce se lit de haut en bas et de droite à gauche. Passons à la transcription et à sa traduction.
丁酉卜 殼貞 今早王共人五千正土方受有佑三月
dīngyǒu bo ké zhēn jīn zǎo wáng gòng rén wǔqiān zhèng tǔfāng shòu yǒu yòu sān yuè
Divination du jour Dingyou : Que a soumis à l’oracle : Si le roi fournit (un approvisionnement) de cinq mille hommes pour attaquer Tufang, recevrons-nous aune assistance ? Au troisième mois*.

*J’ai repris une partie de la traduction de  » Initiation à la lecture des inscriptions sur os et carapaces de la dynastie Shang  » de Chen Kuang-Yu ( L’Asiathèque, 2021). Cette pièce est étudiée à la page 210.

Articles connexes :

4 septembre 2021

之 et 正, même famille?

Les premières écritures de 之 zhī et 正 zhēng ont des airs de famille. En effet, elles contiennent chacune l’élément pied.

Trait horizontal et pied

La graphie  de 之 se rencontre souvent dans les écritures Shang. Elle est le plus souvent composée d’un trait horizontal dans la partie inférieure et du pied au-dessus : . L’idée de partir d’un endroit est donnée. Pour mémoire, 正 réunissait le composant enceinte, qui évoquait une ville et ses murs, et le pied (voir l’article)  : 

De partir à ce et bien d’autres

Le premier sens est partir. Sur les écritures ossécailles, son emploi se limite au sens de ce et à un nom de famille et de lieu. A l’époque classique, il va prendre de nombreux sens notamment arriver, pronom personnel en complément d’objet direct ou indirect, lui, le, la, eux, les. Il sert à relier le déterminant au déterminé et est l’équivalent du 的 moderne. 
On peut même le rencontrer dans la même phrase avec des sens différents, par exemple dans le fameux fabliau 鄭人買履 Un homme de Zheng achète des chaussures : 先自度其足,而置其坐。至市而忘操之 Il mesura ses pieds et posa ses mesures sur son siège. Il se rendit au marché, mais les oublia. 之, le premier est COD, il remplace les mesures 置之 : posa les mesures. Le second signifie aller, 之市 : aller au marché. Le 3e 之 est de nouveau COD pour les mesures. A la période moderne, il va perdre la plupart des emplois et être utilisé surtout en binôme.

Etymologie Han

La dynastie Han voit une étymologie émerger que réfutent les paléographes de notre époque. Les érudits Han ne connaissaient pas les écritures ossécailles et se basaient sur le style de la petite sigilaire de l’époque avec cette graphie : 


Xu Shen dans le Shuowen explique ainsi 之 :« Sortir de terre ; croître, se développer : petite plante qui commence à sortir, et grandit et se développe en branches et tronc. » Pour leur défense, il faut mentionner que sur les écritures ossécailes circulaient une variante très proche de l’écriture Han, dont l’époque moderne ne peut vraiment donner d’explication :

 

Plus de mille ans d’évolution

Le tableau en fin d’article montre l’évolution de 之。 L’écriture, sous les Zhou, tranche avec celle des Shang. Si le trait horizontal reste, la partie supérieure est différente. Le 之 des Zhou (à droite ci-dessous) correspond au caractère moderne 止 zhǐ (principaux sens : seul, arrêter).

Les autres figures très stylisées des bronzes donnent des graphies spécifiques. La diversité des Royaumes Combattants s’éloigne encore des origines. 

Tableau tiré de 古文字類編 , 高明, p. 451


Annexe : Si vous avez oublié quelques dates,

Articles connexes :

4 septembre 2021