Acheter Ant, c’est acheter la Chine de demain !

Le 20 juillet, le groupe Ant Financial a annoncé préparer son entrée en bourse simultanée sur les deux places financières de Shanghai et Hong Kong. La société vise une évaluation de 200 milliards de dollars. Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba, a établi cette société en 2014. Elle se concentre sur cinq activités : Finances, technologie, financement, assurance et crédit.

entrée en bourse d ant financial

Alipay, la porte d’entrée

L’application de paiement en ligne, Alipay, est la porte d’entrée à ses services. Alors que Paypal compte 300 millions d’utilisateurs, son concurrent chinois regroupe 900 millions de personnes en Chine et 400 millions à l’étranger.Paypal a une capitalisation d’environ 200 milliards de dollars, Visa et Mastercard de plus de 300.
Concernant les services financiers, le groupe enregistre 740 millions de clients et peut compter sur 28 millions de micro-entreprises.  80% des utilisateurs d’Alipay ont recours à trois autres services d’Ant et 40% à cinq services. Avantage pour les sociétés américaines, pour l’instant, le consommateur occidental demeure plus rentable que le consommateur chinois.

微信 支付宝 entrée en bourse d'ant

Alipay-We Chat

Le concurrent d’Alipay sur le marché chinois est le porte-monnaie de We Chat qui a une part de marché de 30% sur le paiement en ligne. Cependant, We Chat ne peut soutenir la comparaison en termes de montant car ils sont beaucoup plus faibles. Sur le commerce hors ligne, We Chat a une part de marché plus forte avec une proportion 7:3 en sa faveur.

Synergie avec Alibaba

Alipay bénéficie aussi de tous les services qu’offre le groupe Alibaba avec la vente de tickets de cinémas, agence de voyages, livraison à domicile. Il compte développer les services de conseils médicaux. Les deux sociétés ont investi beaucoup dans le développement tout en collaborant avec des partenaires pour le développement de petites applications. We Chat travaille avec 1,5 millions de développeurs et Alipay a mis en place un d’un milliard de yuans pour les développeurs.

Des finances vers la technologie

Le secteur le plus rentable est celui des services financiers, notamment les emprunts. L’économiste Huang Qifan, ancien maire de Chongqing, estimait qu’en 2019, Ant avait un résultat de 10 milliards de yuans, 45% provenaient de deux sociétés de Chongqing spécialisées dans les « petites prêts » aux PME   – 36 000 yuans en moyenne. Le dossier d’introduction n’est pas encore sorti, mais on pense qu’Ant a accordé 1700 milliards de yuans de crédit en 2019, + 72% par rapport à 2018.
Le secteur des assurances présente un potentiel très important. Ant a enregistré 240 millions de yuans sur ce segment en 2019, le milliard devrait être dépassé cette année.
Ant tient à mettre l’emphase davantage sur les services technologiques que sur la finance. Au lieu de Fintech, à Hangzhou, on parle de Techfin. Cinq chantiers sont au cœur des recherches, le blockchain, l’intelligence artificielle, la sécurité, l’Internet des objets et l’information. 
En juin 2020, le groupe a changé de nom, il enlevé « services financiers 金融服务 » pour laisser place à « technologie 科技 » et « Zhejiang  浙江» sa province d’origine, pour d’une part mettre en évidence son cœur de métier, la technologie, et d’autre part enlever la connotation locale et afficher son ambition mondiale.

International

L’internationalisation est un pôle important ; en 2018, Ant a levé 14 millions de dollars pour le développement à l’international. L’objectif à 2025 est de compter 2 milliards de clients, dont 50% à l’étranger. Actuellement sur 1,3 milliard d’utilisateurs, 30% se trouvent hors de Chine. 
Asie
Ant a racheté ces dernières années nombre de sociétés ou créé des alliances. En Asie, le développement se passe plutôt bien.
En Inde, en février 2015, il est entré au capital de Paytm en tant qu’investisseur stratégique pour former le premier acteur local du paiement en ligne. Il a envoyé 100 techniciens à Delhi pour partager son expertise.  En deux ans, les chiffres se sont envolés, les transactions de l’alliance ont décuplé avec 200 millions d’utilisateurs, dont 90 millions d’actifs.  Fin 2019, le nombre s’élevait à 300 millions. On ne parle pas de rentabilité, mais de cash burn. Paytm affichait une perte nette de 500 millions de dollars. Le gouvernement indien, à la suite des tensions avec son voisin, dans un objectif de sécurité nationale, a interdit l’utilisation de 59 applications chinoises, dont We Chat et Tik Tok. En revanche, Ali Pay et Paytm ont été épargnées. Dans d’autres pays et territoires d’Asie, Thaïlande, Pakistan, Corée du Sud, Malaisie, Hong Kong, la stratégie reste la même : s’allier, avec des participations minoritaires, à un leader local qui a une bonne couverture Internet et un vaste réseau d’utilisateurs.

 rachat de Wordlfirts par un groupe chinois, ant Financial


Royaume-Uni, pas d’Etats-Unis
Aux Etats-Unis, l’aventure n’a pas connu le même succès. Le gouvernement américain a mis son veto en 2018 au rachat de Money Gram pour des questions de sécurité. Le groupe mené par Jack Ma s’est rabattu sur le britannique WordFirst le 14 février 2019 avec un montant de 700 millions de dollars. Dans le même temps, ce dernier mettait un terme à ces opérations sur le sol américain. Afin d’éviter un blocage du rachat par les autorités américaines, qui voit d’un mauvais œil les données de citoyens américains dans les mains d’une société chinoise ? Alipay a déjà passé de nombreux accords avec la plupart des pays européens. 

Les autorités de régulation

Les autorités de régulation de plusieurs pays ne voient pas toujours d’un bon œil l’implantation du géant chinois, l’administration chinois, quant à elle, suit de très près les évolutions ; le site Caixin pense qu’elle présente un véritable défi. Le secteur bancaire se plaignait qu’Alipay fonctionnait sur certains aspects comme une banque sans les contraintes et les obligations de sécurité d’une banque. En 2014, la Banque centrale chinoise avait déjà stoppé temporairement les transactions d’Alipay. Au premier trimestre 2018, le montant des sommes disponibles sur les comptes des clients s’élevait à 1690 milliards de yuans. La commission de régulation a interdit aux sociétés une pratique courante dans le secteur, faire travailler ces sommes à leur profit. Elle leur a enjoint de les déposer en tant que réserve sur les comptes de la Banque central, sans aucun intérêt. Une enquête pourrait être lancée par le comité anti-monopole sur Ant et Tencent, le propriétaire de We Chat. Les deux géants du paiement en ligne effectuent près de 95% des transactions en ligne du pays.

Les soutiens politiques

Les interrogations sont multiples sur l’appui que doit avoir Jack Ma pour « avoir la permission » de monter aussi haut et de défier les banques en place sur leur terrain. Fait-il partie d’un club d’hommes d’affaires de haut vol qui a le soutien du groupe de Shanghai (déclinant) que combat le président actuel depuis son accession au pouvoir ? C’est le lot des grands patrons chinois de composer avec le politique et d’obtempérer aux « demandes patriotiques » s’ils veulent pouvoir continuer à développer leur société (voir l’article). 

Acheter Ant, c’est acheter la Chine de demain !

Alipay gagne de l’argent sur le volume, mais le challenge du groupe est de transformer un service à faible marge en sociétés de services technologiques à grosse marge. Le groupe Alibaba a contribué aux profonds changements de la société et du commerce en Chine ces deux dernières décennies, Ant pourrait susciter d’autres transformations profondes. Acheter l’action Ant, c’est acheter la Chine de demain !
Le secteur des services génère près de 60% du PIB chinois, mais il a besoin d’une grande modernisation et la digitalisation que veut encore apporter le groupe donnera-t-elle un autre visage à la Chine ? Sans doute !

Sources :
Article de Caixin

Rubriques à consulter :
Economie
Finance

5 août 2020

Chine : la touche étrangère perd du terrain?

Un article de l’économiste Wu Xiaobo résume en quelques phrases la mue de la psychologie des consommateurs chinois et des propriétaires de marque face à l’étranger. La touche internationale permettait de monter en gamme quand on pouvait se l’offrir. Désormais, la note Chine gagne du terrain sur l’étranger.

Étranger = haut de gamme

Il y a quarante ans, quand on demandait à un consommateur chinois s’il souhaitait acheter des produits chinois ou étrangers, il rétorquait : « produits chinois ». Sa réponse n’était pas motivée par la qualité des produits locaux, mais par leurs prix abordables. Quand le portefeuille avait la bonne épaisseur, les consommateurs préféraient les produits étrangers.
L’article étranger était synonyme de haut de gamme. De nombreuses marques chinoises ajoutaient dans le nom de la marque, la conception du produit, une teinte étrangère pour faire étranger. Il existe un fameux marchand de meuble Da Vinci et une marque de prêt-à-porter La Chapelle, et bien d’autres qui enregistraient leur marque à l’étranger pour se targuer d’être une marque étrangère.

Li Ning vêtements sport

Vers la culture chinoise

Aujourd’hui, on assiste à un retournement, certaines marques se débarrassent de la connotation étrangère pour mettre en avant la culture chinoise. Li Ning a emprunté cette voie, même pour son développement international. En Chine, les consommateurs approuvent cette démarche. On constate un réveil de la culture locale. Il y a de plus en plus de jeunes qui portent des vêtements chinois dans les rues, et Li Ziqi est devenue une carte de visite pour l’exportation de la culture chinoise à l’étranger ; la propriété intellectuelle de la Cité interdite a connu un énorme succès, rapportant 1,5 milliard de dollars de recettes en 2017 grâce à l’achat de produits périphériques ; les groupes internationaux ont commencé à prêter attention aux besoins culturels des consommateurs chinois, en développant des produits co-marqués avec des éléments de « tendance nationale ». McDonald’s a changé son nom chinois. Il est passé de Maidanglao 麦当劳 avec une prononciation qui rappelait un peu le nom américain à un nom resplendissant, Arche d’or 金拱门.

La célèbre Li Ziqi 李子柒

liziqi 李子柒 soft power chinois
La célèbre Li Ziqi 李子柒

Confiance dans la culture chinoise

Wu Xiaobo explique en guise de conclusion : Les gens choisissent les marques chinoises même avec un niveau de vie plus élevé. La raison principale n’est peut-être pas le prix bas, les marques chinoises comprennent davantage les consommateurs locaux, ils ont plus confiance en leur propre culture.  
Certes, comme l’affirme Wu, « les marques chinoises comprennent davantage les consommateurs locaux ». Je ne suis pas sûr qu’« une plus grande confiance » dans la culture chinoise incite davantage à acheter une marque locale.  L’alchimie est plus subtile : un mélange de politique nationaliste, de tensions internationales, une stratégie marketing qui flatte l’égo national devant la renaissance du pays et beaucoup d’autres facteurs expliquent ce retour (à confirmer) vers les marques nationales. Les remarques de l’économiste sont pertinentes, mais je trouve les conclusions un peu hâtives. Elles semblent venir tout droit d’organes officiels peu objectifs.
Il est clair que les marques étrangères qui veulent conquérir le marché chinois doivent s’adapter et montrer leur désir de comprendre le consommateur chinois. Certaines l’ont compris, d’autres l’ont réalisé beaucoup trop tard et sont vite rentrées à la maison.

Source :
Compte Weibo de Wu Xiaobo

1er août 2020

Chongqing/Canton

Le bureau de recherches Trigger Trend analyse les données sur le PIB par ville au 1er semestre 2020.  Sur les vingt villes les plus importantes ( à l’exception de Wuhan et Qingdao), onze ont enregistré une progression dont Shenzhen, Chongqing, Suzhou et Chengdu alors que des villes comme Pékin, Shanghai et Canton une baisse. Wuhan, avec l’impact du Covid, accuse la plus forte chute, estimée à 20%. Chongqing passe devant Canton, mais nous devons regarder dans le détail les chiffres.

Classement des villes chinoises par PIB sur le 1er semestre 2020 :

Classement des villes chinoises par pis 1ER SEMESTRE 2020

Chongqing devant Canton

Sur le premier trimestre, Canton avait un PIB plus important de 24 milliards de yuans. Au final, Chongqing bénéficie d’une une avance de 24,154 milliards sur les six premiers mois, avec 1120,983 milliards de PIB et une légère augmentation de 0,8% contre 1096,829 milliards et un recul de 2,7%.

Export-textile

Le secteur de l’export souffre beaucoup de la crise sanitaire, en particulier la branche textile qui n’a pu pleinement bénéficier de la saison haute de mars-mai. La région Canton-Foshan a subi de plein fouet les effets de la pandémie à l’étranger et en Chine. Dans un premier temps, les usines n’ont pu reprendre totalement la production, les ouvriers ne pouvaient pas toujours revenir dans les usines après le Nouvel An chinois. Au fil de la propagation à l’international, les clients ont diminué les commandes.
Comme le montre le tableau ci-dessous, les ventes de détails, l’import-export et les investissements ont mieux résisté à Chongqing.

Certes Chongqing a pris le dessus sur la première partie de 2020, mais Canton depuis le début de la politique de réforme a construit de nombreux points forts si bien que les deux villes ne sont pas comparables.

Incomparable ?


Le PIB par personne et les revenus disponibles sont plus de deux fois plus importants à Canton et l’urbanisation est plus avancée. Chongqing ne fait plus partie de la province du Sichuan depuis les années 90 et dépend directement du gouvernement central. Cette « ville-province », qui a une superficie proche de celle de l’Autriche, est dix fois plus grande que la ville de Canton. La stratégie consiste a en faire un pôle majeur du développement de la Chine de l’intérieur. Les années 2000 ont vu une très forte croissance avec des pics en 2007 (+23,9%) et 2011 (+26,32%). Bo Xilai, qui croupit en prison ou qui est mort en décembre dernier selon certaines rumeurs, l’a dirigé d’une main de fer entre 2007 et 2012.


Chongqing perd de l’importance ?


La ville est peut-être en train d’affaiblir sa position de noyau central au profit de Chengdu. En effet le transport fluvial perd du terrain face au transport aérien, Chongqing ne peut davantage exploiter son rôle initial dans son domaine. Par ailleurs, pour les produits de nouvelle technologie, le coût transport n’est pas déterminant.


Canton, de son côté, a déjà commencé avec succès, sa mue vers les nouvelles technologies, qui génèrent déjà un quart du PIB local. La tendance à la baisse ne devrait pas se confirmer, le déclin est certainement conjoncturel.  Chongqing profite de son effet de taille, mais la ville est encore loin derrière en termes de revenus et de PIB moyen par habitant.

Articles sur le secteur de l’exportation en Chine : 

Rebond de l’export? Oui, mais!

Reconversion de l’export

Quel est le taux de chômage en Chine ?

Chine-Inde, où aller ?

Source :
重庆GDP首超广州!对不起,一线城市还是北上广深

30 juillet 2020

Reprise de l’économie ou non?

La vie en rose


Parler de la Chine, notamment de sa santé économique et de son système politique peut parfois relever de la plaisanterie quand on ne veut pas se regarder dans une glace. Observer ce pays quand on l’habite ou quand on est à l’extérieur donnent évidemment des visions différentes. Cependant, il faut éviter d’être dupe des divers conditionnements. En Chine, le dynamisme de l’économie, de sa population, et son optimisme – bien entretenu par des médias officiels harmonieux – peuvent nous faire entrer dans une bulle. Quand on a des intérêts, financiers, familiaux, économiques ou autre, on est encore plus exposé au risque de se transformer en perroquet conscient ou inconscient de l’Agence Chine nouvelle avec un fanatisme qu’apprécient les franges les plus nationalistes et qui fait rire les autres. 

Noir de noir

D’un autre côté, hors de Chine, où on relève plutôt les trains qui ne sont pas à l’heure, loin de la belle vitrine, il est facile de tomber dans un autre biais. Avec le noir qu’on aime broyer dans les pays occidentaux, on voit vite une Chine en chute libre depuis des décennies. Ce genre d’événement arrive également à des Chinois qui semblent découvrir leur pays en écoutant des médias chinois basés à l’étranger. L’un me répétait qu’il faut aller à New York pour savoir ce qui se passer dans les coulisses du gouvernement chinois. 
Par-dessus, vous ajoutez une crème de grille de lecture idéologique, de gauche ou de droite et la comédie intellectuelle peut battre son plein ou plutôt c’est l’enterrement du discernement. Je ne veux donner de leçon à personne car on peut tous passer par ces états, moi le premier, et osciller de l’un à l’autre. C’est pourquoi sur ce site, je rapporte des voix des divers camps. Aujourd’hui, j’évoque l’émission de Wang Jian sur la santé économique chinoise. Ce journaliste économique, après avoir travaillé en Chine et à Hong Kong, vit désormais aux Etats-Unis où il peut s’exprimer plus ouvertement et sa chanson ne vient pas de Pékin. Voyons d’abord les chiffres officiels sortis en fin de semaine dernière.

La consommation chinoise au premier semestre : -5,9%

Le Bureau national de statistiques a publié les chiffres sur la consommation au premier semestre. Ils s’élèvent à 9 718 yuans par personne et accuse une baisse de 5,9% (9,3% en enlevant le facteur prix). Les citadins ont dépensé en moyenne 12 485 yuans (- 8%, -11,2% corrigés) et les habitants des zones rurales 6209 yuans (-1,6%, -6%).
Deux catégories de produits affichent une hausse, l’une aliments-alcool, tabac avec + 5% et l’autre habitation + 3,1%. L’habillement recule de 16,4%, les articles ménagers de 6,4%, la télécommunication de 10,7%, l’éducation et les loisirs 35,7%, les dépenses de bien-être et médicales de 9,9%.

Consommation, dépenses par catégorie, et proportion dans la consommation globale sur le 1er semestre 2020 :

Consommer en Chine, quels articles?

Les bénéfices des entreprises : – 12,8%


Les bénéfices des entreprises ont baissé de 12,8 % au premier trimestre, 28,5% pour celles du public, 13,7% pour les sociétés par action, les sociétés étrangère ( y compris celles à capitaux de Hong et Macao) de 8,8% et les entreprises privées de 8,4%.

Juin : amélioration

Le mois de juin présente de meilleures perspectives.
1. Les ventes des grandes entreprises industrielles sur juin se sont redressées. La valeur industrielle après un frémissement à +0,4% en mai, affiche une hausse de 4,8% en juin.2.  Après la chute du début d’année 2020, l’indice des prix à la production (PPI) se redresse, voir illustration. 3. Les prix de revient, grâce, en partie, au recul du baril de pétrole, sont moins élevés. Sur 100 yuans, la baisse des coûts équivaut à 0,22 yuans.
Indice des prix à la production (PPI) :

PPI Chine reBOND en juin 2020

Pas de rebond?

Wang Jian, journaliste économique, ne croit pas à la reprise économique chinoise, comme l’indiqueraient les données du mois de juin. La consommation est faible et les marchés étrangers ne permettent pas au secteur de l’export de se relever. Comment peut-on avoir une économie qui repart ? Il n’a pas confiance dans une partie des chiffres officiels. Par exemple, ces dernières années, les douanes ont commencé en 2018 à utiliser la monnaie chinoise et non le dollar pour indiquer les montant du commerce extérieur. Il est plus difficile de faire les recoupements avec les données d’autres pays en raison de l’effet de change qui peut être influencé dans le sens qu’on veut bien lui donner. Il observe d’autres données qui sont peu regardées et qui ne passent pas par l’ « harmonisation », comme par exemple les chiffres sur les transports. Le premier semestre 2020 a un volume qui représente seulement 45,2% du volume de 2019 et le mois de juin qui verrait une reprise enregistre un volume de 68,8% de juin 2019 à l’intérieur des villes et 56,3% entre les villes. Le journaliste trouve qu’il est beaucoup trop tôt de parler de reprise. Beaucoup de secteurs avaient atteint un sommet dans les années 2016-2017 avant de baisser, la crise sanitaire n’a qu’aggravé une économie qui a besoin de réformes structurelles.

Le catastrophisme sans catastrophe

Le catastrophisme économique et financier sur la Chine existe depuis plus de trente ans et aucune collision n’est arrivée. Que les chiffres officiels soient orientés pour une belle esthétique, je le crois. Pour cela, doit-on penser que la situation est aussi mauvaise que certains milieux le disent ? Non, ce n’est pas mon avis. Nul pays n’est parfait. La Chine est multiple. On a une Chine des villes et de la façade est, avec certains secteurs – le numérique- en forme. Les plans de relance chinois sont présents. D’un autre côté, on a une Chine à la traîne avec ces 600 millions de personnes et leurs 1000 yuans ( 140 $) de revenu moyen par mois. L’économie chinoise repart? Certainement! A petits pas? Il y a de fortes chances!

Sources:
Bureau national des statistiques
Bureau des statistiques 2
Emission de Wang Jian

28 juillet 2020

Les revenus en Chine

La Chine présente une forte diversité des niveaux économiques. Elle est devenue la seconde puissance, mais les écarts sont considérables, encore 600 millions de Chinois ont des revenus moyens de 1000 yuans par mois (140 USD). Alors que la façade est du pays tire la croissance vers le haut et attire les populations, l’Ouest ne parvient pas à rattraper son retard. L’inégalité entre les villes et les campagnes se creuse également. Le bureau national des statistiques chinois vient de publier les données sur les revenus disponibles du premier semestre. Ils reflètent bien ces disparités géographiques.

La façade est, à l’honneur


Les revenus disponibles correspondent à l’ensemble des revenus, moins les prélèvements sociaux et les impôts sur les revenus. Shanghai avec une moyenne de 36 600 yuans sur les six premiers mois occupe la première place devant Pékin avec 34 600 yuans. Le club des 20 000 comprend le Zhejiang – 27 039 – le Jiangsu 22 126, Tianjin 22067, le Guangdong 20774. Les provinces du Fujian, Liaoning et Shandong, et Chongqing, présentent des revenus supérieurs à la moyenne mobile 15 666 -soit 2 611 yuans par mois. L‘écart est important entre les villes -21 655 yuans – et les zones rurales -8069 yuans.

Revenus chine

Tibet/Hubei


La hausse moyenne s’élève à 2,4%. 19 provinces/villes dépassent cette croissance. Le Tibet affiche la plus forte augmentation avec 9,66%, mais avec les plus faibles revenus du pays, 8 545 yuans. Trois régions enregistrent des baisses, Tianjin, le Heilongjiang et le Hubei ; ce dernier a la plus forte chute avec -9,42%. Évidemment, la crise sanitaire est la cause principale de ce recul.

Moyenne des revenus par provinces/villes :

Les revenus en Chine

Salaires : 9010 yuans sur les six premiers mois de l’année


Les salaires s’élèvent à 9010 yuans (57,5%), les revenus de transfert 2 938 yuans, d‘activités annexes 2 341 yuans, du patrimoine 1 376 yuans. Les revenus de transfert regroupent les retraites, les prestations et aides sociales et les subventions.  Les retraites par personne ont augmenté de 9,3%, les aides de 13,2%.
En général, le salaire moyen présenté est le salaire des villes, c’est celui qu’on retrouve dans la plupart des médias étrangers. Le bureau des statistiques fait la distinction entre les villes et les zones rurales et la différence est abyssale : 13 232 yuans contre 3 654 yuans, près de quatre fois plus pour les villes, 2205/ mois and 609/mois. Les chiffres annoncés habituellement sur les salaires moyens sont plus élevés. Soit on ne prend pas en compte les zones rurales, soit on prend seulement les plus grandes villes, ce qui ne reflète pas l’entière réalité. Pour. Plus de détails sur les bas revenus, voir l’article ici.

Ces données permettent de « quantifier » l’écart rural-ville. Il est pratiquement de 1 à 4 en termes de salaires et de 1 à 3 pour la totalité des revenus disponibles. Un exemple supplémentaire qui montre qu’il est difficile de parler LA Chine, car il existe des Chine.
Sources : Bureau national des statistiques 国家统计局

Pour rappel :
1 € = 8,18 yuans
1 $ = 7 yuans


Articles connexes : 

Le patrimoine moyen dans les villes chinoises

Qui sont ces 600 millions de Chinois à bas revenus?

Chine, riche ou pauvre ?

25 juillet 2020

Boutique à zéro yuan de We Chat

Super App


La super application We Chat a changé, voire révolutionné, les habitudes de nombreux chinois de la dernière décennie. Elle cumule les avantages de WhatsApp, Facebook, Twitter, Apple Pay, avec de nombreuses fonctions supplémentaires qui la rendent indispensables, non seulement pour le particulier mais également pour les entreprises. On peut pratiquement se passer d’argent liquide dans la vie de tous les jours, We Chat est accepté presque partout. La société du groupe Tencent ne cesse de développer et améliorer ses offres, elle travaille depuis six mois sur une application « Boutique à zéro yuan ». Quelles sont ses caractéristiques ?

We Chat Magasin Zero cout

Boutique à zéro yuan 


Cette plate-forme en test depuis le 14 juillet avec un groupe de marchands présente plusieurs avantages. Elle ne demande aucun frais de service. We Chat se rémunère avec une commission de 0,6% du montant de la transaction. Elle permet donc d’abaisser les coûts tout en offrant de multiples services, diffusion d’informations sur les articles, promotion, émission de coupons, prise de commande, logistique, service au client et service après-vente, paiement. Le règlement est transféré directement sur le compte We Chat du marchand.
Une entreprise peut compter cinquantaine magasins, un entrepreneur individuel cinq. Aujourd’hui, seulement les entrepreneurs individuels et les sociétés peuvent participer à la période de test. Par rapport aux autre plate-forme, We Chat permet d’ouvrir plus vite son magasin et d’avoir des coûts plus bas. Sans aucune connaissance technologique, on peut vendre ses produits.


La simplicité résumée dans la formule « 一键开店, Boutique en un clic» devrait attirer les commerçants et renforcer la puissance du groupe, omniprésent dans la vie quotidienne. Une nouvelle transformation à prévoir ? La force de frappe de We Chat devrait au minimum donner un coup de fouet au petit commerce, qui en a besoin.

Sources :

0 成本的微信小商店内测!「一键开店」的新功能会影响哪些人
微信小商店0元开店 降低卖货门槛


17 juillet 2020

Les loyers baissent – à Pékin et dans d’autres villes chinoises

En juin, pour la première fois dans la capitale chinoise depuis au moins 20 ans, selon une étude de Century 21, les loyers affichent une baisse générale, -5% par rapport à juin 2019, le prix du mètre carré atteint 84,4 yuans (A Paris, le prix moyen du mètre carré est à 32 euros selon le site Seloger.com -255 yuans). Les chiffres sur 18 grandes villes montrent une baisse moyenne de 10,9%. Quelles sont les causes ?

L’hiver du marché

Le Nouvel An chinois tombe fin janvier ou début février. Le mois de février traditionnellement le meilleur mois pour la location, en raison de l’épidémie, n’a pas présenté les bons chiffres habituels. L’amélioration de la situation sanitaire et le retour au travail ont permis de revoir une demande presque normale en location. L’autre bonne période de la location se situe au début de l’été lorsque les nouveaux diplômés cherchent un nouvel emploi. Dans les circonstances présentes, l’affectation prend plus de temps et exerce une influence directe sur les transactions qui ont baissé sur le premier semestre de l’année, 23% pour Pékin, 30% dans 12 autres grandes villes étudiées et jusqu’à 60% à Wuhan et Hangzhou. Les vacances locatives ont beaucoup augmenté, elles ont atteint 50 jours en juin, 12 jours de plus que l’an dernier. Le chômage croissant pèse aussi sur le marché.

Location en Chine

La baisse n’a pas attendu le Covid à Pékin

Les nouveaux diplômés ont animé le marché des étés précédents, mais cette année, la population des 20-25 ans, qui représente 17,7% de la demande, ne répond pas présente.
Les raisons ne viennent pas toutes de l’épidémie, le secteur accusait déjà un repli au second semestre 2019.Par ailleurs, l’augmentation des loyers ne pouvait continuer. Le mètre carré est passé de 2012 à 2020 de 51,3 à 84,4 yuans, soit une augmentation de 64,7%, avec deux périodes à plus de 10%, 2013 et 2016-2017. La baisse s’était déjà amorcée dès août 2019.

Tendance sur le long terme ?

Après une croissance folle ces vingt dernières, l’économie chinoise trouve un rythme plus serein et bien entendu les réajustements (le fameux 调整 en chinois) intervient. Est-ce passager où une tendance durable se met en place ? La baisse de la population est un facteur important, le gouvernement de Pékin a mis en place des mesures pour contenir la croissance de la population avec succès ; la capitale enregistre une baisse de 200 000 personnes en trois ans, voir l’article.

Sources. :
房子租不出了?空置期长达50天,北京租金跌了5%!租客都去哪了?

14 juillet 2020

Le secteur agricole chinois à l’aube de grandes transformations?

Le secteur de l’Internet s’est développé à très grande vitesse en Chine. Les agriculteurs vendent en ligne depuis une petite dizaine d’années, mais ils n’ont pas encore profité pleinement de cet essor. De grands changements se profilent. En effet, la plupart des grands acteurs de l’Internet en Chine commencent à mettre des stratégies en place sur un secteur considérable par sa taille. Le bureau de recherches Zhigu sur son compte Weibo fait le point. Voyons ses arguments!

Un marché gigantesque

Le marché des produits agricoles et des aliments les attire. Il représente 1 000 milliards de yuans (142 milliards de dollars) par an, 10% de plus que celui de l’électroménager et cinq fois celui des vêtements. La force de travail comprenait 313 millions de personnes en 2019. 

La vente en ligne et ses avantages.

Internet permet de mettre à disposition de tous les consommateurs chinois l’immense diversité des produits. Par exemple, le raisin chinois a 700 variétés, les sortes de patates douces abondent, comme la patate au miel des six tortues et la patate pourpre de Linyi. Quand j’habitais Shanghai, j’achetais sur Internet beaucoup de fruits de la passion et de grenades, dans le Yunnan ou dans le Guizhou.

variété de patate douce en Chine


Le consommateur final et le producteur sont gagnants. Par exemple, à Mengzi dans le Yunnan, le prix d’achat, chez le producteur, du sac d’oignons de 30 kilos est de 30 yuans, soit 0,5 yuans la livre. Les supermarchés pékinois revendent la livre à plus de 5 yuans. En éliminant les intermédiaires, l’agriculteur peut vendre la livre à 1,5-2 yuans et enregistré plus de bénéfices.

Les BAT (Baidu, Ali Baba, Tencent) sont au rendez-vous

Les rois de l’Internet ont bien compris que ce marché encore peu exploité offre un potentiel immense. Tencent travaille sur des projets d’intelligence artificielle dans le domaine agricole. Meituan met en place un service d’achat de produits agricoles. Baidu planche sur une technologie de détection à distance de parasites, de robotisation et de contrôle par satellite. Ali Baba et Jingdong consacrent plus de ressources pour être les meilleurs distributeurs. Huawei tient à profiter de la 5G pour se développer dans ce secteur qui s’annonce, une fois de plus très concurrentiel.

Ces groupes, notamment ont transformé le pays et le comportement des consommateurs ces dernières années. Ce n’est pas fini, le secteur agricole devrait profiter des innovations incessantes

10 juillet 2020

Quelles villes attirent le plus de population en Chine?

Nous avions vu que les provinces du Zhejiang et du Guangdong étaient les provinces les plus attractives, en raison notamment de leur dynamisme économique dans cet article. Les villes de 2è et 3è catégorie offrent le meilleur potentiel de croissance, voir les observations d’un économiste chinois ici, alors que Shanghai et Pékin limitent l’afflux des populations extérieures. Regardons la croissance de la population – résidents permanents – des principales villes chinoises en 2019. 

Sur les 10 premières villes affichant la plus forte progression, trois se trouvent dans la province du Guangdong : Guangzhou, Shenzhen et Foshan. Deux dans le Zhejiang : Hangzhou, la capitale, et Ningbo. 
Shenzhen avec une augmentation de 412 200 personnes, après avoir occupé la première place en 2017 et 2018, se fait dépasser par Hangzhou, qui enregistre une croissance de 554 000. 

Le lac de l'ouest à Hangzhou


Shenzhen enregistre une croissance légèrement plus forte que la capitale du Guangdong, Guangzhou, 412 000 contre 401 000. La voisine de Hong Kong, avec une population moins importante 13,43 millions contre 15,30 pour Guangzhou, enregistre un PIB plus élevé, 2692 milliards de yuans (383 milliards de dollars) contre 2 362. Shenzhen a le troisième place du PIB des villes chinoises derrière Shanghai 3 815 et Pékin 3 537.
Ningbo, dans le Zhejiang, montre une forte hausse avec 340 000 de la population l’an dernier contre 197 000 en 2018 alors que Wuhan et Xian sont toujours en croissance, mais plus faibles que l’année précédente. Les mesures plus souples d’installation à Ningbo et les aides pour attirer les étudiants et l’achat d’appartements expliquent en partie cette augmentation. 
Pékin, avec sa politique de désengorgement de la capitale continue à avoir une baisse pour la troisième année consécutive – près de 200 000 personnes en trois ans.

Croissance de la population – résidents permanents – des plus grandes villes chinoises, population en 2018 et 2019 en millions et croissance en 2019 en million :

Article sur le patrimoine moyen des villes chinoises

7 juillet 2020

Export, reconversion sur le marché chinois?

L’export emploie 200 millions de personnes, près de 25% de la population active. Le secteur a déjà traversé des moments difficiles avec la guerre commerciale. La crise sanitaire a provoqué une forte baisse de la demande étrangère. Les chiffres officiels indiquent une baisse de 3,3% en mai après un rebond de 3,3% en avril, principalement dû à des facteurs ponctuels (voir l’article sur le sujet ici). Le gouvernement chinois prévoit diverses mesures de soutien, le Conseil d’Etat hier a émis diverses recommandations, notamment sur la reconversion vers le marché national.
Quels sont les défis de ces société exportatrices pour la reconversion ? Quels sont les pistes d’amélioration ?

Les défis de la reconversion


Déjà, après la crise financière de 2008, une partie des entreprises s’était retournée vers le marché intérieur, mais avec peu de succès. Les problèmes à résoudre tiennent en 4 points principaux.
1. Nombre d’usines sont des sous-traitants et n’ont pas véritablement de création. Elles ne sont pas armées pour attaquer le marché chinois très encombré. Leur notoriété est très faible. Des investissements dans le marketing sont indispensables pour se faire un nom.
2. Les marchés internationaux et chinois diffèrent. Pour le textile, les demandes sont très différentes, en termes de goût, de taille et de mensurations. En prêt-à-porter, dans certains cas, il faut créer de nouvelles lignes pour la Chine.
3. Revendre la production de marques étrangères met face au problème d’autorisation et de droit d’exploitation.
4. Le business model pour le marché intérieur demande plus d’investissement car il faut d’abord acheter la matière première ou le produit fini. Les rentrées d’argent interviennent à la vente ou après la vente alors que sur l’export, les usines peuvent recevoir un acompte à la commande et dans de nombreux cas un paiement avant expédition. Une lettre de crédit ouverte par l’acheteur permet des financements bancaires ; les avances de trésorerie sont moins importantes.

Chine export

Les améliorations

Le gouvernement recommande l’amélioration du commerce en ligne transfrontalier et local, d’utiliser le live streaming afin de diversifier les canaux de distribution.
Il faut également accélérer l’internationalisation des standards, pousser à l’international les standards chinois, participer activement aux amendements des standards et supprimer les différences entre les standards chinois et étrangers.

La reconversation n’est pas aisée, l’aide du gouvernement est nécesaire. Il pense à prendre des mesures. Est-ce qu’il utilisera davantage les armes à sa disposition pour soutenir le secteur, comme les exonérations de taxes, accélération de la procédure de remboursement de taxes, aides à la trésorerie, subventions pour le marché intérieur ?

Sources :
商务部:出口转内销潜力大 标准不一缺乏营销结算差异成制约 
支持出口转内销需注重长短相济

1er Juillet 2020