Des pieds au carré, 格

La rencontre de 格 gé dans les anciens textes et ses multiples significations m’obligent à creuser les origines de la graphie.

Rectifier

Ce matin, je lisais une étude sur les maîtres-penseurs des Royaumes Combattants[1] et notamment un passage expliquant comment ils ont érigé le Roi en parangon moral et sa capacité de transformation morale sur ses sujets. L’auteur, Yuri Pines, cite Mencius : « Ce n’est pas assez que de critiquer les autres, ce n’est pas assez que de blâmer le gouvernement. Seul le Grand Homme est capable de rectifier les erreurs dans le cœur du souverain. Quand celui-ci est bienveillant, tout le monde est bienveillant. Quand il est droit, tout le monde est droit. Quand il est juste, tout le monde est juste. Rectifiez simplement le souverain et l’État sera stabilisé. 人不足與適也,政不足間也。惟大人為能格君心之非。君仁莫不仁,君義莫不義,君正莫不正。一正君而國定矣». (Mengzi, « Li Loushang », 7.20 : 180). 格 ici a le sens de rectifier ( 格君心之非, rectifier les erreurs dans le cœur du souverain). A noter que le dernier正 du texte est également utilisé dans ce sens.

 

D’où vient 格 ?

Certains philologues lui donnent 各 comme forme d’origine (初文). Les premières graphies contenaient un pied avec les doigts orientés vers le bas où se trouve un puits , ce qui a donné le sens d’arriver – que prit plus tard notre 格 ! Certaines écritures ont la clé du pas 彳 sur le côté .  Sous les Shang, les principales significations étaient : parvenir, arriver, multicolore. L’écriture désignait également un sacrifice. 

木 arrive

Sous les Zhou occidentaux, un nouveau caractère vit le jour avec l’arbre 木 sur le côté : 格. Le premier sens longue branche d’un arbre a certainement motivé le choix de 木.  Par extension de sens, treillis et treillage sont arrivés. Quadrillage, carreau, case viennent également par extension.  格 a également emprunté des significations de 各, telle arriver, venir. 


[1] L’invention de la Chine éternelle, Comment les maîtres-penseurs des Royaumes Combattants ont construit l’empire le plus long de l’histoire ( V-IIIe siècle Av. J.-C.), Yuri Pines, Les Belles Lettres, 2009.

Articles connexes :

26 décembre 2021

Un tissu humble 敝

La lecture du Zuo Zhuan, écrit durant les Royaumes Combattants, offre de nombreux caractères peu employés à notre époque. Je succombe parfois à chercher l’origine de la graphie.

Usagé et humble

 敝 bì signifie usagé, avarié. Dans cet ouvrage, il a un autre emploi, le caractère est un terme de politesse utilisé quand une personne désigne une chose qui lui appartient. Dans le premier chapitre, le premier souverain évoque son humble principauté avec 敝 : « 敝邑以賦,與陳蔡從,則衛國之願也 » Mon humble principauté avec toutes ses troupes vous suivra, ainsi que Tch’en et Ts’ai. C’est le désir de la principauté de Ouei (Traduction Couvreur).

Les tissus et les morceaux

Les graphies sous les Shang contiennent un morceau de tissu à gauche – le caractère moderne (巾) – et à droite une main qui tient un bâton (攴). Une des variantes montre des points autour du tissu, donnant l’idée de petits morceaux qui tombent, puis de détérioré et avarié.


L’écriture avait déjà ce sens et dans certains cas, elle était un nom de lieu. 

Articles connexes :

Le Ligui, un bronze Zhou

Quelle est cette graphie sur bronze?

15 décembre 2021

Quand deux poissons se rencontrent 冓

J’avais abordé l’origine de 冓 avec communiquer 溝通 ici.

Comme 冓 m’a accompagné dans mes lectures, je reviens sur le sujet. 

Rencontre

Les premières graphies évoquent l’idée de rencontre. Qiu Xigui pense que deux poissons se rencontrent ( 甲骨文字詁林, p.3140).

 

Plusieurs sens existent sur les inscriptions oraculaires : Se trouver face à, rencontrer (pluie, vent, ennemi, ancêtre).  今日不冓雨 : Aujourd’hui, pas de pluie.

Avec le pas et le pied

D’ailleurs, il existe d’autres variantes avec la clé du pas  (彳) sur un côté à gauche ou à droite et le pied  (止) dans la partie inférieure, comme l’illustration ci-dessous le montre.

Les inscriptions sur bronze contiennent en plusieurs occasions la clé du pas. Sur celle du 四祀邲其卣, la plus longue inscription Shang  sur bronze (42 caractères), 彳 est présente (voir le cercle violet) :

 

冓 désigne également un sacrifice.  

女 arrive

Dans un passage du Zuo Zhuan(隱公十一),j’ai croisé ce matin  媾 gòu qui signifie union des deux familles par alliance. L’écriture de la femme 女 apporte l’idée de mariage et d’alliance. Le prince de Zheng évoque les anciennes pratiques de ces alliances(如舊昏媾). Pour ce sens,  媾 se trouve souvent dans le binôme 昏媾 (昏 avait un ancien sens de mariage, le caractère moderne 婚 lui a pris cette signification).
Il existe d’autres caractères construits avec 冓, mais c’est une autre histoire.

Articles connexes :

15 décembre 2021

Les montagnes occidentales 西山經

Je reprends la publication de mes notes sur le chinois classique avec un passage du Classique des montagnes et des mers 山海經, recueil de données sur la géographie et de légendes. Aujourd’hui, les lignes choisies, dans une syntaxe simple, évoquent les montagnes occidentales.

西山經 Les montagnes occidentales
華山之首,曰錢來之山,其上多松,其下多洗石。有獸焉,其狀如羊而馬尾,名曰羬羊,其脂可以已腊。
Voyons le vocabulaire.

華山 Montagne Hua

華山 Montagne Hua. Elle se trouve dans la province du Shanxi et culmine à 1600 mètres d’altitude.
之, équivalent du 的 de la langue moderne, relie le déterminant 華山 au déterminé 首.
首 tête, premier
曰 être nommé
錢來 nom de la montagne
錢來之山 : 之  relie déterminant 錢來 et déterminé 山.

其 son, sa


Les premières graphies Shang à gauche représentaient un van en osier ou en bambou. 
Évolution du caractère des Shang aux Han, de gauche à droite : 


Dans les écritures ossécailles, il exprime le conditionnel ou le futur, ou encore l’éventualité. En chinois classique, il est surtout un pronom personnel indiquant l’appartenance, comme son, sa, ses. 
松 pin  : 木 arbre indicateur sémantique +  公 gōng élément phonique
洗石 : pierre à laver . Est-ce une pierre à laver par le frottement (Emile Burnouf) ou une pierre contenant de l’alcali ?

獸 quadrupède

獸 quadrupède. Le caractère a une origine commune avec 狩 shòu  chasser. Le voyage part de plusieurs graphies ossécailles. L’une avec une arme simple   et un chien  : .Une autre contient   une fourche en bois  . Sur les extrémités des deux branches sont enveloppées des pierres- et le chien : . 
  單 peut également désigner un bouclier, un outil de chasse ou un mât totémique (Initiation à la lecture des inscriptions sur os et carapaces de la dynastie Shang, Chen Huang-Yu, L’Asiathèque, 2021). 獸 a la même origine, la partie à gauche rappelle 單 et celle de droite comprend le chien 犬. 獸 a pris le sens de quadrupède, d’animal, bête par la suite. 

焉 Oiseau


焉 adverbe de lieu, là, dans. Sous les Royaumes Combattants, pictogramme pour un oiseau. Emprunt phonétique.
狀 forme. Premier sens, forme d’un chien : 爿qiáng est l’élément phonique et  犬 quǎn chien l’indicateur sémantique.
如 comme
羊 chèvre

而 herbe ou racine


而 Particule indiquant une juxtaposition.
Les graphies Shang évoquaient une barbe qui pend du menton ou une racine d’une plante . Les bronzes Zhou la stylisèrent et ouvrirent la porte à la forme moderne : 而. Emprunt phonétique.
馬 cheval

Poil et une personne se baisse 尾

尾 queue. Les graphies Shang montrent une personne qui se baisse et un poil, 毛.
脂  graisse. 月 clé de la viande indicateur sémantique + 旨zhǐ élément phonique. Premier sens : viande séchée. 
已  finir, guérir
腊 xī Premier sens : viande séchée. 

Traduction

Traduction Burnouf :
La première des montagnes Hua s’appelle Mont Qian Lai. Son sommet abonde en pins, et son pied en pierres à laver. On y trouve un quadrupède ayant la forme d’une chèvre avec une queue de cheval. Son nom est Qinyang. Sa graisse à la vertu de guérir des rides.

Autres articles sur le chinois classique :

鄭人買履 Un homme de Zheng achète des chaussures

Les petits profits ruinent les grands intérêts 顧小利,則大利之殘也

27 novembre 2021

鄭人買履 Un homme de Zheng achète des chaussures

Tout élève de chinois est passé un jour par ce fabliau de Han Feizi qui critique les dogmatiques ou encore ceux qui se tiennent aux connaissances livresques sans s’adapter à la réalité ou avoir assez de souplesse pour changer de point de vue.
Regardons le texte classique.

鄭人買履

鄭人有且置履者,先自度其足,而置之其坐。至之市而忘操之。已得履,乃曰 :“吾忘持度。”反歸取之。及反,市罢。遂不得履。人曰:“何不試之以足?曰 :“寧信度,無自信也。
Zhèng rén mǎi lǚ zhèng rén yǒu qiě zhì lǚ zhě, xiān zì duó. qí zú, ér zhì zhī qí zuò. Zhì zhī shì ér wàng cāo zhī. Yǐ dé lǚ, nǎi yuē:“Wú wàng chí dù.” Fǎn guī qǔ zhī. Jí fǎn, shì bà. Suì bùdé lǚ. Rén yuē:“Hébù shì zhī yǐ zú? Yuē:“Níng xìn dù, wú zìxìn yě.


鄭人買履 Un homme de Zheng achète des chaussures

鄭人有且置履者
鄭 pays de Zheng
履 chaussure
且 être sur le point de
置 = 買 acheter, 
鄭人有且置履者
有…者, cette construction permet de mettre en valeur la narration et d’indiquer une personne, ici on désigne une personne du pays de Zheng 
Nous avons déjà rencontré ce type de construction, avec Han Feizi d’ailleurs :
楚人有鬻盾與矛者 : Un homme du pays de Chu, qui vendait des boucliers et des lances
楚人有涉江者 Au pays de Chu, il y avait un homme qui traversait le fleuve…
Traductions française et chinoise : Un homme du pays de Zheng était sur le point d’acheter des chaussures 有個想要買鞋子的鄭國人.


先自度其足,而置之其坐。至之市而忘操之
度, mesurer, ici en tant que verbe, se prononce duó. Pour le nom, mesure, la prononciation est dù.
置 autre sens poser
坐 siège
操 prendre
之, le premier est COD, il remplace les mesures 置之 : posa les mesures. Le second signifie aller, 之市 : aller au marché. Le 3e 之 est de nouveau COD pour les mesures.
Il mesura ses pieds et posa ses mesures sur son siège. Il se rendit au marché, mais les oublia. 先測量好自己腳的尺碼,把尺碼放在他的座位上,等到前往集市,卻忘了帶量好的尺碼

已得履,乃曰 :“吾忘持度。”反歸取之。及反,市罢。遂不得履。
持 = 操 = prendre
反歸 retourner
及 au moment où
罢 arrêter, fermer
Il avait déjà pris les chaussures et il dit : « J’ai oublié de prendre les mesures. » Il rentra pour les prendre. Quand il revint au marché, il était fermé. Finalement, Il ne put acheter les chaussures. 已經拿到鞋子,卻說:“我忘記帶量好的尺碼了。”就返回家去取量好的尺碼。等到他返回集市的時候,集市已經散了,最後鄭國人沒能買到鞋子。

人曰:“何不試之以足?曰 :“寧信度,無自信也。
何 : pourquoi
以 : utiliser
寧 : préférer
On lui demanda : « Pourquoi n’as-tu pas utilisé tes pieds pour essayer ? ». Il répondit : « Je préfère croire dans les mesures, je ne crois pas mes pieds. »
有人問他說:“爲什麼你不用自己的腳去試一試呢?”
他說:“我寧可相信量好的尺碼,也不相信自己的腳。

Texte en caractères simplifiés : 
郑人买履
郑人有且置履者,先自度其足,而置之其坐。至之市而忘操之。已得履,乃曰 :“吾忘持度。”反归取之。及反,市罢。遂不得履。人曰:“何不试之以足?曰 :“宁信度,无自信也。

Articles connexes :
Les petits profits ruinent les grands intérêts 顧小利,則大利之殘也

發憤忘食 Etudier avec une telle ardeur qu’on oublie de manger

Quand vous voyez un homme sage, pensez à l’égaler en vertu

23 juin 2021



Mais si le peuple n’a pas confiance en ceux qui le gouvernent, c’en est fait de lui

Penchons-nous sur un texte peu alambiqué des Entretiens de Confucius (XII,7), où un disciple pose des questions au Maître sur le gouvernement.

子貢問政 zi gòng wèn zhèng 
政 gouverner 
Confucius n’est pas mentionné, mais le contexte permet de comprendre que le disciple s’adresse à lui.
Zi Gong interrogea Confucius sur l’art de gouverner

子曰足食足兵民信之矣  zǐ yuē zú shí zú bīng mín xìnzhī yǐ
足 suffisant
之 est un pronom personnel. 之 remplace quel mot ? Il faut chercher avec le contexte. Le verbe est 信 avoir confiance, son sujet 民 le peuple. Le passage est sur l’art de gouverner, le gouvernement. 之 remplace gouvernement.
曰, dans contexte, répondre et non dire.
Le Maître répondit : « Qu’il y ait assez de nourriture, assez de forces de défense et que le peuple ait confiance ! »

子貢曰必不得已而去於斯三者何先 zi gòng yuē bì bùdéyǐ ér qù yú sī sān zhě hé xiān 必不得  = 必  nécessaire + 不 ne pas + 得 obtenir. Ne pas obtenir ce qu’il faut
已  accompli 
而 indique une conséquence entre deux actions
去 rejeter, abandonner. En classique, ce verbe n’a pas le même sens qu’en chinois moderne, aller.
斯 ce, cette façon. 於斯 dans ce cas.
者 ici se rapporte à三 trois
何先 , 何 = pronom interrogatif. Lequel en premier ?


Zi Gong demanda : S’il n’est pas possible d’obtenir les trois, que faut-il rejeter ?

子曰 去兵  zǐ yuē qù bīng 
Le maître répondit : les forces militaires.

子貢曰必不得已而去於斯二者何先 zi gòng yuē bì bùdéyǐ ér qù yú sī èr zhě hé xiān 
Zi Gong demanda : S’il n’est pas possible d’obtenir les deux, que faut-il rejeter ?

子曰去食.  zǐ yuē qù shí  
Le maître répondit : « Les vivres »

自古皆有死 zìgǔ jiē yǒu sǐ 
自古 depuis toujours
皆 : tous
自古皆有死 depuis toujours les humains ont été sujets à la mort

民無信不立 mín wú xìn bù lì
不立ne pas tenir debout ;le sujet ici n’est pas énoncé, c’est le gouvernement. 
Mais si le peuple n’a pas confiance en ceux qui le gouvernent, c’en est fait de lui.Kyril Ryjik commente ce passage, il souligne ce dernier passage est ambigu :
On peut le comprendre de deux manières : « 1. Un peuple 民 sans 無 confiance 信 不 ne saurait tenir debout 立ou 2. Avec un peuple sans confiance ( un gouvernement 政) ne saurait être institué (立)…. Paradigme pour bien des pages en 文言 : la concision du texte nous dit « ne tient pas debout » mais ne nous oblige pas à faire de 民 le sujet de 立, la question étant sur  政, c’estlui qui peut être le sujet : (avec) un peuple qui n’a pas confiance, un gouvernement ne peut tenir debout. » (p. 79 à 88, L’Idiot chinois, I, 2014)



Traduction de Couvreur :
Tzeu koung interrogea Confucius sur l’administration des affaires publiques. Le Maître répondit : 

— Celui qui administre les affaires publiques doit avoir soin que les vivres ne manquent pas, que les forces militaires soient suffisantes, que le peuple lui donne sa confiance. 

Tzeu koung dit : 

— S’il est absolument nécessaire de négliger une de ces trois choses, laquelle convient-il de négliger ? 

— Les forces militaires, répondit Confucius. 

— Et s’il est absolument nécessaire d’en négliger encore une seconde, dit Tzeu koung, quelle sera-t-elle ? 

— Les vivres, répondit Confucius, car de tout temps les hommes ont été sujets à la mort, mais si le peuple n’a pas confiance en ceux qui le gouvernent, c’en est fait de lui. 

Articles connexes :

發憤忘食 Etudier avec une telle ardeur qu’on oublie de manger

Quand vous voyez un homme sage, pensez à l’égaler en vertu

29 mai 2021

Les petits profits ruinent les grands intérêts 顧小利,則大利之殘也

La période des Royaumes Combattants (476 av. J.-C. à 221 av. J.-C.) , avec notamment ses écoles de pensée, demeure un moment charnière dans l’histoire chinoise. Elle voit la perte de vitesse du rite et de la morale. La guerre des braves combattants verra arriver l’importance de la stratégie, des manœuvres et à la ruse. Han Fei Zi (279 av. J.-C. à 232 av. J.-C.)   dans Le Tao du Prince, partie les Dix erreurs 十過 , donne un exemple célèbre avec le Prince de Jin et de son conseiller, orfèvre en ruse.

Regardons le texte :

奚謂顧小利? xī wèi gùxiǎolì?
奚 pronom interrogatif
谓 signifier, voir article sur le caractère
顧 regarder
利 intérêt, profit
Que signifie petits profits?

昔者晉獻公欲假道於虞以伐虢。xī zhě jìn xiàngōng yù jiǎ dào yú yú yǐ fá guó
Autrefois, le prince de Xian de Jin voulait passer le pays de Yu pour attaquer le pays de Guo.
晉獻公 Le prince Xian de Jin, mort vers 651 Av. J.-C.
假 emprunter
虞 pays de Yu
以 pour
伐 marcher contre, attaquer
虢 pays de Guo (guó)

荀息曰: »君其以垂棘之璧與屈產之乘,賂虞公,求假道焉,必假我道.
xún xī yuē: »Jūn qí yǐ chuí jí zhī bì yǔ qū chǎn zhī chéng, lù yú gōng, qiú jiǎ dào yān, bì jiǎ wǒ dào
Xunxi dit : « Vous pouvez offrir au prince de Yu des jades de Chuiji et le quadrige de Quchan, et demander le droit de passage. Il acceptera assurément.
荀息 Xunxi, le conseiller du prince
垂棘 chuí jí, nom de lieu, qui avait de très beaux jades
屈产 nom de lieu, où les chevaux étaient célèbres pour leur qualité
賂 offrir en présent
焉 ici marque une pause

« 君曰: »垂棘之璧,吾先君之寶也;屈產之乘,寡人之駿馬也。若受吾幣不假之道,將奈何?jūn yuē: »chuí jí zhī bì, wú xiān jūn zhī bǎo yě; qū chǎn zhī chéng, guǎrén zhī jùnmǎ yě. ruò shòu wú bì bù jiǎ zhī dào, jiāng nàihé?
先君 père défunt, ancêtre
幣 cadeau
將 a beaucoup de sens, ici, il a la valeur de alors
奈何 comment faire ?
Le prince dit, les jades de Chuiji sont les trésors de mes ancêtres, les chevaux Quchan sont mes coursiers. S’il accepte mes présents et qu’il n’accorde pas le passage, comment faire ?

荀息曰: »彼不假我道,必不敢受我。若受我,而假我道,則是寶猶取之內府而藏之外府也,馬猶取之內厩而著之外厩也。君勿尤。 » Xún xī yuē: »Bǐ bù jiǎ wǒ dào, bì bù gǎn shòu wǒ. Ruò shòu wǒ, ér jiǎ wǒ dào, zé shì bǎo yóu qǔ zhī nèi fǔ ér cáng zhī wài fǔ yě, mǎ yóu qǔ zhī nèi jiù érzhe zhī wài jiù yě. jūn wù yóu. »
彼 il
我 ici est la première personne du pluriel et non du singulier, les pronoms personnels du singulier peuvent indiquer également le pluriel, il faut donc bien regarder le contexte pour éviter des erreurs de compréhension. Ici, c’est assez logique.
猶 équivalent à 
藏 mettre en dépôt
厩 écurie
府 entrepôt
勿 négation
Xunxi dit : « S’il ne nous donne pas le droit de passage, il n’acceptera pas les présents. Si il les accepte, alors il nous donnera le droit de passage. Ainsi, l’opération ne reviendra qu’a les déplacer et les mettre en dépôt à l’extérieur. Prince, ne vous inquiétez pas ! »

« 君曰: »諾. »乃使荀息以垂棘之璧與屈產之乘賂虞公而求假道焉。Jūn yuē: »Nuò. »Nǎi shǐ xún xí yǐ chuí jí zhī bì yǔ qū chǎn zhī chéng lù yú gōng ér qiú jiǎ dào yān
諾 interjection exprimant le consentement. Oui.
乃, 就, alors
Le prince suivit le conseil de Xunxi et accepta qu’il demande au prince de Yu le droit de passage en échange des présents, les jades de Chuiji et les coursiers et Quchan. 

虞公貪利其璧與馬而欲許之 yú gōng tān lì qí bì yǔ mǎ ér yù xǔ zhī
貪 avide, cupide
Le prince de Yu appâté par ces avantages, les jades et les chevaux voulait donner sa permission.

宮之奇諫曰: »不可許。夫虞之有虢也,如車之有輔。輔依車,車亦依輔,虞、虢之勢正是也。若假之道,則虢朝亡而虞夕從之矣。不可,願勿許.
Gōng zhī qí jiàn yuē: »Bùkě xǔ. Fū yú zhī yǒu guó yě, rú chē zhī yǒu fǔ. Fǔ yī chē, chē yì yī fǔ, yú, guó zhī shì zhèng shì yě. Ruò jiǎ zhī dào, zé guó cháo wáng ér yú xī cóng zhī yǐ. Bùkě, yuàn wù xǔ. »
諫 avertir
夫 ici, particule pour marquer le début de phrase ou la progression d’une action
輔 être joint pour renforcer, os malaire d’un homme
Son conseiller Gong Zhiqi le prévint : «  Ne donnez pas votre permission ! Les pays de Yu et Guo sont comme les deux os de la mâchoire qui s’appuient l’un sur l’autre. Si vous les laissez passer, la chute de Yu suivra celle de Guo. Vous ne pouvez pas donner votre accord. » 

虞公弗聽,逐假之道 yú gōng fú tīng, zhú jiǎ zhī dào ?
Le prince ne l’écouta pas et accorda le droit de passage.

荀息伐虢克之,還反處三年,與兵伐虞,又克之。
xún xī fá guó kèzhī, hái fǎn chù sān nián, yǔ bīng fá yú, yòu kèzhī
克 vaincre
Xunxi attaqua Guo et vainquit. Trois ans plus tard, il leva une armée, attaqua le Yu et le vainquit. 

荀息牽馬操璧而報獻公,獻公說曰: »璧則猶是也。雖然,馬齒亦益長矣 xún xī qiān mǎ cāo bì ér bào xiàngōng, xiàngōng shuō yuē: »Bì zé yóu shì yě. Suīrán, mǎ chǐ yì yì zhǎng yǐ. »
操 tenir à la main
報 informer
猶 semblable
齒 dent
亦 indique le développement d’une action. Même, aussi.
益 augmenter, ajouter
Tenant les chevaux par la bride d’une main, les joyaux d’une autre, Xun Xi fit son rapport au prince : « Le jade n’a pas changé, mais les chevaux ont les dents plus longues. »

故虞公之兵殆而地削者,何也?愛小利而不慮其害。故曰:顧小利,則大利之殘也.
gù yú gōng zhī bīng dài ér de xuè zhě, hé yě? ai xiǎo lì ér bù lǜ qí hài. Gù yuē: Gùxiǎolì, zé dàlì zhī cán yě
L’armée de Yu fut vaincue et son territoire annexée parce que son prince, attiré par les petits profits, n’a pas vu le malheur qui se cachait. D’où la maxime : « Les petits profits ruinent les grands intérêts. »
故 raison dans 故虞公之兵殆而地削者
故 c’est pourquoi 故曰
殆 être vaincu
削 couper
殘 nuire à endommager gravementL’armée de Yu fut vaincue et son territoire annexé parce que son prince, attiré par les petits profits, n’a pas vu le malheur qui se cachait. D’où la maxime : « Les petits profits ruinent les grands intérêts. »

Pour aller plus loin, voir les deux ouvrages de Jean Lévi et sa traduction du Han Fei Zi :

Articles connexes :

守株待兔, Attendre paresseusement une occasion sans prendre aucune initiative

De la contradiction en Chine

24 mai 2021

Il est un immense poisson

Revenons à Zhuangzi et aux premières lignes qui présentent l’oiseau Peng. Ce passage a suscité de nombreuses interprétations. L’oiseau est-il l’image du sage taoïste qui a trouvé la liberté ou encore évoque-t-il l’égalité ? En réaction à un lecteur qui trouvait, à raison, le passage du boucher Ding assez ardu, je viens à ce texte qui ne présente pas de grandes difficultés syntaxiques.

北冥有魚,其名為鯤。鯤之大,不知其幾千里也。化而為鳥,其名為鵬.鵬之背,不知其幾千里也;怒而飛,其翼若垂天之雲.

běi míng yǒu yú, qí míng wèi kūn. Kūn zhī dà, bùzhī qí jǐ qiān lǐ yě. Huà ér wéi niǎo, qí míng wèi péng. Qí míng wèi péng péng zhī bèi, bùzhī qí jǐ qiān lǐ yě; nù ér fēi, qí yì ruò chuí tiān zhī yún.

冥 Étendue abyssale, origine et terme des manifestations vitales
鯤 Kun, nom du poisson.
其名為鯤 et 其名為鵬 / 為 fait office de copule, voir l’article.
化而為鳥 :為 a également le sens de devenir, notamment avec 而, voir le même article.
鵬 : composé de 朋,  indicateur phonique, et de oiseau 鳥. Le caractère se confondait avec celui du phénix, 鳳 fèng. Graphie ancienne :
其 son, sa
怒 en colère
翼 aile
若 comme
垂 atteindre
Traduction Jean Lévi : Il est dans les brumes de l’océan Septentrional un immense poisson, long de je ne sais combien de milliers de lieues, nommé K’ouen. Le K’ouen se métamorphosa en un oiseau appelé P’eng, dont le dos mesure des milliers et des milliers de lieues. Le P’eng dans un élan furieux, prend son essor, déployant des ailes plus vastes que les nuages qui flottent dans le firmament.

是鳥也,海運則將徙於南冥。南冥者,天池也。齊諧者,志怪者也。
shì niǎo yě, hǎiyùn zé jiāng xǐ yú nán míng. Nán míng zhě, tiānchí yě. Qí xié zhě, zhì guài zhě yě.

則 conjonction de  succession entre deux actions dans le temps
徙 migrer
齊諧 Le légendaire de Qi. 齊 Pays de Qi.
志 recueil de document
南冥者,天池也, construction en : sujet者,Prédicat也 : 南冥L’océan méridional est le sujet et 天池 L’Étang céleste, le prédicat. 
Pour rappel, le prédicat se place en général après le sujet et indique ce que fait le sujet, comment il réalise l’action ou ce qu’on dit du sujet. 
Traduction :  Profitant de la marée, il s’élance pour migrer jusqu’aux confins de l’océan Méridional – l’Étang céleste. Un recueil de contes merveilleux Le légendaire de Ts’i décrit ainsi son envol :

諧之言曰:「鵬之徙於南冥也,水擊三千里,摶扶搖而上者九萬里,去以六月息者也。」
xié zhī yán yuē:`Péng zhī xǐ yú nán míng yě, shuǐ jī sānqiān lǐ, tuán fúyáo ér shàng zhě jiǔ wàn lǐ, qù yǐ liù yuè xí zhě yě.’

擊 frapper (l’eau), repousser
摶 tournoyer
扶搖 vent violent
« Lorsque le P’eng surgit des flots pour se diriger vers l’océan Méridional, il fait gicler l’eau sur une aire de trois mille lieues. Porté par un vent tourbillonnant, il s’élève en spirale à une hauteur incommensurable. Il s’en va pour un voyage qui durera six mois. »

Articles connexes :

Zhuangzi et le boucher Ding

Zeng Shen a tué un homme 曾參殺人

19 mai 2021

La nuque et le collier

Nous avions déjà vu que certains caractères avaient perdu leurs sens anciens, pas complètement perdus quand même car certains chengyu utilisés de nos jours véhiculent l’ancienne signification tout comme les binômes. Wang Ning, dans son manuel, donne quelques exemples. 

Commençons par 项/項

項 xiàng est composé de 工 et  頁. Le sens d’origine de 頁 est tête. 工 est l’indicateur phonique (en chinois archaïque). La thèse de l’élément phonique n’est pas unanimement acceptée. L’image qu’évoque 工 rappelle le lien que fait la nuque ente la tête et le reste du corps. Le premier sens de 項 est nuque, mais, de nos jours,  seul il ne signifie plus nuque, mais chose, article ; il est même un classificateur pour les articles. En chinois moderne, nuque se dit 后颈 hòu jǐng.

On  retrouve 項 dans diverses  associations loin de la nuque, telles  项目 xiàng mù projet et 选项 xuǎn xiàng.

Le sens de nuque, cependant, apparaît encore dans quelques binômes, comme 项链 xiàng liàn collier. 项 + 链 = nuque + chaîne = collier.

Le chengyu 望其项背 wàngqíxiàngbèi. Littéralement, il veut dire Regarder 望 sa 其 nuque 项 et son dos 背. Au sens figuré, on l’emploie dans le sens de 赶得上 pouvoir atteindre, pouvoir rattraper, pouvoir arriver à temps,pouvoir suivre.

Articles connexes :

Évolution de sens

Du feu au train chinois

19 mai 2021

Évolution de sens

Je poursuis mon exploration des sens entre le chinois classique et la langue moderne aux détours des textes avec l’aide du manuel de Wang Ning.

Question de mesure, de regretter à haïr

En chinois classique, 恨 hèn signifiait regretter alors qu’en chinois moderne, il a le sens de haïr.
恨力不能, Je regrette de n’avoir pas assez de force (Les Trois Royaumes).

Vers le péjoratif

爪牙 zhǎo yá (爪 griffe + 牙 dent) désignait une personne qui apportait une aide efficace et compétente au souverain, souvent un général alors que, de nos jours, 爪牙 a une connotation péjorative : laquais, homme de main, complice, acolyte, 帮凶, 走狗.
Exemples classiques : 
予 王 之爪牙  Je suis l’aide du roi.
將軍者,國之爪牙也 Le général est le défenseur du pays.

賄/贿 huì avait le sens d’objet de valeur ou de cadeau. Plus tard, il prit le sens de pot-de-vin.
商家阜通貨賄 (Zhouli) Les marchands qui amassent et font circuler les denrées.
Dans la langue actuelle, on retrouve le sens de corruption dans divers binômes : 贿赂 huì lù, corrompre, soudoyer, acheter par un pot-de-vin ; 受贿 shòu huì recevoir des pots-de-vin, se laisser corrompre ; 行贿 xíng huì offrir un pot-de-vin, corrompre.

Articles connexes :

Dans tous les sens!

Le sens dans le sens du caractère chinois

16 mai 2020