Les mille vies du couteau 刀/刂

Le caractère刀, dāo, couteau, vient d’une première graphie, qui représentait le manche d’un couteau et sa lame (voir article). Il se retrouve dans de nombreux caractères, tels 分 fēn diviser, 剪 jiǎn ciseaux ; le plus souvent sous cette forme 刂, 别 bié ne pas… ou 割 gē couper. Nous pouvons définir six principales familles sémantiques

判 pàn figure dans la première. Comme les temps ont changé, la signification moderne a migré vers des terres moins sanglantes. 判  est composé de la moitié 半 et du couteau 刂, son premier sens était couper en deux (un animal) pour un sacrifice; ces derniers s’étant calmés, l’écriture a pris le sens de juger et rendre un verdict. Avant de donner un verdict, on doit regarder les deux partis, soupeser et trancher !

分 fēn, dans le groupe diviser, est composé de l’élément 八 (graphie du chiffre 8) qui marque la division, la séparation. On le retrouve dans divers caractères avec cette connotation. 

Je vous laisse découvrir les familles :

 

Idéalement, on se passe des traductions :

Articles connexes :

Couteau, lame et tranchant

Toit + main : 守

15 avril 2021

Couteau, lame et tranchant

Parfois, les caractères demandent du temps pour les apprendre et les retenir. Heureusement, une partie rime avec simplicité ou presque.

刀, dāo, couteau vient d’une graphie qui évoquait un couteau et son manche :.

Quant  à 刃 rèn, tranchant, lame du couteau, un trait vertical sur la gauche indique la lame.

Pour 刅 chuāng, deux traits sur les côtés évoquent des petits morceaux collés sur la lame, du sang. Il n’est pas étonnant que le sens de ce caractère soit blessé.

Articles connexes :

L’oeil chinois

Un arbre et un oeil

14 avril2021

Formation et développement de l’écriture

Dans son cours sur le chinois classique, Wang Ning de l’Université Normale de Pékin, expliquait le processus de fermentation des caractères avec un exemple éloquent à la fois sur la sémantique et la phonétique. On peut distinguer plusieurs phases dans le développement des caractères chinois, d’abord la phase primaire 原生阶段, qui a vu l’apparition des simples graphies, puis la phase de multiplication 孳乳阶段, puis celle des combinaisons 合成阶段. Regardons un exemple pour cette seconde étape :

En effet, on peut faire une chaine entre les caractères suivants et comprendre leurs genèses :

空 kōng vide 

通 tōng passer librement. Si l’espace est vide 空, on peut passer librement 通.

痛 tòng, avoir mal / douleur. En médecine chinoise, 不通则痛, si il n’y a pas de circulation 通, il y a la douleur 痛, c’est ce qu’on appelle obstruction douloureuse.

孔, kǒng,trou,  ouverture. Pour passer 通, il faut une ouverture 孔, une ouverture a un « endroit » vide 空 .

囱 cōng, cheminée. C’est une ouverture 孔, qui  permet de faire passer  通 l’air et la fumée, comme une fenêtre, autre sens de 囱.

窗, chuāng, fenêtre. Les sons ang et ong sont très proches, on pourrait faire une dérivation avec 工 et  江.

聪, cōng, intelligent, (ouïe) fine. L’intelligence demande une ouverture 孔/ 窗 et la faculté de se mettre à la place des autres pour faire passer 通 facilement l’information et la comprendre.

葱/ 蔥 (trad.) cōng, oignon L’oignon est un des légumes à feuille qui a une ouverture 孔.

La phase deux, principalement avant la période Han, est encore en majorité monosyllabique. La phase trois des combinaisons 合成阶段 va voir le passage à une langue en majorité polysyllabique avec beaucoup d’associations de caractères.

Articles connexes :

La parole est passée!

交通 Circulation et communication (3)

沟通 et communication(2)

Cours de Wang Ning, passage sur le sujet à partir de 24’30

9 avril 2021

通 continue

Nous avions  analysé la signification de 通 sur  plusieurs articles . « Si le caractère veut dire informer, communiquer, il a la connotation de passer librement. Pour une communication réussie, il faut ouvrir ses propres digues et écouter l’autre, laisser la liberté à l’information de l’autre de s’exprimer et ne pas mettre ses blocages internes en face. Être ouvert est important,  通 signifie aussi ouvert. A quel point ? Au point de comprendre à fond, autre signification de 通. Si un jour, on vous dit que vous êtes 中国通 , cela voudra dire que vous êtes un spécialiste de la Chine, dans le sens que vous la comprenez bien. » Ces familles sémantiques sont très riches aussi :

Il existe encore une signification utilisée notamment dans les dictionnaires de langue classique.

Que peut vouloir dire 通 ? Cochez la bonne case :

困, un caractère avec des ressources

Epouse ou pas!

7 avril 2021

將, le futur et beaucoup

Nous avons rencontré hier 將/将 jiāng : 公曰 :無庸,將自及 gōng yuē: wúyōng, jiāng zì jí, Le prince reprit, ça ne sert à rien, il va à la rencontre des malheurs. Ici, en chinois classique, il est la marque du futur proche. Il a de nombreux sens dans les langues classique et moderne. Aujourd’hui, nous allons d’abord regarder les anciens sens.

Les explications sur les premières graphies sont partagées.

Une main qui prend un morceau de viande à droite de la graphie et l’élément de gauche 爿donne le son, d’où le premier sens, prendre.

D’autres voient dans une autre graphie ancienne (sur la droite de l’illustration) une table et un morceau de viande :

On peut distinguer les cinq significations les plus fréquentes :

Aider, coopérer :  補過將美 Réparer le mal et aider à faire le bien

Diriger, être à la tête : 將數百之眾 Être à la tête de quelques centaines d’hommes

Général : 王侯將相寧有種乎? Quand on a été roi ou marquis, général ou conseiller d’État, à quoi sert d’avoir une postérité ?
將 désigne également un pièce d’échecs chinois ( qui a des similarités avec le roi des échecs dits occidentaux).

Futur proche, bientôt, sur le point de :
將人門 Il est sur le point d’entrer à la porte 
吾將仕也 Je vais exercer une charge
將二十年 Il y aura bientôt vingt ans

Avoir l’intention de, vouloir
不識舜不知象之將殺己與 Je ne sais si Shang ignorait que Xiang eût voulu lui donner la mort
余將告於蒞事者 Je veux dire au plus haut fonctionnaire de s’occuper de cette affaire

Nous verrons dans un prochain article comment la langue moderne traite ce caractère.

Articles connexes :

7 avril 2021

引, du tir à l’arc au loup

Les significations  de 引 yǐn ont une évolution assez représentative du passage d’un sens propre au sens figuré. 引 est composé de l’arc 弓 et d’un trait vertical, qui évoque l’action de tirer à soi la corde. Le premier sens tirer à l’arc est clair.

Des premières graphies des Shang (1 à 3) jusqu’aux Qin (5), en plus de 1 000 ans, sa structure a peu changé. Ensuite, les conventions de style ont réduit les courbes de l’arc (6 à 10).

 

Regardons les extensions de sens, avait l’aide des remarques de Fan Keh Li dans son ouvrage sur les mots vides.

 


On retrouve le premier sens dans le chengyu 引而不发 yǐn ér bù fā, Tirer la corde de l’ arc, mais ne pas envoyer la flèche.  L’expression possède plusieurs sens :  Elle décrit une personne qui est prête, mais ne passe pas à l’action attendant éventuellement le bon moment, ou encore une personne qui sait diriger, guider et conduire les autres. Mengzi utilise cette expression pour décrire un prince, 君子引而不发.

Sens dérivé : introduire. Quand on bande l’arc, on vise et on donne une direction avec la flèche, voir l’expression 引狼入室, Introduire un loup à la maison. En d’autres termes, s’acoquiner avec de mauvaises fréquentations et le payer plus tard. Le caractère est présent dans  introduction, préface,引子 yǐn zi.

Une autre signification ancienne vient de l’image d’origine : reculer. Quand on tire sur l’arc, on recule. 

Articles connexes :

4 avril 2021

D’où vient 及?

Nous avons rencontré 及 jí en chinois classique avec deux  sens : 1.  et, ainsi que 2. atteindre, parvenir à. Le caractère possède également ces significations en chinois moderne. On le rencontre dans l’expression assez employée 来不及 láibují, n’avoir pas le temps suffisant pour faire quelque chose. 

Que disaient les premières graphies? Elles montraient une main qui tentait d’attraper un homme, d’où le sens d’atteindre.

  及

Articles connexes :

30 mars 2021

立 et ses associations

立 est un caractère très employé, il figure dans les 200-250 les plus fréquents. Ses significations lui permettent d’être présent dans de nombreuses situations, voir l’article d’hier. Nous nous penchons aujourd’hui sur les binômes qu’il forme et leur champ sémantique. Nous en avons défini six principaux : établir, établir par, fonder, immédiatement, indépendance, et se tenir. Dans la branche établi, j’ai inclus 立春 lì chūn, qui marque le début du printemps. Pour établi à, privé et publique, 私立 et 公立, servent à différencier par exemple une école privée  私立学校 et une du service publique  公立学校. 创立 chuàng lì et 成立 chéng lì peuvent avoir tous deux le sens de fonder, mais le premier a davantage une connotation de créativité. La branche position voit le sens de 立 se tenir, qui joue avec le sens de l’autre caractère :  avec 对 en face , il en résulte  对立 duì lì s’opposer. D’autres exemples :

Les six familles :

 

Articles connexes :

28 mars 2021

Caractère vecteur 立

Nous pouvons être dérouté quand on ouvre un dictionnaire chinois qui a l’« arrogance » de donner tous les sens d’un caractère. Le caractère 立 lì,  avec sa vie de plus de 3200 ans, affiche plusieurs dizaines de significations, du premier « se tenir debout » à « accomplir des actions méritoires » en passant par venir inspecter ou mobiliser des hommes.  Étonnant ? Non!

Un homme debout


Non, quand on considère l’existence avérée d’une écriture élaborée dès le XIIIe siècle avant notre ère, l’entendue du territoire chinois très mouvant et les influences extérieures. Certaines graphies, avant de former une langue structurée, ont vu le jour certainement dans des temps beaucoup plus anciens. Pour l’instant, nous n’avons que des inscriptions sur poterie 陶文 et sur divers matériaux, qui pourraient être l’ancêtre des écritures ossécailles, mais point de preuve d’écriture structurée. 

Revenons aux faits, à Yinxu, dans les tombes découvertes, dont celle  de la reine Fu Hao, qui aurait vécu entre 1250 et 1200 avant notre ère, les graphies de 立 représentent  un homme qui se tient debout :

L’écriture est restée stable durant plusieurs siècles ( illustrations 1 à 4 ci-dessous). Sous les Royaumes Combattants (-476 à -221) ), l’État de Qi ( 5 à 8), les écritures montrent quelques différences  avec les précédentes. Celles des Qin (14 à 17), l’unificateur du pays et des caractères (en partie) s’imposeront pour donner le caractère moderne des Han (18) :

Se lever et …

Hier, en relisant, le texte du Zuo Zhuan, la phrase après le texte, que nous avons vu, m’a rappelé la théorie du vecteur. La mère Wu Jiang a de l’affection pour Gong Shuduan et voudrait qu’il soit l’héritier : 愛共叔段,欲立之. En effet, 立, dans ses nombreuses sens de la Chine ancienne, contient : être sur le trône, au pouvoir, introniser. La seconde partie de la phrase doit donc être comprise ainsi « Elle désire 欲 qu’il soit héritier 立. »

Que vient faire le vecteur ? Le Larousse nous explique qu’un vecteur sert de support à la transmission des informations, d’un message. Un caractère n’est-il pas un support d’une idée qu’il nous transmet?Ses traits forment une image ou une association de sens qui donnent une idée qui s’adapte au contexte. Dans le texte, quand on connaît l’histoire – l’aversion de la mère pour l’aîné et la prédilection pour le cadet Gong Shuduan – on peut voir l’image de debout 立 et comprendre comment par extension de sens, on est arrivé à « au pouvoir ». De sa condition de second, le cadet peut « devenir », se lever et avoir le pouvoir.

三十而立

Ce sens rejoint l’emploi de 立 dans le chengyu 三十而立, dont la signification moderne est « A trente ans, on est indépendant ». La signification est plus profonde, 立 peut vouloir dire  établi ou encore accompli,ou bien la personne a atteint la stabilité ; l’image de l’homme debout tenant fermement sur ses jambes renvoie à ce sens. 立 en tant que vecteur remplit bien sa tâche. On utilisera 三十而立* lorsqu’une personne aura accompli un fait ou aura une nouvelle situation (travail, mariage, enfants, par exemple) qui lui permettra d’être debout, avoir assurance pour le futur.



Cette notion de vecteur est en fait peu évoquée. Cependant, elle indique bien le rôle de ces graphies qui ne restent pas limités à des définitions figées, qui peuvent s’étendre en fonction des situations. La souplesse n’est-elle pas une des qualités chinoises ?


   * 三十而立 vient d’un passage des Entretiens de Confucius : «  A quinze ans, je m’appliquais à l’étude de la sagesse ; à trente ans, je marchais d’un pas ferme dans le chemin de la vertu ; à quarante ans, j’avais l’intelligence parfaitement éclairée ; à cinquante ans, je connaissais les lois de la Providence ; à soixante ans, je comprenais, sans avoir besoin d’y réfléchir, tout ce que mon oreille entendait ; à soixante-dix ans, en suivant les désirs de mon cœur, je ne transgressais aucune règle. » (Traduction Couvreur)
Couvreur s’envole avec 立 : je marchais d’un pas ferme dans le chemin de la vertu.
Je n’ai pas les autres traductions sous la main (qui sont dans un autre lieu).

Articles connexes :

27 mars 2021

Voyage au pays de 关/關

开/開 kāi , ouvrir, visité ces derniers jours, nous porte naturellement vers 关/關 guān, fermer. D’ailleurs, on retrouve les deux caractères associés pour interrupteur 开关, qui ouvre/allume et ferme/éteint la lumière. La graphie, à partir de son sens d’origine -fermer-, a vite prospéré pour gagner de nouveaux sens. Elle sert à désigner le passage (qu’on peut fermer), le col, le défilé et par extension la douane qui ouvre et ferme le passage. Au sens figuré, 关 évoque la difficulté. Le passage est en relation avec un autre monde, 关 signifie relation, en rapport. Le fameux 关系 (relation), sésame de la vie sociale chinoise ( Bonjour le cliché !) contient 关. Fermer, c’est également enfermer, 关 veut dire prison et pour une société qui va mal, 关 signifiera faillite.


Ses associations avec d’autres caractères restent dans le même champ sémantique. Une sélection sur la centaine de binômes de 关 :

Articles connexes :

开 et ses familles

 开/開 ouvrir et cie

22 mars 2021