之 et 正, même famille?

Les premières écritures de 之 zhī et 正 zhēng ont des airs de famille. En effet, elles contiennent chacune l’élément pied.

Trait horizontal et pied

La graphie  de 之 se rencontre souvent dans les écritures Shang. Elle est le plus souvent composée d’un trait horizontal dans la partie inférieure et du pied au-dessus : . L’idée de partir d’un endroit est donnée. Pour mémoire, 正 réunissait le composant enceinte, qui évoquait une ville et ses murs, et le pied (voir l’article)  : 

De partir à ce et bien d’autres

Le premier sens est partir. Sur les écritures ossécailles, son emploi se limite au sens de ce et à un nom de famille et de lieu. A l’époque classique, il va prendre de nombreux sens notamment arriver, pronom personnel en complément d’objet direct ou indirect, lui, le, la, eux, les. Il sert à relier le déterminant au déterminé et est l’équivalent du 的 moderne. 
On peut même le rencontrer dans la même phrase avec des sens différents, par exemple dans le fameux fabliau 鄭人買履 Un homme de Zheng achète des chaussures : 先自度其足,而置其坐。至市而忘操之 Il mesura ses pieds et posa ses mesures sur son siège. Il se rendit au marché, mais les oublia. 之, le premier est COD, il remplace les mesures 置之 : posa les mesures. Le second signifie aller, 之市 : aller au marché. Le 3e 之 est de nouveau COD pour les mesures. A la période moderne, il va perdre la plupart des emplois et être utilisé surtout en binôme.

Etymologie Han

La dynastie Han voit une étymologie émerger que réfutent les paléographes de notre époque. Les érudits Han ne connaissaient pas les écritures ossécailles et se basaient sur le style de la petite sigilaire de l’époque avec cette graphie : 


Xu Shen dans le Shuowen explique ainsi 之 :« Sortir de terre ; croître, se développer : petite plante qui commence à sortir, et grandit et se développe en branches et tronc. » Pour leur défense, il faut mentionner que sur les écritures ossécailes circulaient une variante très proche de l’écriture Han, dont l’époque moderne ne peut vraiment donner d’explication :

 

Plus de mille ans d’évolution

Le tableau en fin d’article montre l’évolution de 之。 L’écriture, sous les Zhou, tranche avec celle des Shang. Si le trait horizontal reste, la partie supérieure est différente. Le 之 des Zhou (à droite ci-dessous) correspond au caractère moderne 止 zhǐ (principaux sens : seul, arrêter).

Les autres figures très stylisées des bronzes donnent des graphies spécifiques. La diversité des Royaumes Combattants s’éloigne encore des origines. 

Tableau tiré de 古文字類編 , 高明, p. 451


Annexe : Si vous avez oublié quelques dates,

Articles connexes :

4 septembre 2021

Laisser un commentaire