Eau, feu et arme, quel point commun?

Les écritures ossécailles interrogeaient souvent sur les calamités à venir. Sous les Shang, l’écriture ne suivait pas des canons strictes, les graphies pour les désastres reflétaient différemment les dangers de l’époque.

Diversité précise

Le caractère 1 de l’illustration rappelait les flots de l’eau. Nous avions vu que la gestion de l’eau était capitale pour les dirigeants, voir l’article. La 2 montrait un toit et des murs avec le feu dessous, les 3 et 4 contenaient des armes, qui pouvaient également susciter des désastres. Les quatre graphies Shang ont eu des évolutions vers le feu 火. La première ligne montre qu’elle est passé de l’eau vers le feu. Les deux dernières colonnes contiennent les écritures des Han. Toutes ces graphies se sont retrouvées dans un caractère moderne : 灾 zai, traditionnel 災 .

灾 aujourd’hui


On le retrouve de nos jours dans de nombreux binômes :
灾难 zāi nàn, calamité, catastrophe
灾区 zāi qū région sinistrée
灾民 zāi mín, sinistré, population sinistrée 
火灾 huǒ zāi incendie
天灾 tiān zāi calamité naturelle, désastre naturel
水灾 shuǐ zāi inondation
洪灾 hóng zāi inondation

Articles connexes :

 沉, eau, immerger et animal

Le roi et la divination

5 août 2021

Laisser un commentaire