Une histoire de sourcil

J’ai croisé ce matin sur une omoplate de bovin le caractère peu fréquent 湄 méi, qui signifie aube dans le texte lu.
J’ai essayé de retrouver le lien avec la famille 目, mù, 眉 méi sourcils, 媚 mèi flatter. Il a fallu passer par plusieurs dictionnaires pour reconstituer le chemin très clair. 
Le premier sens de 湄 à l’époque Shang, selon Li Xueqin, est rive, bord de l’eau. Comme le cil est au bord de l’œil, la rive est au bord de l’eau (字源, p. 990). Par extension, le caractère a retrouvé le bord du jour et de la nuit avec la signification aube, sens assez courant dans les écritures des Shang.
Wang Li, dans son dictionnaire des familles de caractères, inclut 梅 méi bord du toit.

Articles connexes :


Comment apprendre les caractères chinois et les retenir ?


De l’oeil aux herbes à l’oeil intérieur

7 juillet 2021

Laisser un commentaire