Les petits profits ruinent les grands intérêts 顧小利,則大利之殘也

La période des Royaumes Combattants (476 av. J.-C. à 221 av. J.-C.) , avec notamment ses écoles de pensée, demeure un moment charnière dans l’histoire chinoise. Elle voit la perte de vitesse du rite et de la morale. La guerre des braves combattants verra arriver l’importance de la stratégie, des manœuvres et à la ruse. Han Fei Zi (279 av. J.-C. à 232 av. J.-C.)   dans Le Tao du Prince, partie les Dix erreurs 十過 , donne un exemple célèbre avec le Prince de Jin et de son conseiller, orfèvre en ruse.

Regardons le texte :

奚謂顧小利? xī wèi gùxiǎolì?
奚 pronom interrogatif
谓 signifier, voir article sur le caractère
顧 regarder
利 intérêt, profit
Que signifie petits profits?

昔者晉獻公欲假道於虞以伐虢。xī zhě jìn xiàngōng yù jiǎ dào yú yú yǐ fá guó
Autrefois, le prince de Xian de Jin voulait passer le pays de Yu pour attaquer le pays de Guo.
晉獻公 Le prince Xian de Jin, mort vers 651 Av. J.-C.
假 emprunter
虞 pays de Yu
以 pour
伐 marcher contre, attaquer
虢 pays de Guo (guó)

荀息曰: »君其以垂棘之璧與屈產之乘,賂虞公,求假道焉,必假我道.
xún xī yuē: »Jūn qí yǐ chuí jí zhī bì yǔ qū chǎn zhī chéng, lù yú gōng, qiú jiǎ dào yān, bì jiǎ wǒ dào
Xunxi dit : « Vous pouvez offrir au prince de Yu des jades de Chuiji et le quadrige de Quchan, et demander le droit de passage. Il acceptera assurément.
荀息 Xunxi, le conseiller du prince
垂棘 chuí jí, nom de lieu, qui avait de très beaux jades
屈产 nom de lieu, où les chevaux étaient célèbres pour leur qualité
賂 offrir en présent
焉 ici marque une pause

« 君曰: »垂棘之璧,吾先君之寶也;屈產之乘,寡人之駿馬也。若受吾幣不假之道,將奈何?jūn yuē: »chuí jí zhī bì, wú xiān jūn zhī bǎo yě; qū chǎn zhī chéng, guǎrén zhī jùnmǎ yě. ruò shòu wú bì bù jiǎ zhī dào, jiāng nàihé?
先君 père défunt, ancêtre
幣 cadeau
將 a beaucoup de sens, ici, il a la valeur de alors
奈何 comment faire ?
Le prince dit, les jades de Chuiji sont les trésors de mes ancêtres, les chevaux Quchan sont mes coursiers. S’il accepte mes présents et qu’il n’accorde pas le passage, comment faire ?

荀息曰: »彼不假我道,必不敢受我。若受我,而假我道,則是寶猶取之內府而藏之外府也,馬猶取之內厩而著之外厩也。君勿尤。 » Xún xī yuē: »Bǐ bù jiǎ wǒ dào, bì bù gǎn shòu wǒ. Ruò shòu wǒ, ér jiǎ wǒ dào, zé shì bǎo yóu qǔ zhī nèi fǔ ér cáng zhī wài fǔ yě, mǎ yóu qǔ zhī nèi jiù érzhe zhī wài jiù yě. jūn wù yóu. »
彼 il
我 ici est la première personne du pluriel et non du singulier, les pronoms personnels du singulier peuvent indiquer également le pluriel, il faut donc bien regarder le contexte pour éviter des erreurs de compréhension. Ici, c’est assez logique.
猶 équivalent à 
藏 mettre en dépôt
厩 écurie
府 entrepôt
勿 négation
Xunxi dit : « S’il ne nous donne pas le droit de passage, il n’acceptera pas les présents. Si il les accepte, alors il nous donnera le droit de passage. Ainsi, l’opération ne reviendra qu’a les déplacer et les mettre en dépôt à l’extérieur. Prince, ne vous inquiétez pas ! »

« 君曰: »諾. »乃使荀息以垂棘之璧與屈產之乘賂虞公而求假道焉。Jūn yuē: »Nuò. »Nǎi shǐ xún xí yǐ chuí jí zhī bì yǔ qū chǎn zhī chéng lù yú gōng ér qiú jiǎ dào yān
諾 interjection exprimant le consentement. Oui.
乃, 就, alors
Le prince suivit le conseil de Xunxi et accepta qu’il demande au prince de Yu le droit de passage en échange des présents, les jades de Chuiji et les coursiers et Quchan. 

虞公貪利其璧與馬而欲許之 yú gōng tān lì qí bì yǔ mǎ ér yù xǔ zhī
貪 avide, cupide
Le prince de Yu appâté par ces avantages, les jades et les chevaux voulait donner sa permission.

宮之奇諫曰: »不可許。夫虞之有虢也,如車之有輔。輔依車,車亦依輔,虞、虢之勢正是也。若假之道,則虢朝亡而虞夕從之矣。不可,願勿許.
Gōng zhī qí jiàn yuē: »Bùkě xǔ. Fū yú zhī yǒu guó yě, rú chē zhī yǒu fǔ. Fǔ yī chē, chē yì yī fǔ, yú, guó zhī shì zhèng shì yě. Ruò jiǎ zhī dào, zé guó cháo wáng ér yú xī cóng zhī yǐ. Bùkě, yuàn wù xǔ. »
諫 avertir
夫 ici, particule pour marquer le début de phrase ou la progression d’une action
輔 être joint pour renforcer, os malaire d’un homme
Son conseiller Gong Zhiqi le prévint : «  Ne donnez pas votre permission ! Les pays de Yu et Guo sont comme les deux os de la mâchoire qui s’appuient l’un sur l’autre. Si vous les laissez passer, la chute de Yu suivra celle de Guo. Vous ne pouvez pas donner votre accord. » 

虞公弗聽,逐假之道 yú gōng fú tīng, zhú jiǎ zhī dào ?
Le prince ne l’écouta pas et accorda le droit de passage.

荀息伐虢克之,還反處三年,與兵伐虞,又克之。
xún xī fá guó kèzhī, hái fǎn chù sān nián, yǔ bīng fá yú, yòu kèzhī
克 vaincre
Xunxi attaqua Guo et vainquit. Trois ans plus tard, il leva une armée, attaqua le Yu et le vainquit. 

荀息牽馬操璧而報獻公,獻公說曰: »璧則猶是也。雖然,馬齒亦益長矣 xún xī qiān mǎ cāo bì ér bào xiàngōng, xiàngōng shuō yuē: »Bì zé yóu shì yě. Suīrán, mǎ chǐ yì yì zhǎng yǐ. »
操 tenir à la main
報 informer
猶 semblable
齒 dent
亦 indique le développement d’une action. Même, aussi.
益 augmenter, ajouter
Tenant les chevaux par la bride d’une main, les joyaux d’une autre, Xun Xi fit son rapport au prince : « Le jade n’a pas changé, mais les chevaux ont les dents plus longues. »

故虞公之兵殆而地削者,何也?愛小利而不慮其害。故曰:顧小利,則大利之殘也.
gù yú gōng zhī bīng dài ér de xuè zhě, hé yě? ai xiǎo lì ér bù lǜ qí hài. Gù yuē: Gùxiǎolì, zé dàlì zhī cán yě
L’armée de Yu fut vaincue et son territoire annexée parce que son prince, attiré par les petits profits, n’a pas vu le malheur qui se cachait. D’où la maxime : « Les petits profits ruinent les grands intérêts. »
故 raison dans 故虞公之兵殆而地削者
故 c’est pourquoi 故曰
殆 être vaincu
削 couper
殘 nuire à endommager gravementL’armée de Yu fut vaincue et son territoire annexé parce que son prince, attiré par les petits profits, n’a pas vu le malheur qui se cachait. D’où la maxime : « Les petits profits ruinent les grands intérêts. »

Pour aller plus loin, voir les deux ouvrages de Jean Lévi et sa traduction du Han Fei Zi :

Articles connexes :

守株待兔, Attendre paresseusement une occasion sans prendre aucune initiative

De la contradiction en Chine

24 mai 2021

Laisser un commentaire