Le mystère de la prune 李

Nous avions commencé à démêler l’écheveau autour de la prune 李lǐ   qui se retrouve dans bagage 行 李 xíng li bagage, voir l’article. Un homophone 行理  xíng  lǐ avait le sens de « voyageur » et de « bagages que prend un voyageur avec lui » dans les anciens textes dès le Zuo Zhuan ( principal commentaire des Annales des Printemps et des Automnes, une chronique de l’État de Lu de 722 à 480 av. J.-C) : 行理之 往 來, Les messagers vont et viennent (Dictionnaire Couvreur, p.464). 理  est devenu 李. La professeur de chinois classique de l’ Université Normale de Pékin Wang Ning 王寧 dans son ouvrage 古漢語詞义搭问 apporte la réponse sur ce cheminement.

史, 吏, 事, 使

Elle rappelle que 史 shǐ、吏 lì 、事 shì et 使 shǐ  avaient une seule et même origine à l’époque des écritures sur os et carapaces (la partie de gauche sur l’illustration sous 甲骨文 ) :

Main + tablettes de bambou

Les premières graphies de 史 et 吏 comportaient une main qui tient un pinceau et des tablettes de bambou ( on écrivait sur des tablettes de bois et de bambou avant l’invention du papier) . Sous les Han, qui ne connaissaient pas ces anciennes écritures apparues dix siècles plus tôt,  中 vint prendre une place. Le Shuowen y est allé de son explication, qui n’avait plus de relation avec les premiers idéogrammes : « 史 : Celui qui relate les faits : une main (又) qui tient 持 le centre(中), c’est-à-dire la rectitude, l’exactitude (正) » (traduction Grand Ricci) . Texte du Shuowen :

Dérivations et emprunts

史 shǐ historien, annaliste et 吏 lì mandarin, les deux personnages, enregistraient les actes officiels. 吏 est une dérivation de 史. Le fonctionnaire qui sortait en tant qu’envoyé s’appela 吏 ; plus tard, il s’écrivit 使 . 吏 lì  et 李lǐ , homophones, ont pu commencer une vie commune ; 李 devint un emprunt avec le sens d’envoyé . D’ailleurs, les emprunts ne se limitaient pas  à notre prune : 里 ou 理 lǐ, tout comme 李, prirent la place de 吏.
Pour revenir à 行李. Au départ, 行使 est un envoyé diplomatique, qui a pu s’écrire 行理, puis 行李. Par extension de sens, on est passé d’envoyé diplomatique (qui voyage beaucoup) à voyageur, puis à bagages (du voyageur) .

Merci à Madame Wang Ning, qui nous a permis de comprendre l’arrivée de la prune dans les bagages avec ses précieux cours et ses manuels captivants ! 

NB: Les gravures sur bronzes ont apporté un trait qui a donné 事, dont le premier sens était devoir officiel.

Articles connexes :

La prune et le voyage

Formation et développement de l’écriture

Emprunt de sens

28 avril 2020

Laisser un commentaire