Une bonne viande et la maman

Chinois classique, suite du texte du Zuo Zhuan

潁考叔爲潁谷封人,聞之,有獻於公.
yǐng kǎo shū wèi yǐng gǔ fēng rén, wén zhī, yǒu xiàn yú gōng
颍考叔为颍谷封人,闻之,有献于公。
爲 en tant que
封 frontière
封人 fonctionnaire qui travaille à la frontière
Chinois moderne : 有个叫颍考叔的,是颍谷管理疆界的官吏,  听到这件事,就把贡品献给郑庄公。庄公赐给他饭食
Couvreur : K’ao chou de Ing était gardien des frontières de la principauté de Tcheng dans la vallée de Ing. Il fut informé du fait. Il alla présenter quelque chose au prince.

公賜之食。食舍肉 
gōng cì zhī shí. shí shě ròu
公赐之食食舍肉
舍,mettre de côté; par la suite, s’est écrit 捨
Moderne : 庄公赐给他饭食。颍考叔在吃饭的时候,把肉留着
Couvreur : En mangeant., K’ao chou mit de côté un morceau de viande.

公問之。對曰:“小人有母,皆嘗小人之食矣,未嘗君之羹.
Gōng wèn zhī. Duì yuē:“Xiǎo rén yǒu mǔ, jiē cháng xiǎo rén zhī shí yǐ, wèicháng jūn zhī gēng.
公问之。对曰:“小人有母,皆尝小人之食矣,未尝君之羹。
公問之, 之 est le pronom personnel complément qui remplace le fonctionnaire.
對曰, 對 + 曰 = répondre. Nous l’avons déjà rencontré plusieurs fois.
皆 adverbe qui a le même sens que 都 et 完全 en langue moderne : tout .
嘗 manger, goûter
小人terme de modestie pour s’adresser au prince. On avait vu un terme similaire avec une connotation de modestie, 鄙人, voir ici.
食 manger
矣, a une valeur similaire à 了en langue moderne ; 矣 a plusieurs emplois, ici elle marque l’accompli.
皆嘗小人之食矣 : 皆嘗 Elle a goûté tout 皆嘗 ce que j’ai mangé 小人之食
羹 Soupe à base de viande

庄公问他为什么这样。颍考叔答道:“小人有个老娘,我吃的东西她都尝过,只是从未尝过君王的肉羹
Couvreur : Le prince lui en demanda la raison. — C’est, répondit-il, que votre petit serviteur a encore sa mère. Elle goûte de tout ce que votre petit serviteur mange. Elle n’a jamais goûté du ragoût du prince. 

J’arrête ici mes notes sur ce début du Zuo Zhuan. Pour ceux qui veulent connaître la fin, le texte de Couvreur suit. Une leçon sur la piété filiale. Une grande partie de la culture chinoise vient de ces textes…

Suite du texte :

Je vous prie de me permettre de lui en réserver un peu. 

Le prince reprit : 

— Vous, vous avez une mère à qui vous réservez des mets. Hélas ! moi je suis sans parents ; je n’ai pas de mère. 

K’ao chou de Ing dit : 

— Je me permettrai de vous demander ce que vous voulez dire. 

Le prince lui dit la raison de sa plainte, à savoir, son serment. Il ajouta aussitôt qu’il en avait regret. 

Articles connexes :

13 avril 2021

Laisser un commentaire