Chinois classique (1)

Après de longues vacances, je suis retourné l’an dernier au pays du chinois classique. Je suis en train de remettre mes notes au propre. Comme certains lecteurs sont intéressés par le sujet, je les retranscris. Je commence avec un texte “Le prince de Zheng vainquit Duan à Yan” issu du Zuo Zhuan 左传, Commentaire de Zuo des Annales de Printemps et Automnes, qui est une chronique de l’Etat de Lu, (722 à 480 Av. J.-C.).
Les textes classiques sont en caractère traditionnel, j’ai donc laissé en traditionnel. Le simplifié est au-dessous.
 

初,鄭武公娶于申,曰武姜,生莊公及共叔段 Chū, zhèngwǔgōng qǔ yú shēn, yuē wǔ jiāng, shēng zhuāng gōng jí gòng shū duàn
Simplifié : 初,郑武公娶于申,曰武姜,生庄公及共叔段
Autrefois, le prince Wu de Zheng épousa une fille du pays de Shen, elle s’appelait Wu Jiang

初 : Utilisé pour relater des faits passés. Équivalent à autrefois, auparavant. 
鄭武公 : Le prince Wu de Zheng. Zheng 鄭 était un pays dans l’actuelle province du Henan :


武 est le caractère utilisé pour le désigner après sa mort
公 : prince, duc

A cette époque, il existait cinq degrés de titre de noblesse :

 

娶 : se marier à une femme
于 : préposition, ici, elle signifie de, en provenance de 
申 :Pays dans la même province du Henan, à Nanyang
曰 yuē, dire / appeler, à ne pas confondre avec le soleil 日.
武姜. Elle est appelée ainsi pour montrer qu’elle est l’épouse du prince Wu 武 et 姜 est son nom de famille. De nombreux noms de famille à l’époque avait la clé de la femme. La plupart des spécialistes pensent que c’est le reflet d’une ancienne société matriarcale. Le caractère 姓, qui signifie nom, comprend la clé de la femme 女 et le caractère naître 生. Un argument de plus ? Pas sûr ! Des sinologues pensent que cette thèse est influencée par une approche marxiste de la société pré-féodale.
Traduction en chinois moderne : 从前,郑武公在申国娶了一妻子,叫武姜,
Traduction de Couvreur : D’abord, Ou, prince de Tcheng, épousa une fille de la famille princière de Chen. Elle se nommait Ou Kiang.

生莊公及共叔段 shēng zhuāng gōng jí gòng shū duàn
生庄公及共叔段
Elle donna naissance au Prince Zhuang et à son frère Duan de Gong
及 : et 
生 : donner naissance
Dans le nom du frère cadet, 共叔段, 叔 signifie frère cadet, et 共 est le nom d’un pays.
Traduction en chinois moderne : 她生下庄公和共叔段。
Traduction de Couvreur : Elle mit au monde le prince Tchouang, et son frère puîné Touan de Koung.

庄公寤生,惊姜氏,故名曰“寤生”,遂恶之。Zhuāng gōng wù shēng, jīng jiāng shì, gù míng yuē “wù shēng”, suì è zhī.
庄公寤生,惊姜氏,故名曰“寤生”,遂恶之。
Zhuanggong sortit par les pieds à sa naissance, ce qui effraya sa mère. C’est pourquoi elle l’appela « Naissance difficile » et l’eut en aversion.
寤 a plusieurs sens, l’un très rare, « à l’envers ». 寤生 veut donc dire que l’enfant à la naissance est sorti par les pieds. Couvreur, qui n’avait pas les ressources d’aujourd’hui, apparemment ne connaissait pas ce sens, il a choisi la signification courante éveillé, prendre conscience. Wang Li pense qu’il faut « traduire » par « naissance difficile ».
惊 : effrayé
故 : c’est pourquoi
遂 : alors
恶 wù : détester
之,pronom personne direct qui désigne l’aîné Zhuanggong
Traduction en chinois moderne : 庄公出生时脚先出来,武姜受到惊吓,因此给他取名叫“寤生”,所以很厌恶他。
Traduction de Couvreur : Le prince Tchouang tira sa mère du sommeil en sortant de son sein, et l’effraya. Pour cette raison, il fut appelé Né au réveil de sa mère. Par suite,  Kiang cheu (Ou Kiang) l’avait en aversion. 

On peut remarquer plusieurs différences au niveau du vocabulaire. On utilise 曰 yuē pour appeler et non le 叫 du chinois moderne. 曰 est très employé aussi pour le sens de dire.
之 est un pronom personnel direct ;  恶之, aujourd’hui, on aurait choisi 他. 
Le chinois classique est plus mono syllabique. Par exemple pour  所以 (c’est pourquoi) on a 故 et pour  从前 ( autrefois) 初. Il est beaucoup plus compact.

Ouvrages consultés :
古代漢語,王力
古代汉语常识,王力
中国古代文化常识,王力
古代汉语,王宁
La traduction du Zuo Zhuan est disponible en ligne

Articles connexes :

Dans tous les sens!

Prénom et histoire


25 mars 2021

2 réflexions sur « Chinois classique (1) »

  1. Cher professeur 吕, c’est un bel exercice que vous proposez là et je vous en remercie réellement et tous les impétrants devraient faire de même… Pas plus tard qu’hier, j’ai trouvé – sans le chercher – une approche étymologique de 侯 que propose le professeur LV que je vais tâcher de vous envoyer au plus vite. 卜

Laisser un commentaire