Dawenkou et écriture chinoise

Quelle idée?

On estime qu’un véritable système d’écriture chinoise est apparu aux alentours du XIIIe siècle Av. J.-C. sous la dynastie Shang. Bien entendu, ces caractères et cette syntaxe ne sont pas tombés du ciel. Ils sont le fruit d’une longue maturation. Des pré-écritures ou des formes d’écritures sont apparues beaucoup plus tôt. La communauté scientifique n’est pas totalement unanime sur ce point. Par exemple, pour les graphies des poteries découvertes dans le Shandong de la dernière période de la culture de Dawenkou - 2800-2500 Av. J-C. (voir photo), quelques-uns voient de véritables écritures, d’autres de simples symboles.

Pour la graphie A (3), quelques spécialistes chinois voient l’ancêtre de deux caractères chinois. A votre avis quelles significations donnaient-ils à cette représentation? ( Deux réponses sont justes, cochez une seule)


Autres quizz :

Idéogramme et Yi Jing

L’homme et la nature ne font qu’un

Evolution d’un caractère chinois

4 février 2021

Publié le Catégories Quizz

2 réflexions sur « Dawenkou et écriture chinoise »

  1. « La communauté scientifique n’est pas totalement unanime sur ce point. Par exemple, pour les graphies des poteries découvertes dans le Shandong de la dernière période de la culture de Dawenkou – 2800-2500 Av. J-C. (voir photo), quelques-uns voient de véritables écritures, d’autres de simples symboles. »
    On aurait tort d’opposer écritures et symboles. Les scribes égyptiens dans la Haute Antiquité utilisaient déjà une forme d' »écriture », qui n’était qu’une forme rapide pour tracer les hiéroglyphes. On parle même parfois d’alphabet. Et notre alphabet, d’origine phénicienne, a utiliser les symboles pour ne retenir que la syllabe prononcé pour établir le premier alphabet. Dès lors il est inutile d’opposer les langues, qui sont toutes à l’origine de nature symbolique. Déjà à l’époque des premières écritures, deux nécessités sont très vite apparues : la rapidité d’écriture, et la standardisation de l’écriture. La première a permis la multiplication des écrits, et la seconde leur universalité.

Laisser un commentaire