Nankin en tête

La capital du Jiangsu, Nankin, à 300 km à l’ouest de Shanghai, affiche une économie dynamique. Son PIB par habitant a même ravi la première place en Chine. Le Bureau de recherches Trigger Trend décrit les atouts et les points faibles de cette ancienne capitale de la Chine.

PIB par habitant, première


Nankin, après des années de profil bas, a pris la tête de la croissance des grandes villes chinoises. Au cours des trois premiers trimestres de cette année, son PIB a augmenté de 3,3 % en glissement annuel. Une seule autre cité dépasse 3% parmi les villes de premier plan, Hangzhou avec 3,2%. Au premier trimestre, la croissance a atteint 1,6 %; Nankin est la seule des grandes villes du pays à afficher une croissance positive au cours de ce trimestre. Ainsi, la capitale du Jiangsu entre dans le club des dix plus grandes villes économiques du pays à la 9e place.
En 2019, elle était déjà devenue numéro un en termes de PIB par habitant parmi les 31 capitales provinciales avec 165 700 yuans (= 25 350 USD). Pékin et Shanghai reste derrière avec 164 200 et 155 700. Les autres grandes capitales Guangzhou, Hangzhou, Wuhan, Changsha et Chengdu atteignaient 156 400, 152 500, 145 500, 137 900 et 103 400.

Croissance du PIB par habitant : X 10


En 2000, le PIB par habitant atteignait seulement 16 400 yuans, ce qui équivalait à seulement 68% de celui de Canton (23 900) et 81% de celui de Hangzhou (20 100). En 2010, il ne représentait que 75% de celui de Canton et 92% de Hangzhou.
En 2019, cependant, il a dépassé les deux dernières, et bien que ces deux chiffres ne reflètent pas l’ensemble de la réalité, ils montrent la croissance rapide de la ville. En fait, au cours des deux dernières décennies, son taux de croissance a enregistré la plus grande vélocité par rapport à Canton, Hangzhou, Chengdu, Wuhan et Suzhou.
Le graphique ci-dessous montre les multiples du PIB en 2019 pour les cinq villes et Suzhou par rapport à 2000 et 2010 :

PIB CANTON wuhan chengdu nankin

En 2019, le PIB de Nankin était 13,74 fois plus élevé qu’en 2000, avec un multiple bien plus grand que les autres. De 2010 à 2019, il est sensiblement plus important que celui de Guangzhou, Hangzhou et Suzhou, mais il est inférieur à celui de Chengdu et Wuhan, qui ont bénéficié de transferts industriels massifs.

PIB par habitant et structure de la population

Le PIB par habitant n’est pas une mesure complète du niveau de développement d’une ville, notamment en raison de caractéristiques conjoncturels chinois, développement et construction du pays. Le numérateur du PIB par habitant est le PIB total et le dénominateur est la population résidente d’une ville. La population résidente comprend les personnes âgées, les enfants et les autres personnes sans emploi, le niveau du PIB par habitant dépend dans une large mesure de la proportion de la population active dans la population résidente. Comme la majorité des travailleurs dans l’industrie sont des travailleurs migrants, les types de villes présentent des différences particulièrement importantes dans la part de la population active de la population résidente. Les travailleurs migrants sont souvent seuls. Les villes, avec une forte proportion d’industries et un grand nombre de travailleurs migrants, auront une part de population active nettement plus élevée que les autres villes, car les personnes âgées, les enfants et les autres personnes sans emploi sont peu nombreux, le dénominateur est faible, de sorte que le PIB par habitant sera sensiblement plus élevé que dans d’autres villes ayant un niveau de développement à peu près comparable. Pour cette raison, Shenzhen et Suzhou ont un PIB par habitant plus élevé que celui de n’importe quelle municipalité et capitale provinciale, même Pékin, Shanghai et Nankin.
Le ratio des secteurs primaires, secondaires et tertiaires de Nankin est de 2,1/35,9/62,0. La part de l’industrie manufacturière est à peu près comparable à celle des autres capitales provinciales à des niveaux de développement similaires. Elle ne compte pas un nombre particulièrement important de travailleurs, ce qui la rend plus comparable aux autres capitales provinciales en termes de PIB par habitant.

Comment Nankin a pu prendre la tête ? 

 Comparée à Canton, Wuhan, Chengdu et Hangzhou, la ville avait moins d’atouts dans le passé.
Canton, centre régional de la Chine du Sud, plaque tournante naturelle pour les transports, pivot commercial, référence pour l’ouverture dans les années 1970 et 1980, attirait des entreprises étrangères de premier plan telles que Procter & Gamble.
Wuhan et Chengdu sont les leaders du centre et du sud-ouest de la Chine, respectivement. Wuhan est la capitale du Hubei, d’une population de 60 millions, Chengdu du Sichuan, avec 90 millions. Les deux provinces n’ont qu’une seule ville de haut niveau et un arrière-pays très peuplé, ces deux villes sont devenues gagnantes en absorbant les travailleurs migrants et en prenant en charge le transfert industriel.
Hangzhou a de nombreux atouts. Très active, elle figure au quatrième rang national pour le nombre de sociétés. La capitale du Zhejiang regroupe des industries traditionnelles comme la mécanique et les produits chimiques représentées par Wanxiang, des marques de grande consommation, telles Wahaha, Nongfu, et des groupes puissants. Alibaba est le plus célèbre. 

Les atouts de Nankin
Par rapport à ces quatre villes, Nankin n’a pas de « label » clair.
Elle est reconnue comme la « troisième ville » de l’éducation, avec des universités très prestigieuses Elles touchent divers domaines tels que les arts, les sciences, l’ingénierie, l’agriculture et la médecine; l’exhaustivité de sa couverture des disciplines est forte. La province du Jiangsu est la première en nombre d’universités, voir ici. Ces établissements confèrent à la ville de grandes ressources. 
A la jonction des lignes ferroviaires Pékin-Shanghai et Pékin-Hangzhou et de la voie navigable de Yangtze, elle bénéfice d’un bon positionnement pour le transport. La capitale est située presque au sommet nord-ouest de l’étroit delta du Yangtze, ce qui signifie que le trafic du delta du fleuve Yangtze vers le nord et en amont du fleuve doit passer par ce nœud clé.
La consommation par habitant en 2019 s’élevait à 72 100 yuans, bien plus que celle de Wuhan (66 400) et de Guangzhou (65 100), elle se classe au deuxième rang des dix premières villes, elle est la seule ville de Chine à avoir une consommation par habitant supérieure à 70 000 yuans. 
Nankin a mis l’emphase sur l’innovation scientifique et technologique et sur l’industrie et les services.
De 2014 à 2016, la taille des investissements industriels dans les grandes villes a généralement diminué en raison du changement de mode de croissance économique. Nankin est devenue la ville avec la plus grande valeur d’investissements industriels dans les provinces du Jiangsu et du Zhejiang depuis 2018.  Le taux de croissance des investissements industriels est redevenu positif à partir de 2017, avec une croissance en glissement annuel de 8,9% et 10,2% en 2018 et 2019, respectivement. En 2019, l’investissement industriel a augmenté à 178,376 milliards de yuans + 10,2%, maintenant une avance sur Suzhou (119,92 milliards) et Wuxi (153,176 milliards).  Ceux dans la fabrication de haute technologie ont grimpé de 48,2 % par rapport à l’année précédente. Au cours de l’année, les robots industriels, les machines complètes d’ordinateurs électroniques, les circuits intégrés et les dispositifs optoélectroniques ont enregistré des taux de croissance de 8,9%, 13,5%, 36,5% et 26,3% respectivement, ce qui montre la progression soudaine de Nankin dans la fabrication haut de gamme.
La distance, qui la sépare à Shanghai (302 km), est un frein. Suzhou, à 100 km, profite davantage des retombées industrielles de sa grande voisine. En même temps, pour le secteur des services, Nankin est trop proche ; elle n’ a pas le choix, elle doit développer une économie locale forte.
Le nombre de sociétés cotées en bourse de Nankin – 118- est supérieur à celui de Chengdu – 110, Chongqing – 66 – et Wuhan – 75, mais inférieur à celles de Suzhou 156 – et Hangzhou – 209. Parmi les 500 plus grosse capitalisations boursières (Chine, Hong Kong et Etats-Unis), huit sont de Nankin, quatre de Chengdu et six de Wuhan. La valeur totale des 8 sociétés cotées est de 586 milliards, contre 284 milliards pour Chengdu et 239 pour Wuhan.
Le classement 2020 des licornes – sociétés non cotées en bourse d’une valeur de plus d’un milliard de dollars de Chine – avec onze licornes la situe à la 5e place en Chine, après Pékin, Shanghai, Hangzhou et Shenzhen.

 Une forte consommation, des investissements industriels soutenus et une économie locale relativement forte forment les atouts concurrentiels de Nankin parmi les capitales provinciales mais quels sont les points faibles?

La croissance de la population à la traîne

Il est facile de constater que la croissance démographique a été lente non seulement à Nankin mais aussi dans toute la province du Jiangsu. Hormis Suzhou et Wuxi, Nankin, par rapport aux capitales provinciales comparables reste derrière en termes de croissance démographique. Entre 2010 et 2019, elle atteint 6,19% alors que Canton, Chengdu, Hangzhou, Wuhan et Hefei affichent des chiffres bien plus forts, 20,51%, 18,3%, 19,07%, 14,58% et 43,66%. La voisine Hangzhou affiche une croissance de 1,659 million d’habitants, plus de trois fois celle de Nankin, 0,495, soit 19,07% contre 6,19%. De 2014 à 2019, l’augmentation est moins forte. A Hangzhou elle a baissé de 19,07% à 14,88% alors qu’elle est presque divisée par deux à Nankin, de 6,19% à 3,21%.
Nankin est la capitale provinciale du Sud la moins peuplée et la plus petite en superficie.

Le plafond et les poursuivants


La province du Jiangsu et la ville de Nanjing sont toutes deux confrontées à la menace du « 上有天花板、后有追兵, Du plafond au-dessus et des poursuivants derrière ».
Ce « plafond » tient dans le manque de ressources du Jiangsu et le rayonnement national faible, en particulier dans le secteur des services. L’attrait des talents n’est pas à la hauteur des très grandes villes chinoises. La « chasse » des poursuivants s’explique par un niveau d’urbanisation dans la province et des coûts de la main-d’œuvre tous élevés. Il est difficile d’attirer et conserver les travailleurs. La concurrence régionale reste forte devant le Sichuan, Chongqing, Chengdu et l’Anhui. Les performances économiques de Tianjin et de Shandong autrefois très brillantes ralentissent ces dernières années, face à un tel phénomène. Nankin et le Jiangsu doivent éviter un tel piège.

Image et attrait

Un autre point réside dans les insuffisances de l’image et du marketing de la ville. Il lui manque une « présence » ces dernières années. Hangzhou, Chongqing, Chengdu, Xi’an et même Changsha et Hefei sont toutes devenues des « villes » très suivies sur les réseaux sociaux.

Avec ses atouts et son économie locale forte, la capitale du Jiangsu affiche une forte croissance. Elle doit rester sur ses gardes pour ne pas se faire dépasser par ses concurrentes locales. L’urbanisation avancée de la province et les coûts relativement élevés de la main-d’oeuvre rendent moins attractives la ville. Malgré ses points forts, elle doit renforcer son rayonnement national et élever son attractivité pour ne connaître le ralentissement de villes comme Tianjin.

Source : 即将跻身全国十强的南京,一直被很多人低估了

Articles connexes :

Quel type de villes chinoises présente le meilleur potentiel d’investissement?

Paradoxe Hangzhou?

Grand écart entre le Sud-est et le Nord-est!

Où sont concentrés les établissements d’enseignement supérieur en Chine?

Publié le Catégories Economie

Laisser un commentaire