为/為 Un éléphant, une griffe, une guenon ou beaucoup de choses?

J’ai d’abord étudié les caractères prétendus traditionnels en France, puis à Taïwan. Plus tard, quand j’habitais sur le continent ( 大陆), je me suis mis aux caractères simplifiés. Intoxiqué par une propagande anticommuniste de la dictature de la pensée, je croyais, comme on me le disait, que les caractères simplifiés avaient dénaturé la tradition de l’écriture chinoise. Fort heureusement, je n’ai pas répété ces sottises trop longtemps, car vite, j’ai découvert que 30% des caractères simplifiés existaient depuis près de 2 000 ans et que l’écriture chinoise a vécu en plus de trente siècles différentes simplifications (voir l’article sur le sujet). Ce matin, je travaillais sur le caractère 为 – forme traditionnelle 為.  On interprète les anciennes graphies en voyant une main à gauche qui mène un éléphant au travail, ce qui expliquerait le premier sens de 为, faire: pour en chinois

D’autres considèrent que c’est une main qui tente de prendre l’éléphant (pour l’utiliser !), ce qui aurait donné le sens de pour.
Le caractère a de nombreuses significations :
为 wèi, à cause de / pour / à / afin de / en vue de
为 wéi, faire / agir / en tant que / servir de / devenir / se comporter comme / (derrière un adjectif monosyllabique ou un adverbe pour exprimer un haut degré)

Le classique Shuowenjiezi 说文解字 du IIè siècle voit plutôt une guenon qui allaite. La structure comporte une griffe, ce qui atteste que c’est un animal porté à griffer. Sur quoi se base l’auteur Xu Shen ? Nul ne sait.

Afin de pas rester trop perplexe face à ces écarts d’interprétation, je suis allé consulter les travaux de 李旭昇 dans  說文新證 ( édition taïwanaise de 2004) . En regardant les principales graphies, sur les carapaces sur tortue (1 dans le tableau ci-dessous), des Zhou XIe – 256 Av. J.-C. ( 2, 3, 4) à la dynastie Jin 265-420 Ap. J-C. (30) . Force est de constater qu’entre les 29 premières graphies et le caractère dit traditionnel, il s’est passé de belles modifications 為. Ce caractère traditionnel a-t-il dénaturé la tradition de l’écriture chinoise ?

( Tableau de 李旭昇 dans  說文新證, page 193)

Encore une fois, il faut être très prudent quand on parle d’étymologie et d’histoire de caractères chinois. La méconnaissance des Jiaguwen durant plus de vingt siècles, les biais de cognition, les myopies idéologiques ont parfois généré des âneries, qu’il est facile de répéter.
Pour compliquer l’horizon de la pensée, je pourrais ajouter les anciens sens qu’a connus 為 durant l’Antiquité, tels “sur le point de, planter, cultiver, ou alors, son, distribuer, gouverner” et bien d’autres. Mais c’est une autre histoire!

Articles connexes :

Vous avez dit caractère traditionnel ou complexe?

Clé coeur 心

Clé enfant 子

Clé flèche 矢

Clé maladie 疒

Clé oeil 目

Clé oreille 耳

Clé 巳

12 décembre 2020

Laisser un commentaire