Boire en Chine et les adolescents

Boire est une véritable culture en Chine. De grands poètes ont célébré l’ivresse, comme Li Bai qui vivait à l’époque des Tang au VIIIe siècle. Dans son poème « Buvant seul sous la Lune » il invite le luminaire : « Un pichet de vin au milieu des fleurs, /je bois seul, sans compagnon/Levant ma coupe je convie la lune claire/ avec mon ombre nous voila trois »

li bo lune


A note époque, dans certaines régions du Nord, pour conclure de bonnes affaires, l’alcool aide (voir l’article ici). L’alcool pose aussi de nombreuses difficultés. Shenzhen, qui est souvent pionnière, a édicté une loi très claire sur l’interdiction d’alcool pour les adolescents. En effet, la boisson alcoolisée est devenue le premier facteur de risque de décès auprès des jeunes. La bureau d’Etudes Trigger Trend fait le point sur le sujet.


Une nouvelle loi plus claire

Le 29 octobre, Shenzhen a adopté la première loi en Chine, interdisant la vente d’alcool aux mineurs à partir du 1er janvier 2021. La bière à l’ananas et les cocktails ne font pas exception. Les téméraires encourant une amende de 30.000 yuans.
En fait, ce n’est pas la première tentative juridique dans ce sens. Il y a dix ans déjà, la « Loi sur la protection des mineurs » et « les mesures sur la circulation des boissons alcoolisées » révisées ont été proposées : les opérateurs de boissons alcoolisées ne doivent pas vendre de produits alcoolisés aux mineurs. Mais comme les responsabilités n’étaient pas claires en matière d’application de la loi, les sanctions correspondantes ne sont pas lourdes et sont rarement appliquées. 

Le plus grand facteur de risque pour les adolescents dans les décès


La consommation d’alcool est devenue le plus grand facteur de risque dans les décès d’adolescents en Chine. Derrière l’interdiction de l’alcool, il y a des statistiques de morts. Les lois et réglementations chinoises actuelles ne précisent pas que l’âge légal pour acheter de l’alcool, et non l’âge légal pour boire. En d’autres termes, vous n’êtes pas autorisé à acheter de l’alcool avant l’âge de 18 ans, ce qui ne veut pas dire que vous n’avez pas le droit d’en boire. 
Les données de l’étude China Adolescent Burden of Disease de 2015 montrent que la consommation d’alcool est devenue le premier facteur de risque de décès chez les adolescents chinois âgés de 10 à 19 ans, avec près de 10 % des décès d’adolescents liés à la consommation d’alcool. Au total, 5 957 décès d’adolescents étaient liés à l’alcool en 2015, soit plus que le nombre total de décès du deuxième au dixième facteur de risque, qui représentent 9,4 % de tous les décès. Parmi ceux-ci, 4 805 décès liés à l’alcool sont survenus chez les garçons, soit 11 % des décès masculins, et 1 153 décès sont survenus chez les filles, soit 5,8 % des décès féminins.
En outre, les adolescents grandissent et se développent, et leur développement cérébral atteint sa deuxième période critique. La consommation d’alcool est susceptible d’entraver le développement du cerveau et d’affecter les fonctions cognitives plus tard dans la vie. De nombreuses études ont montré que l’alcool n’est pas moins dangereux que la cigarette.

Nombre d’adolescents morts avec les dix plus importants facteurs de risque en 2015 :

cause de de ces des jeunes en chine

La culture de l’alcool des mineurs

Cependant, le phénomène de la consommation d’alcool chez les adolescents en Chine n’est pas encourageant. Selon une enquête, 51,2 % des adolescents chinois âgés de 12 ans et plus ont déjà bu de l’alcool, et 58,9 % des adolescents âgés de 15 à 17 ans, les garçons étant nettement plus exposés que les filles. Parmi ces adolescents, 28 % ont commencé à boire avant l’âge de 10 ans, la tendance est de boire plus en plus tôt. 
Selon l’étude, 69,1 % des jeunes sont d’accord pour que « l’État interdise la vente d’alcool aux mineurs », et seulement 64,1 % des garçons y sont favorables. Les jeunes sont influencés par le comportement de leurs aînés durant les repas et les grands banquets. Boire est devenu une sorte de culture. La crainte de paraître impoli et d’être ostracisé du groupe est la principale préoccupation des adolescents, alors que relativement peu d’entre eux prennent l’initiative de boire pour s’exprimer et élargir leur réseau.
Les recherches ont montré que 61,9 % des adolescents buvaient régulièrement lors de fêtes avec des amis ou des camarades de classe, alors que seulement 18 % d’entre eux buvaient régulièrement seuls.

Selon les recherches et les analyses, la consommation d’alcool des parents a un impact sur la consommation d’alcool des enfants.Mais l’attitude des parents à l’égard de la consommation d’alcool de leurs enfants est encore plus critique que celle des parents eux-mêmes. Les enfants dont les parents ne s’opposent pas à la consommation d’alcool sont deux fois plus susceptibles de boire, et les étudiants dont les parents approuvent leur consommation d’alcool sont dix fois plus susceptibles de boire, par rapport à ceux dont les parents l’interdisent explicitement. Selon les statistiques, 28,6 % des étudiants se sont vu conseiller de boire par leur famille pendant les vacances du Nouvel An chinois. 
En général, les garçons sont plus exposés, mais il est intéressant de noter que les données montrent que les mères sont plus susceptibles de persuader les filles de boire que les garçons.

Un récent document de recherche du CDC a montré qu’après trois mois de vulgarisation et d’éducation de plus de 6 000 parents à Chengdu, Guangzhou et Harbin sur la campagne « pas de boisson pour les mineurs », les connaissances et les attitudes des parents vis-à-vis de l’alcool se sont améliorées dans une certaine mesure, et le taux d’ivresse des mères a diminué, mais le comportement des pères en matière de boisson n’a pas changé.
Il est clair que la raison pour laquelle le père boit n’est pas un manque de connaissances sur les dangers de la boisson pour la santé, mais semble plutôt être la croyance que la boisson est une « compétence sociale » que les enfants, en particulier les garçons, devraient acquérir pour les aider à acquérir des ressources et un pouvoir social plus tard dans la vie, et qu’elle est plus bénéfique que les dangers physiques causés par la boisson. Ainsi, que les conseils viennent des pères ou des mères pour leurs filles, ils semblent indiquer l’insupportable statu quo selon lequel, souvent, pour progresser dans la société, il faut boire un peu, et même les filles ont intérêt à être douées pour cela.

Source :

未成年人的兄弟酒局,正在葬送他们的性命

Articles connexes :

L’alcool dit oui

Alcool et caractère

15 novembre 2020

2 réflexions sur « Boire en Chine et les adolescents »

  1. Étonnant que les accidents de la route (en tant que piétons, cyclistes ou passagers de bus ou de voitures) ne figurent pas dans le top 10 des causes de mortalités…

    1. Ce sont des données supposées fiables. Au niveau de la sécurité routière, on a pu constater de grandes améliorations même si il y a des progrès à faire encore, le taux d’accident est bien meilleur que beaucoup de pays africains.
      Les utilisations de médicament m’ont un peu étonné.

Laisser un commentaire