Les prix de l’immobilier en Chine

L’immobilier et les investissement qu’il entraîne ont bénéficié de l’envol de l’économie tout en devenant une ressource essentielle de revenus pour les gouvernements locaux. Comment a évolué ce marché depuis la libéralisation du secteur en 1998? Le bureau de recherches Trigger Trend apporte quelques lumières.

Prix moyen du m ², 10 000 yuans (1500 USD)

Selon le Bureau national des statistiques, de janvier à septembre, la surface de vente de logement atteint 1,171 milliard de m² et accuse une baisse 1,8 % par rapport à l’année précédente. En revanche, le montant 11,56 mille milliards de yuans affiche une hausse de 3,7 %. Le m² a une valeur proche de 10 000, 9878 yuan. Sur les trois derniers mois -juillet à septembre, le prix moyen montre une légère hausse, de 10 211 yuans, 10 448 yuans et 10 063 yuans.

Disparité

La moyenne cache la réalité des plus grandes villes.
Dans le groupe de tête Pékin, Shanghai, Canton et Shenzhen, on dépasse 60 000 yuans. Même dans des villes de seconde catégorie, comme Xiamen et Hangzhou, on est au-dessus de 20 000. Quant aux troisièmes et quatrièmes catégories, les 10 000 sont proches. Très peu de villes sont situés sous la barre des 5 000, principalement dans le Nord-Est : Hegang et Shuangyashan dans le Heilongjiang, Shizuishan dans le Gansu, Tieling dans le Liaoning, Zhangye dans le Gansu. En revanche, la grande majorité des prix des villes-préfectures 地级市 du centre-est présente des chiffres supérieurs à six ou sept mille yuans. Dans le Zhejiang, on franchit le seuil de 10 000 yuans. C’est la seule province qui a un niveau aussi élevé pour les préfectures.

prix appartements en chine

Hausse relative !

1998 à 2020, la moyenne a quintuplé en passant de 2 000 à 10 000 yuans.
L’année 1998 est historique car elle a vu le lancement de la réforme du logement avec une politique de soutien à l’accession à la propriété pour les familles à revenus moyens et élevés. Mais par rapport à la croissance de l’économie, la moyenne nationale est en retard. En effet, de 1998 à 2019, le PIB de la Chine a été multiplié par 11, le revenu national disponible par habitant des résidents urbains par huit, de 5 425 yuans à 42 300 yuans. Quant à l’agrégat M2 de la masse monétaire, le multiplicateur approche 20.

La machine à emprunt

En 2008, touchés par la crise financière mondiale, les prix de l’immobilier ont affiché une tendance générale à la baisse. Guangzhou, Shenzhen, Hangzhou ont vu des chutes de plus de 20% et la plupart des villes de 3e et 4e catégories ont connu les profondeurs. Cependant, fin 2008, quatre mille milliards du plan de relance économique ont stimulé l’économie, et le marché, alimenté par les vannes du crédit, est immédiatement reparti à la hausse. Cette vague de croissance s’est poursuivie jusqu’en 2011, le gouvernement a été obligé de mettre en place des mesures de limitation des achats (voir l’article). En 2014, les stocks étaient importants. Très vite, de nouvelles mesures, des assouplissements monétaires notamment, ont suscité un nouvel envol. La machine a emprunt a dynamisé les ventes.

Le secteur est divisé en plusieurs segments, à la hausse ou à la baisse. A côté de l’évolution de l’économie, de nombreux facteurs jouent l’avenir du secteur immobilier :  le vieillissement sur la population active, les mouvements de population vers le Sud, certaines villes qui sont en excédents de logements, le Nord-Est qui peine à trouver un nouveau modèle de développement, le centre Chengdu-Chongqing qui émerge, l’urbanisation des villes moyennes. L’âge d’or est passé certes ! L’immobilier a certainement encore de beaux jours.

Articles connexes :

L’immobilier chinois a encore du potentiel?

Pourquoi l’immobilier est si important en Chine ?

Rebond confirmé dans l’immobilier

Les villes chinoises ont de l’argent?

Hausse de l’immobilier à Shenzhen ? Oui, mais!

Articles sur l’immobilier

Source :

破万!全国房价进入万元时代了

30 octobre 2020

Laisser un commentaire