Les véritables raisons du contretemps d’Ant Group

Le 20 juillet, le groupe Ant Financial avait annoncé préparer son entrée en bourse simultanée sur les deux places financières de Shanghai et Hong Kong. La société visait une évaluation de 200 milliards de dollars, voir l’article.  Les actions sont prisées, la valorisation est en hausse à 281 milliards et le groupe va céder davantage de capitaux, 35 milliards contre 30 milliards prévus. La double introduction était prévue pour ce mois, mais des informations non officielles indiquent qu’un retard est prévu en raison d’une enquête des autorités boursières. Pourquoi une telle investigation ?

Première page du prospectus boursier 招股书 d’Ant :

Ant Group IPO notice

Un conflit d’intérêt?

Un potentiel conflit d’intérêt a attiré l’attention de la vigilance officielle. Huit fonds financiers ont rassemblé les investissements d’actionnaires. La société Ali Pay du groupe permet à des actionnaires individuels d’acheter cinq des fonds de placements consacrés à l’introduction.  La somme atteint neuf milliards de dollars. La commission de régulation voit dans ce point un conflit d’intérêt.

Les véritables raisons

La part du gâteau
Le journaliste Wang Jian pense que c’est un faux problème. La véritable raison tient dans l’aversion des six grandes banques chinoises pour le groupe Ant qui prend une part de marché de plus en plus importante sur un secteur très rémunérateur. Ali Pay commercialise beaucoup de produits financier sans passer par les dinosaures du monde bancaire.
Ali Pay occupe une part de marché dans le crédit à la consommation de 21%. Elle est un intermédiaire qui travaille avec des petites banques, qui n’ont pas le réseau assez étendu pour capter une large clientèle. La société perçoit une commission. Par ailleurs, grâce à ses divers services et sociétés, notamment Taobao, le groupe recueille beaucoup d’informations sur ces clients, individuel ou PME, et peut facilement évaluer le risque client. 
Les grandes banques souhaitent également attirer les jeunes. La grande majorité de leurs clients qui se rendent dans les agences sont plus âgés. Mais les jeunes préfèrent le service en ligne, où excelle Ant. Une part du gâteau échappe aux grands établissements classiques.

La protection
Les six grandes banques sont publiques, c’est l’Etat. Les autorités de régulation ont, selon Wang, la tâche de les protéger. Avec l’argent de l’entrée en bourse, Ant pourra se développer davantage, aller sur d’autres créneaux et occuper une position plus importante. 

Wang pense que ce contretemps est davantage le fruit de plainte des grandes banques contre le groupe de Hangzhou afin de se protéger et limiter l’expansion du concurrent principal. L’introduction n’est pas compromise, mais des négociations doivent se tenir pour trouver un terrain d’entente.
Dernière minute : Les autorités chinoises viennent de donner le feu vert. Les négociations ont été efficaces? Tout est bien qui finit bien. Il manque juste l’accord de Hong Kong.

Articles connexes :

Ant, c’est la Chine de demain

Articles sur la finance

Source :

监管机构调查支付宝 蚂蚁集团大规模IPO推迟

19 Octobre 2020

Laisser un commentaire