Les grappes de villes et la redistribution des cartes

Les spécificités de la Chine ont suscité des modèles de développement uniques tout en créant une Chine à plusieurs vitesses. Les grappes de villes récoltent les principaux fruits du développement économique tout en marquant de nettes disparités entre elles. Prenons quelques données.

Les grappes de villes

La taille de la Chine (17 fois la France) et sa population concentrée dans l’est et le centre ont suscité une urbanisation et une structuration des villes spécifiques.  On distingue les grappes de villes 城市群 définies ainsi : une très grande ville regroupe dans sa périphérie proche au moins trois grandes villes, toutes reliées par des communications efficaces et des complémentarités économiques.

80/20


Les douze grappes les plus importantes vérifient la loi des 80/20. Elles occupent 19% du territoire et génèrent 82% du PIB national. Quand on regarde plus près, cinq grands groupes se dégagent :
1. Pékin-Tianjin-Hebei dans le nord
2. Le delta du Yangzi avec Shanghai, les grandes villes du Zhejiang et du Jiangsu
3. Le Yangzi moyen autour de Wuhan, Changsha et Nanchang
4. Le Delta de la Rivière des Perles dans la province du Guangdong
5. Les villes autour de Chengdu et Chongqing

La façade est


Le phénomène accentue les inégalités géographiques. Elles attirent le plus les populations, les très grandes villes voient des arrivées de populations et les petites villes des départs. Entre grappes, les différences sont importantes également. Alors que la zone de la Rivières des Perles a enregistré une croissance de sa population de 20% entre 2006 et 2015, celles de Pékin et de Shanghai ont affiché des progressions de 10%. Quant aux grappes du Nord-Est -Harbin et Changchun – elles ont accusé des replis. Le mouvement des populations suit une tendance sud-est. Dans le Nord, on constate une diminution de la population. Pékin, la capitale, et sa périphérie, sont l’exception. Elle a d’ailleurs dû mettre des restrictions pour endiguer la croissance de la population, tout comme Shanghai. La carte ci-dessous pour 2019 montre bien les accroissements la population sur la façade est (les provinces en vert), notamment dans le Sud avec les provinces du Guangdong et du Zhejiang, qui affichent des soldes positifs de plus de 800 000 personnes.

chine immigration dans le sud

Une redistribution des cartes ?

La concurrence reste forte entre ces divers groupes. Certaines villes ont mis en place des mesures pour attirer le personnel qualifié avec, par exemple, des allocations aux ingénieurs et aux étudiants comme à Hangzhou. D’autres, comme Shenzhen, n’en ont pas vraiment besoin. Les plus faibles risquent encore de reculer, d’autant plus que la guerre commerciale américaine et l’épidémie ont mis en mal les finances des municipalités. Le média financier 第一财经 a réalisé une enquête sur 176  des 330 plus grandes villes chinoises. 60%, 102, ont une croissance négative des recettes publiques sur les sept premiers mois de l’année. Celles qui sont orientées vers le futur avec l’économie numérique s’en sortent bien, alors que le nord et son industrie lourdes peinent davantage. Va-t-on assister à une nouvelle distribution des cartes ? 

Articles connexes :

Quelles sont les provinces chinoises les plus attrayantes ?

Chine, chemin de fer, les gagnantes, les perdantes

Quelles villes attirent le plus de population en Chine?

Que peut espérer le Nord-Est?

Sources : 
176城前7月财政收入:近六成负增长 多城非税收入增长快

Publié le Catégories Economie

Laisser un commentaire