Economie chinoise : ce n’est que le début!

Les discussions et débats abondent sur le chemin à suivre avec les conséquences des troubles sino-américains et de l’épidémie. Huang Qifan, ancien maire de Chongqing, expert dans les domaines financiers et économiques, est très pédagogique dans ses interventions, sans les artifices de la langue politique habituelle. Invité d’une émission économique, il décrit les leviers disponibles pour développer le marché intérieur concernant l’innovation, les nouvelles infrastructures, la surproduction, l’automobile, le schiste, la répartition des richesses et le développement de l’ouest de la Chine. Un résumé de ces idées ci-dessous.

Huang Qifan  homme politique chinois

Innovation

Le gouvernement a consacré 2,1% de son budget à la recherche et au développement. Seulement 5% de cette partie vise le segment des hautes technologies des équipements d’infrastructures contre 20% dans les pays du G20. L’objectif est de monter à ce niveau. Par ailleurs, un arsenal juridique va se mettre en place pour protéger les droits intellectuels de l’innovateur, le développement et la commercialisation avec des constitutions de fonds financier afin de pousser les innovations. 

Les nouvelles infrastructures

Les anciennes infrastructures – aéroports, chemin de fer, autoroute, ports, étaient principalement financées par le gouvernement, elles nécessitaient d’importants investissements, elles rapportent au bout de vingt-trente ans d’utilisation. Elles avaient un impact important sur l’économie locale.
Les nouvelles infrastructures peuvent être fiancées en partie par le privé, elles rapportent très vite. La technologie 5G va permettre de déployer une économie numérique qui va transformer la société et l’époque et toucher tous les domaines de l’économie, permettant une modernisation des anciennes et nouvelles activités, nous aurons des villes intelligentes, 智慧城市. Les cinq domaines les plus importants sont : le big data, le cloud computing, l’intelligence artificielle, la Blockchain, l’internet des objets – 大数据, 云计算, 人工智能, 区块链, 物联网 . Ce n’est que le début !

villes intelligentes en chine

 

Surproduction

Les productions très polluantes et vieilles ont été supprimées. Concernant l’aciérie, les installations et les équipements ont été renouvelés et ont moins de vingt ans. La production d’acier l’an dernier s’est élevées à 996 millions de tonnes. Les besoins s’élèvent à 700/800 millions, la surproduction approche donc 200 millions. Les bâtiments en moyenne en Chine comprennent 40 kilos de construction à armature d’acier par m², contre 150 kg dans les pays avancés Il suffit d’utiliser plus d’acier pour faire diminuer la surproduction. 
L’an dernier, 1,6 milliards de m² a été construit. Si on réduit les constructions à seulement un milliard de mètre carré avec 150 kg par m², on utilisera 100 millions de tonnes en plus. Tout en baissant la surproduction, on augmente l’espérance de vie d’un bâtiment. Les constructions en béton armé utilisées depuis les années 80 ont une espérance de vie de 30-40 ans. En armature d’acier, on monte à 70-100 ans. Dans le même temps, les biens de la population prennent plus de valeur.

Automobile

Les ventes se sont élevées à 25 millions de véhicule en 2019. Afin d’éviter les problèmes de circulation, on limite les immatriculations. On devrait penser à développer les transports en commun, les routes et les parkings tout en misant sur les énergies renouvelables. La Chine compte 170 véhicules pour 1 000 habitants, contre 840 pour les Etats-Unis, 600 pour la France, l’Allemagne et le Japon, et 470 pour la Malaisie et les Philippines. La Chine a donc une marge d’évolution rien qu’en doublant le nombre de véhicules par 1000 personnes ; elle devrait assouplir le système d’immatriculation tout en accélérant le développement des infrastructures pour améliorer la circulation, ce qui contribuera à la croissance. 

Le schiste


La consommation de pétrole est de 650 millions de tonnes par an, la production de 200 millions, il faut donc importer plus de 400 millions. Avec les besoins croissants, il existe un danger pour la sécurité en source d’énergie. Aujourd’hui, la dépendance à l’extérieur est de 70% et elle pourrait monter à 80, voire 90%.
La Chine dispose de 2500 milliards de m³ de réserves de schistes, autant que les Etats-Unis, elle a une exploitation annuelle de 20 milliards, il faudrait qu’elle puisse passer dans les 10 ans à 200 milliards par an pour répondre aux besoins. On peut entendre le « circuit intérieur » ainsi. Utiliser les vieilles industries et de développer de nouveaux créneaux.

Répartition des richesses


Plusieurs mesures pour améliorer la répartition :
1. Baisser les impôts et taxes des 400 millions travailleurs des villes afin de stimuler la consommation.
2. Les impôts sur le revenu représentent seulement 7% des recettes publiques malgré des taux assez élevés. La moyenne des pays du G20 est de 20%, en Russie, en Inde, en Asie du Sud-Est et aux Philippines 15%. Pourquoi cet impôt rapporte si peu en Chine ?
Deux raisons : les hauts revenus sont taxés à 45% alors que l’impôt sur les bénéfices des entreprises est de 25%, ça incite les patrons à trouver toute sorte de moyens pour éviter d’être taxer à 45%. Par exemple, les grandes entreprises paieront une partie des salaires dans des pays à des taux plus faibles, Hong Kong ou Singapour – 15-17%. Le patron trouvera toujours un moyen pour sortir de l’argent de l’entreprise. Une règle veut que l’impôt sur le revenu ne dépasse pas l’impôt des sociétés. En 1980, quand a été fixé le taux de 45%, c’était juste, les entreprises avaient un impôt de 55%, qui est descendu à 33% dans les années 90, puis à 25%. En revanche, l’impôt sur le revenu n’a pas enregistré de baisse et est resté à 45%. Les hauts salaires au final paient peu d’impôt sur le revenu.
3. Dans les villes, les revenus de propriétés (mobilières et immobilières) représentent au minimum 30% des revenus des ménages alors que dans les zones rurales, ils ne dépassent pas 3%. La réforme sur la propriété foncière permettra aux paysans de transférer, louer ou hypothéquer les terres rurales collectives et donc d’avoir davantage de revenus fonciers.

Inégalité et répartition des richesses en Chine


4. Les TPME représentes 80% des entreprises et regroupent 70% des emplois, 60% de la production nationale, 50% des rentrées fiscales. En 2018, des mesures fiscales ont été mises en place pour deux ans, il faudrait les rendre définitives pour permettre d’avoir une vision long terme et renforcer la confiance des entreprises et des partenaires.
5. La consommation moyenne était de 23 000 yuans par personne. 50% sont consacrés au logement, l’éducation et la santé. Actuellement, en général, seuls les « anciens » habitants des villes peuvent profiter des logements sociaux. Il faudrait que les nouveaux arrivants, les jeunes, les étudiants ou les ruraux qui viennent travailler en ville puissent en profiter. Ainsi, la partie habitation pèserait moins sur le budget et plus de consommation serait possible. Si les dépenses pour le logement ne dépassent pas un sixième des dépenses totales, la consommation globale d’un ménage est assurée.
6. Le développement de l’Ouest de la Chine, il faut abandonner les anciennes stratégies qui étaient de reproduire les modèles de l’Est, il est nécessaire prendre en compte les caractéristiques de chaque région. Il faut privilégier l’agriculture avec de gros investissements.

Huang Qifan présente plusieurs armes qui peuvent stimuler l’économie chinoise et rééquilibrer la structure de l’économie, encore très dépendantes du marché étranger. Les stratégies à long terme qui ne sont pas bousculés tous les quatre ou cinq ans ont assuré le succès des quarante dernières années. La dernière décennie a vu la modernisation avec l’arrivée d’Internet. L’économie numérique est encore à ses débuts, elle a un potentiel colossal qui devrait être un atout majeur pour le pays.

Articles connexes :
Science et innovation en Chine

Acheter Ant, c’est acheter la Chine de demain !

Sources :
Emission avec Huang Qifan

17 août 2020

Une réflexion sur « Economie chinoise : ce n’est que le début! »

Laisser un commentaire