Où va la Chine?

Les informations dans les médias chinois et occidentaux mainstream n’abondent pas sur le mouvement discret qui se dessine depuis quelques années en Chine : le contrôle public de plus en plus renforcé sur les grandes entreprises privées en Chine, voire des nationalisations et la distanciation forcée et progressive de certains grands patrons des manettes des entreprises. Jack Ma, le fondateur d’Alibaba est-il un exemple ? Les premières fortunes chinoises n’ont pas intérêt à débattre publiquement de l’emprise de l’Etat sur leur groupe. Il faut aller chercher les informations dans les médias chinois plus libres hors de Chine, faire le tri et recouper les informations avec ce qu’on peut glaner sur le terrain grâce à des contacts personnels.

Nationalisation

 La chercheuse Mary-Françoise Renard dans un article de décembre 2019 note qu’« On assiste par ailleurs depuis quelques mois à une « nationalisation » de certaines entreprises privées qui sont en partie rachetées par des firmes publiques, notamment pour bénéficier des avantages de celles-ci, la distinction entre privé et public étant parfois peu claire. » Cette lame de fond rappelle à certains les années 50 lorsque les méchants capitalistes ont vu les nationalisations de leurs entreprises. Au début, la campagne lancée répondait au concept du doux nom «公私合营 Partenariat public-privé ». La partie privée, qui a vu ses biens enlevés, ne considérait pas l’opération comme un partenariat ! 

Les princes rouges et les grands groupes


Le journaliste Wang Jian, comme plusieurs intellectuels chinois basés à l’étranger, considère le sort de Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, emblématique de la vie d’un grand chef d’entreprise en Chine. Le pouvoir et les groupes d’intérêt formés du « parti des princes rouges » et de divers clans parfois ennemis mettent la main sur les groupes-clés. De nombreux chefs d’entreprises essaient d’avoir le moins de relations possibles avec le gouvernement pour éviter les complications mais ils n’ont pas le choix. Ma a déclaré il y a une dizaine d’années qu’il aimait le gouvernement, mais qu’il ne voulait pas se marier avec.

Retraite volontaire?


Le New York Times annonçait le 7 septembre 2018 que Jack Ma né en 1964, qui n’est pas un vieillard, allait prendre sa retraite en 2019. Le lendemain, le groupe Alibaba rachetait Le South China Morning Post, journal anglophone de Hong Kong. Le 10 septembre, le dynamique Jack Ma annonçait dans une lettre publique qu’il partirait à la retraite un an plus tard. Il vient d’annoncer l’introduction en Bourse du groupe Ant, la branche très lucrative services financiers et technologiques. La société phare avec Ali Pay effectue  55% des transactions financières en ligne en Chine ; l’application revendique 1,3 milliard d’utilisateur dans le monde. L’entité est évaluée à 200 milliards de dollars. Selon le journaliste Wang Jian, la retraite et l’introduction en bourse d’Ant font partie d’une négociation avec des personnages haut placés représentant des divers groupes d’intérêt politiques et économiques. Ces derniers apportaient une protection politique à Ma. Des différends sont intervenus à la suite de diverses opérations de Ma pour se protéger si bien que son retrait a été demandé. Il aurait obtempéré en échange de la mise en bourse de la partie financière de l’entité Alibaba. Si personnellement, l’homme d’affaires ne détient que 0,53%% du capital, par le jeu des sociétés actionnaires, il jouit de plus de 50% des droits de vote.

entreprise privée 私企 国企entreprise publique en Chine

La chercheuse française rappelle que le secteur public détient 85% du secteur bancaire, la majorité des réseaux de transport, des télécommunications, des services liés à l’éducation, à la science et à la technologie et l’ensemble des média publics. A Pékin, une expression en vogue dans les années 50 recommence à circuler « L’Etat avance, le privé recule, 国进民退 ». Les plus critiques évoquent un retour au communisme, les modérés à un contrôle de l’Etat sur toutes les activités stratégiques et lucratives. 

Principales sources :
L’émission de Wang Jian
Article de Mary-Françoise Renard dans Alternatives Economiques

22 juillet 2020

Laisser un commentaire