L’art d’embellir en Chine


Embellir, ma première enseignante de chinois nous disait « Les Chinois, en société, embellissent souvent l’autre ». Les étudiants peuvent le constater quand ils sortent quelques phrases en Chine à leur interlocuteur. On leur fera souvent remarquer : « Tu parles très bien chinois, 你,中文说得很好 ! ». Même si trois phrases plus loin, ils se trouvent bloqués ! Je l’ai surtout remarqué dans le monde des affaires.  Les repas avec des partenaires commerciaux parfois sont assez ludiques. On trinque et retrinque.  Le premier tintement de verre réunit souvent tous les convives de la table, ensuite, le cérémonial se déroule parfois en petits groupes restreints ou en tête-à-tête. Un commercial rejoindra un patron important, le directeur financier aura une attention pour le fournisseur qu’il secoue toute l’année.  J’ai appris une première règle.

boire en chine

Un petit discours est nécessaire

Il faudra « embellir », élever la ou les personnes qu’on invite à trinquer. Certains sont passés maître dans ce discours. Notre directrice marketing, la petite Liu, maniait l’art avec brio. Pour montrer et vanter les prétendues compétences de notre gérant à Wuhan, qui n’avait pas le poste le plus élevé, elle l’appelait professeur Wang (王老师), en disant qu’elle avait appris tout le métier de lui avec moult détails efficaces.  A l’aide de cette tactique adroite, elle donnait de la face à Wang devant les patrons du grand magasin et le crédibilisait même si ces derniers connaissaient peut-être bien la situation. Tout le monde acceptait le jeu et approuvait les louanges et l’embellissement. Quand je lui disais qu’elle « y allait un peu  fort », Liu aimait à m’expliquer qu’une affirmation répétée à plusieurs reprises devenait vérité au fil du temps et qu’on avait passé une belle soirée!

Parle alors !

Il m’est arrivé de ne pas briller dans ce genre d’opération. Un soir, autour d’un vin jaune à Jinan dans la province du Shandong, j’étais assis à côté du patron d’un groupe qui comptait pour nous. Je lève le verre pour trinquer, mais peut-être un peu fatigué d’une journée bien remplie, j’oublie le rite. Il me regarde et au bout d’une poignée de secondes, me lance avec un grand sourire : « 你说啊!在中国,要说话!Parle alors ! En Chine, il faut parler ! » 

Au début, ce type d’exercice m’amusait peu, mais au fil du temps, j’ai appris les ficelles et j’ai pris goût à ces rituels importants. Je garde un regard amusé, comme un enfant qui s’amuse du monde qui défile devant ses yeux. En société, la convivialité et l’entregent sont maniés avec grand art et de petites stratégies se mettent en place lors de ces repas pour lier ou délier des alliances.  Le positionnement autour de la table, la face qu’on devra donner à tel ou tel interlocuteur, le nombre de fois qu’on trinquera avec une personne, mais ce sont d’autres histoires, à suivre…

Articles sur l’entreprise et sa vie en Chine, c’est ici.

12 juin 2020

Laisser un commentaire