Qu’est-ce que veut dire le boss?

Qu’est-ce qu’il dit ?


Depuis l’ouverture de ce site, je reçois beaucoup de messages. Quelques lecteurs m’ont posé des questions sur les différences de type de communication avec des dirigeants de société en me demandant si c’est habituel que le patron reste assez vague parfois sur des points importants. Ma réponse est simple : « C’est assez classique! » J’ai même assisté à une formation à Canton où l’intervenant avait consacré une petite heure au sujet : « communiquer avec son patron, savoir ce qu’il dit et veut ».

L’implicite, 含蓄

Le professeur Pei avait remis le thème dans le contexte de la culture chinoise avec une parenthèse sur le mot 含蓄  Hánxù, qui signifie implicite, réservé. Le premier caractère 含 veut dire contenir, enfermer et le second 蓄  accumuler, amasser. Il désigne aussi un mode de communication, verbal et non verbal, implicite et indirect. Il sert à exprimer des émotions, des réactions, voire des idées. Il nous expliquait son importance dans la littérature et l’art chinois où le suggéré abonde, tout comme le non-dit dans le langage (voir l’article ici). Le monde chinois n’est pas celui de l’expression directe. Une de mes collègues pékinoises bi-culturelle me faisait remarquer en souriant : « Les Français sont comme des enfants, ils disent tout ce qu’ils pensent. Nous, les Chinois, nous sommes beaucoup plus retenus. » C’est une caricature bien entendu, mais le commentaire permet de mettre en évidence les différences.

LI BAI

Que faire ?

Pei nous avait demandé de réfléchir quelques minutes sur la conduite à avoir face à un patron qui parlait à demi-mots (说半句话). La seule réponse qui fit l’unanimité se résume ainsi : « Il faut apprendre à gérer son patron. »
J’avais un associé qui appartenait à cette catégorie. Au début, je m’imaginais plein de choses, mais vite, je constatai que ses cadres avaient le même problème que moi. Ils évitaient de parler de choses importantes au téléphone, car le problème empirait.  Ou si il n’avait pas le choix, ils demandaient adroitement une confirmation dans un message sur We Chat ou par SMS (avant l’ère We Chat).  Ou encore ceux qui avaient le courage d’être francs demandaient à l’Empereur d’être plus explicite. Leur « mode de gestion » passait, avec adresse, par une reconfirmation systématique et écrite bien sûr. 

Stratégique?


Face à des situations complexes, le manque de clarté comporte des avantages ; en cas de problème, l’autre peut dire qu’il n’avait jamais dit ça. 
Par ailleurs,  le proverbe chinois « 言多语失, Parler beaucoup expose aux erreurs » résume bien un aspect de cette face dans la communication, la réserve est parfois motivée par la prudence. J’ai toujours pensé que la Chine est le pays de la stratégie et qu’en beaucoup de Chinois se tient un stratège. Cet art de l’implicite et du non-dit permet de bien faire avancer ses pièces avec dextérité dans certaines occasions. 

Bien entendu, la soif de progresser en Chine permet de gommer certaines habitudes peu propices au développement d’une entreprise. D’ailleurs, les formateurs insistent souvent l’importance de la communication. Est-ce la fin de l’implicite ? I don’t think so !

PS : Encore une fois, la Chine est variée et diverse, il ne faut prendre aucune des ces observations en pensant qu’elles sont des lois générales qui permettent de tout décoder. Elles aident, elles aident beaucoup mais la diversité nous oblige à être perspicace pour savoir quand elles marchent, aident un peu ou lorsqu’il faut les faire sauter. Dans le Nord, notamment le nord-est, le caractère est plus direct… J’ai vécu des situations peu « implicites » entre Shenyang et Harbin…

3 juin 2020

3 réflexions sur « Qu’est-ce que veut dire le boss? »

  1. Excellent – y compris sur la mise en main (ou en garde) de la fin : souvent applicable mais pas toujours de façon aussi nette, à chacun de voir selon les situations.
    Sur le fond, la tradition française aristocratique comporte un évitement d’un langage trop direct (pour plusieurs raison dont celles énoncées pour les Chinois). Mais cela recule avec le goût et la valorisation de la transparence depuis les années 70, un peu d’influence américaine. Il reste une différence par rapport aux tout-explcites comme les allemands, soucieux de tout bien poser et démontrer. Je ne sais pas si les Chinois voient la différence…

  2. La grande majorité des Chinois connaissent peu les différences entre Européens; c’est loin et la fréquentation des diverses populations au final reste assez peu importante.
    « Sur le fond, la tradition française aristocratique comporte un évitement d’un langage trop direct (pour plusieurs raison dont celles énoncées pour les Chinois). Mais cela recule avec le goût et la valorisation de la transparence depuis les années 70, un peu d’influence américaine. »
    Oui, très juste!
    Merci pour votre commentaire!

Laisser un commentaire