Quatre points à suivre à Pékin


Les deux assemblées, on y est ! L’économie va dominer les réunions qui commencent le 21 mai à Pékin. Nous avions décrit les 10 points importants avec l’éclairage du journaliste Wang Jian. La version chinoise du site Caixin s’arrête sur 4 points :
1. L’objectif de croissance
2. Le montant de la dette à autoriser
3. Comment utiliser les obligations d’Etat spéciales
4. Quels points de la réforme doit-on accélérer ?

L’objectif de croissance

L’incertitude demeure. Va-t-on fixer un objectif de croissance ? Ou bien comme lors des deux assemblées de certaines provinces, le Sichuan et le Yunnan, aucun objectif précis ne sera déterminé.
Les économistes chinois pensent que l’objectif se situera entre 2 et 3%. Le FMI et la plupart des études étrangères tablent sur un chiffre inférieur à 2% pour la Chine et d’une contraction de 2,5% pour la planète entière.
L’an dernier, la Chine avait affiché une augmentation de 6,1% et la croissance mondiale 2,9%. Le différentiel était de 3,2% en faveur de la Chine. Cette année selon les estimations, il pourrait dépasser allègrement 4. De là à alimenter les débats sur la Chine, qui sort gagnant de l’épidémie du Covid-19 !

A combien peut se monter la dette ?

Le premier trimestre a affiché une chute de 14,3% des recettes publiques. Le ministre des finances Liu Kun estime que cette année elles seront inférieures à celles de 2019. En effet, les analystes attendent une baisse de 3,2/3,3%.
Le ministère a déjà autorisé pour les gouvernements locaux l’émission de nouvelles obligations spéciales en avril de 2290 milliards de yuans, le montant total pour l’année devrait approcher 4000 milliards (560 milliards de dollars).

L’utilisation des Emprunts d’États spéciaux

Le gouvernement central a donné son autorisation en mars, leurs utilisations seront précisées. Ils devraient viser des subventions ou des bons pour la consommation, des exonérations d’impôts pour les PME, des aides pour le capital des banques, des mesures pour les prêts avantageux pour les entreprises et les investissements dans la construction et les infrastructures, voir un article sur sujet


国债 中国


Quels domaines des réformes doit-on accélérer ?

Les questions des dividendes et du moteur de la croissance devront être abordés, mais il faudra aussi s’attaquer aux questions de long terme, les terres, la force de travail, le capital, les données statistiques et la technologie, cinq facteurs clés du marché.
En 2017, les autorités de régulation ont demandé le ralentissement des investissements dans les infrastructures, l’épidémie a porté un coup à l’état des trésoreries. Le 30 avril, elles ont décidé de promouvoir un projet de fond de placement immobilier pour les infrastructures afin de revigorer le secteur.
Terminons par la note positive, l’économie chinoise pourrait s’en tirer bien mieux que ses cousines occidentales ! Mais c’est une autre histoire.

PS : Caixin est certainement l’un des médias chinois les plus intéressants sur l’économie et le monde chinois. Fondé en 1998 par la célèbre pékinoise Hu Shuli, il bouscule les limites de la censure et s’est permis d’aller sur des sentiers dangereux sans encombre. Assurément, les protecteurs sont puissants ! Le tsar de la campagne (prétendue) anti-corruption, Wang Qishan ? Le clan de Shanghai déclinant ? 
C’est ce site qui assuré la plus grande couverture des épidémies Sars en 2003 et du Covid 19 tout en admettant qu’il ne pouvait tout écrire…

18 mai 2020

Laisser un commentaire