Ce qui veut dire

Nous avons rencontré plusieurs fois 謂 wèi dans les textes classiques. 

Dans les Entretiens de Confucius avec le sens de signifier : 可謂好學也已, « ce qui veut dire qu’il excelle à l’étude » ou bien « ne peut-on dire qu’il excelle à l’étude ! »
Dans le Zuo Zhuan, nommer : 謂之京城大叔, Il le nomma Grand Shu de la ville de Jing.

Avant de voir les significations modernes, arrêtons-nous sur les principaux sens classiques :

S’adresser à :
㣲 生 畝謂孔 子 曰 wéi shēng mǔ wèi  kǒngzǐ yuē : Wei Shengmu, s’adressant à Confucius, lui dit. 

Appeler,  nommer : 
謂其 台 曰 靈 台(孟 子)  wèi qí tái, yuē língtái. On nommait cette tour la Tour merveilleuse. 
此謂知 本 cǐ wèi zhī běn. Cela s’appelle connaître la chose principale. 

Penser, croire :
天实為之謂之何哉 Tiān shí wèizhī wèi zhī hézāi? Vraiment, qu’est- ce que le ciel doit penser d’une telle action? 

Être : 
一之謂甚其 可再乎 Yīzhīwèi shèn qí kě wèi zài hū? Une fois, c’était déjà trop; deux fois, serait-ce raisonnable? 

Articles connexes :
Une bonne viande et la maman

所, mot vide?

17 avril 2021

正, se remettre droit

子曰:“君子食無求飽,居無求安,敏於事而慎於言,就有道而正焉,可謂好學也已。
Zǐ yuē:“Jūnzǐ shí wú qiú bǎo, jū wú qiú ān, mǐn yú shì ér shèn yú yán, jiù yǒu dào ér zhèng yān, kěwèi hào xué yě yǐ.
子曰:“君子食无求饱,居无求安,敏于事而慎于言,就有道而正焉,可谓好学也已。

Levi : Le Maître dit : – De celui qui frugal dans sa nourriture, austère dans son logement, se montre aussi prompt à agir que réticent à discourir, qui aime à se perfectionner au contact des hommes à principes, ne peut-on dire qu’il excelle à l’étude ?
Couvreur : Le Maître dit : « Un homme honorable qui ne recherche pas la satisfaction de son appétit dans la nourriture, ni ses commodités dans son habitation, qui est diligent en affaires et circonspect dans ses paroles, qui se rectifie auprès des hommes vertueux, celui-là a un véritable désir d’apprendre.

 

無, négation, 
居, habitation
敏, vif, diligent
於, utilisation à deux reprises
謂, signifier, désigner. Ce caractère est très utilisé en classique, nous reviendrons sur le sujet bientôt.
正, droit, mais ici a un sens dynamique, chercher à se rectifier, se remettre droit et trouver la centralité du caractère 中 traversé par un trait droit vertical en son centre.  Les deux traducteurs ont choisi, se perfectionner et se rectifier.
已, marque de l’accompli, se place à la fin de la phrase。

Articles connexes :

16 avril 2021

Avant la séparation

解 jiě signifie séparer, dénouer, résoudre, expliquer, solution.

On le croise dès ses premières années d’apprentissage dans les binômes suivants :
解决, jiě jué, résoudre (un problème, un conflit...),  régler
解释, jiě shì, explication, expliquer
了解 liǎo jiě, comprendre, se rendre compte

解 est le fruit de trois caractères, les reconnaissez-vous ?
Avec leur aide, on peut deviner l’un de ses premiers sens d'il y a plus de 3 000 ans. A votre avis, que signifiait 解 ? 


Autres quizz :

Coquille chinoise

Connaissez-vous bien 青?

16 avril 2021

De l’oeil aux herbes à l’oeil intérieur

Nous avons vu le caractère 省 dans les premières lignes des Entretiens de Confucius . Il signifie introspection, s’examiner. 

D’où vient le caractère.? Les premières écritures sous les Shang avaient l’œil dans la partie inférieure et au-dessus l’herbe, voir illustrations 1 à 2. A partir du milieu de la période des Zhou (5), un point est arrivé au-dessus de l’œil, puis un trait (6) pour donner le caractère 生 au-dessus. Ainsi, la prononciation gagna en clarté avec 生 shěng. Le premier sens était inspecter les arbres et les herbes et par extension inspecter, superviser.

En chinois moderne, on a deux prononciations avec les sens suivants :
省 xǐng examiner, percevoir
省 shěng, province, économiser, diminuer

Il est surtout utilisé avec cette dernière prononciation et ses sens. Quant à省 xǐng, l’emploi d’examiner est moins courant. On le retrouve surtout dans deux binômes : 反省 fǎn xǐng réflexion, examen de conscience, retour sur soi-même, introspection et 内省, nèi xǐng, réfléchir sur soi-même, introspection, signification très importante dans le début des Entretiens de Confucius.

Articles connexes :

Introspection avec le coeur 省 心 中

者, 也 et Confucius

16 avril 2021

Introspection avec le coeur 省 心 中

Suite du texte de Confucius, voir ici.
Ici, les deux points importants sont et .
曾子曰 :“吾日三省吾身;為人謀而不忠呼?與朋友交而不信呼?傳不習呼?

日 , jour, mais ici signifie tous les jours.
曾子, l’un des deux élèves de Confucius qui avait le titre de maître. Ici, ce n’est pas Confucius, qui parle ; ce passage est toutefois important.
 三 ,  n’a pas le sens de trois, mais de beaucoup. 
省 se prononce xǐng examiner, vérifier. C’est l’équivalent moderne d’introspection 反省, fǎn xǐng.

 


身, personne, donc 吾 + 身 = je + personne = moi-même
為 préposition pour
謀 envisager, réfléchir à quelque chose
忠 est souvent traduit par loyauté, ce n’est pas la simple loyauté envers un autre. Regardons le caractère, il est composé de 中 le centre et 心 coeur. Le coeur doit rester sur son axe central, droit 正 comme le trait vertical qui traverse le caractère 中. La centralité est au cœur de la pensée de Confucius. 忠 c’est aussi mettre au cœur de sa conduite l’attention que l’on doit porter aux autres. C’est grâce à l’examen de soi-même 省 qu’une personne peut trouver la centralité, une droiture désintéressée. Le mot loyauté en français n’a pas toute cette envergure même si il reflète une partie du sens de 忠 .
Il existe d’autres interprétations sur le sujet.
與 et, avec
傳 l’enseignement
習, vu dans la première ligne des Entretiens, ici on traduira par mettre en pratique.

Levy : Maitre Tseng a dit : -J’ai coutume de m’examiner journellement sur ces trois points : servant autrui, me suis-je montré désintéressé dans mes conseils ? Vis-à-vis de mes amis, ai-je été vraiment sincère ? Et enfin, ai-je bien pratiqué l’enseignement reçu ?

Couvreur : Tseng tzeu dit : « Je m’examine chaque jour sur trois choses : si, traitant une affaire pour un autre, je ne l’ai pas traitée sans loyauté ; si, dans mes relations avec mes amis, je n’ai pas manqué de sincérité ; si je n’ai pas négligé de mettre en pratique les leçons que j’ai reçues. »

Articles connexes :

Entretiens de Confucius

者, 也 et Confucius

16 avril 2021

Les mille vies du couteau 刀/刂

Le caractère刀, dāo, couteau, vient d’une première graphie, qui représentait le manche d’un couteau et sa lame (voir article). Il se retrouve dans de nombreux caractères, tels 分 fēn diviser, 剪 jiǎn ciseaux ; le plus souvent sous cette forme 刂, 别 bié ne pas… ou 割 gē couper. Nous pouvons définir six principales familles sémantiques

判 pàn figure dans la première. Comme les temps ont changé, la signification moderne a migré vers des terres moins sanglantes. 判  est composé de la moitié 半 et du couteau 刂, son premier sens était couper en deux (un animal) pour un sacrifice; ces derniers s’étant calmés, l’écriture a pris le sens de juger et rendre un verdict. Avant de donner un verdict, on doit regarder les deux partis, soupeser et trancher !

分 fēn, dans le groupe diviser, est composé de l’élément 八 (graphie du chiffre 8) qui marque la division, la séparation. On le retrouve dans divers caractères avec cette connotation. 

Je vous laisse découvrir les familles :

 

Idéalement, on se passe des traductions :

Articles connexes :

Couteau, lame et tranchant

Toit + main : 守

15 avril 2021

Couteau, lame et tranchant

Parfois, les caractères demandent du temps pour les apprendre et les retenir. Heureusement, une partie rime avec simplicité ou presque.

刀, dāo, couteau vient d’une graphie qui évoquait un couteau et son manche :.

Quant  à 刃 rèn, tranchant, lame du couteau, un trait vertical sur la gauche indique la lame.

Pour 刅 chuāng, deux traits sur les côtés évoquent des petits morceaux collés sur la lame, du sang. Il n’est pas étonnant que le sens de ce caractère soit blessé.

Articles connexes :

L’oeil chinois

Un arbre et un oeil

14 avril2021

Entretiens de Confucius

Chinois Classique, Entretiens de Confucius (1)
Aujourd’hui, nous débutons une partie consacrée aux Entretiens de Confucius. Avec mes notes, je reprendrai les traductions de Jean Lévi et Séraphin Couvreur. Elles diffèrent parfois sur certains points, d’où l’intérêt de voir les deux. Les premières lignes du texte :

子曰:學而時習之,不亦說乎?
Jean Lévi : Confucius a dit :  Ô plaisir de pratiquer saison venue, ce que l’on a appris ;
Séraphin Couvreur : Le Maître dit : « Celui qui étudie pour appliquer au bon moment n’y trouve-t-il pas de la satisfaction ?
子 ici désigne 孔子, Confucius

習 et 悅

Deux caractères sont centraux dans cette première phrase :

習 signifie s’entraîner, pratiquer.  Le Shuowen explique que la graphie évoque les ailes d’un oiseau qui fait des efforts répétés pour voler. Après ces essais, il peut voler haut, comme celui qui s’entraîne, pratique, étudie et acquiert des connaissances.
Les premières écritures comportent les ailes de l’oiseau et le soleil au-dessous :

習  s’entraîner et  學 apprendre sont liés car sans effort et pratique, on ne peut apprendre. En chinois moderne, le binôme 學習 signifie étudier.
Sous les Ming, on a rapproché cet extrait à un des points centraux de la philosophie du néo-confucianiste Yang Ming, 陽明 : 知行合一, Unité de la connaissance et de l’action. Il souligne qu’on ne peut séparer connaissance et action ; actions et pensée ne doivent faire qu’un.

說  joie , s’écrira 悅 yuè par la suite avec ce sens ; ici le caractère n’a pas le sens de parler. C’est la joie que donne le résultat de l’étude qui permet de s’élever. Sans étude 學 et pratique 習, la joie 說 ne peut arriver.
子 ici désigne 孔子, Confucius
亦 aussi
乎 particule finale qui marque l’exclamation ou l’interrogation. Un traducteur choisit l’interrogation, l’autre l’exclamation !

朋, condisciple

有朋自遠方來,不亦樂乎 ?
Lévi : ô joie d’accueillir des amis qui habitent au loin ;
Couvreur : Si des amis viennent de loin recevoir ses leçons, n’éprouve-t-il pas une grande joie ?
朋 Wang Li, dans son commentaire précise qu’à l’époque, qu’il y avait une différence entre 朋 et 友; le premier 朋 désignait des condisciples qui avaient eu le même professeur (同門) et  友 des amis (同志). Dans le langue moderne, le binôme 朋友 signifie ami.Le 朋 ici désigne donc des amis avec lesquels on partage des connaissances.
方, un des anciens sens est pays, contrée.
樂 : joie

君子, homme noble

3. 人不知而不慍,不亦君子乎?

慍 : s’irriter, s’indigner
君子, c’est l’homme noble, qui pratique le , la vertu d’humanité ,仁. En opposition à 小人 l’homme de peu.
君,c’est aussi le prince, que nous avons rencontré dans le Zuo Zhuan.Lévi : ô noblesse d’endurer sans rancœur d’être incompris des hommes.
Lévi : ô noblesse d’endurer sans rancœur d’être incompris des hommes.
Couvreur : S’il reste inconnu des hommes et n’en ressent aucune peine, n’est-il pas un homme honorable ? »

Articles connexes :

Quand on perd le mandat

守株待兔, Attendre paresseusement une occasion sans prendre aucune initiative

14 avril 2021

Quand on perd le mandat

革命

Dans son passionnant ouvrage sur Confucius, Cyrille Javary explique que le mandat du ciel 天命 confié au souverain peut lui être retiré si il n’est pas à la hauteur ; alors « le ciel change le mandat ».  On emploie durant l'époque impériale le terme 革命 gé mìng pour désigner l’action de retirer ce mandat (voir le texte de l'auteur plus bas). Malgré l’absence de fils du ciel, ce terme a retrouvé de la vigueur au siècle dernier.

Que signifie donc 革命 ? Cochez la bonne case


Autres quizz :

La nouvelle vie du filet

Où est le port parfumé?

13 avril 2021

Le 所 moderne

Nous avons vu l’origine du caractère 所 suǒ et quelques utilisations en chinois classique. Penchons-nous sur ses associations dans la langue moderne.

Endroit

Le premier sens, bruit de la cognée abattant un arbre, a bien disparu, mais celui de lieu et  endroit, des premiers siècles de l’écriture chinoise, est encore très présent, avec notamment 场所 chǎng suǒ,lieu, place, 厕所 cè suǒ, toilettes, WC ou encore 诊所  zhěn suǒ.

Ce que

L’utilisation de la particule se retrouve, par exemple, quand le caractère a l’idée de « ce que/qui… ». Avec 得, obtenir, 所得 suǒ dé, signifie revenu, le revenu est « ce qu’on obtient ». Si on ajoute 税, taxe, impôt, on a le douloureux impôt sur le revenu 所得税.  La première fois que j’ai rencontré 所得税, ce terme me paraissait bizarre, mais je me suis rappelé les cours de chinois classique et l’emploi de suo, tout s’est éclairé et j’ai payé mes impôts chinois.


Dans la même ligne, 所有 suǒ yǒu, tous, ou 所知 suǒ zhī, connu, ce que l’on sait. 

Impôts sur le revenu en Chine :

Articles connexes :

13 avril 2021